Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube !

Pôles de compétitivité : 20 nouveaux projets labellisés en Auvergne-Rhône-Alpes


             
Suite au 23e appel à projet des pôles de compétitivité, 55 nouveaux projets de R&D ont été désignés au plan national. 20 émanent de la région Auvergne-Rhône-Alpes. 
Ces projets associent au moins deux entreprises et un laboratoire de recherche. Les dépenses R&D pour mener à bien ces 20 projets s’élèvent à 69,56 millions d’euros. Ils seront soutenus à hauteur de 27,23 millions d’euros par des fonds publics dont 13,22 millions d’euros seront pris en charge par le Fonds Unique Interministériel (FUI) de l’Etat. Les collectivités territoriales et les fonds européens (FEDER) seront également mobilisés. 

Quelques exemples de projets sélectionnés : 
- MIVAO (par le pôle Minalogic) : Ce projet vise à limiter les chutes à l’embarquement sur les remontées mécaniques à l’aide d’un dispositif de vision par ordinateur et apprentissage automatique. Ces chutes représentent plus de 70% des accidents graves et plusieurs morts par an. Limiter la portée de ces chutes est une priorité pour les exploitants de domaines skiables. 
- MEEQUAI (par Viaméca) s’intéresse à la réduction des nuisances acoustiques ferroviaires et veut créer un nouvel outil pour en mesurer les paramètres. Les solutions actuelles par mesures directes sont précises mais trop lentes pour permettre de couvrir une grande partie des réseaux. Le projet MEEQUAI développera une solution, embarquée sur véhicule offrant la possibilité de réaliser des mesures de comportement vibratoire de la voie à grande échelle. 
- ETINCELS2 (par le pôle Techtera) est un projet de recherche visant à développer un ensemble de vêtements et sous-vêtements de protection confortables et limitant le stress thermique en situation d’intervention au feu. Il est destiné aux professionnels de sécurité (comme les sapeurs-pompiers). 
- 3D-ONCOCHIP (par Lyonbiopôle, ainsi que Minalogic) a pour objectif de créer des puces à microtumeurs grâce des technologies complémentaires de bioimpressions 3D (microimpression laser et de bio-extrusion de cellules) pour 4 cibles thérapeutiques : le cancer du sein, de l’ovaire, du pancréas et de la prostate. Les puces répondent aux besoins du marché de la médecine personnalisée contre le cancer. Elles permettront d’accélérer le développement des chimiothérapies et immunothérapies. 
- FALCON (par le pôle LUTB) : Ce projet ambitieux dans sa dimension, avec ses 13 partenaires, a pour objectif de concevoir un véhicule poids lourds de transport longue distance en vue de réduire les émissions de CO2. Les travaux porteront sur l’optimisation aérodynamique, la diminution de la résistance au roulement des pneumatiques et l’aide à la conduite économe. Un démonstrateur, destiné à être testé en conditions réelles, permettra de réduire la consommation de carburant de 13% par rapport au véhicule de Renault Truck « T » de 2020.
- PUNCHI (par Mont-Blanc Industries) : projet technologique dont l’ambition est de concevoir, développer et fabriquer des briques technologiques de machines de décolletage pour usiner de manière automatisée des pièces céramiques complexes. Cette technique permettra travailler la céramique avec les avantages du décolletage métallique (précision & production en grande série), lui ouvrant ainsi de nouveaux marchés. 

Les pôles de compétitivité constituent, sur l’ensemble du territoire national, l’usine à produits de l’Industrie du Futur. Ils font naître chaque année des projets qui déboucheront sur de nouveaux produits et services et permettront ainsi aux entreprises partenaires de prendre des positions de leaders sur les marchés concernés tout en développant l’activité et l’emploi dans les territoires. 11 pôles de compétitivité sont implantés en Auvergne-Rhône-Alpes. Deux fois par an, ils labellisent des projets de R&D collaborative dans le cadre de l’appel à projet du Fonds Unique Interministériel (FUI). Ce fonds finance alors une partie des dépenses de R&D des projets retenus qui permettent le développement de produits ou de services susceptibles d’être mis sur le marché à court ou moyen terme. Pour en savoir plus sur les pôles de compétitivité, consultez le site internet http://www.competitivite.gouv.fr/

Lire la suite - Pôles de compétitivité : 20 nouveaux projets labellisés en Auvergne-Rhône-Alpes

Concessions hydroélectriques sur le Rhône : Ségolène Royal transmet à l'Europe


             

 Dans le cadre de la loi relative à la transition énergétique, la Ministre de l'environnement s’apprête à transmettre à la Commission européenne les dossiers de demande de prolongation des concessions EDF de la Truyère et de la concession CNR du Rhône.  
La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte a consolidé le modèle français de l’hydroélectricité, fondé sur des contrats de concession, et apporté des solutions concrètes en faveur de son développement.   En particulier, l’article 116 de la loi a introduit une possibilité de prolonger les concessions en contrepartie de la réalisation de travaux nécessaires à l’atteinte des objectifs de la politique énergétique.
La prolongation devra être formalisée par un avenant au contrat de concession et rester proportionnée au regard des investissements et de la durée initiale de la concession.   
Dans ce cadre, les autorités françaises s’apprêtent à transmettre simultanément à la Commission européenne les dossiers de demande de prolongation :  

- des concessions de la Truyère et du Lot amont exploitées par EDF ; 
- de la concession du Rhône exploitée par la CNR.   

Les échanges avec la Commission européenne permettront de s’assurer de la compatibilité des projets présentés par les concessionnaires avec le droit des concessions. 

L’hydroélectricité en France  
L’hydroélectricité est le premier moyen de production d’électricité renouvelable en France : elle représente plus de 60 % de l’électricité renouvelable, avec 64 TWh produits en 2016, soit 12 % de l’électricité française.   L’hydroélectricité est par ailleurs une énergie flexible, essentielle pour assurer la sécurité du réseau électrique et favoriser l’insertion croissante des nouvelles énergies renouvelables comme l’éolien ou le photovoltaïque. Elle permet de stocker l’électricité à grande échelle, au travers des stations de transfert d’énergie par pompage (STEP) qui pompent l’eau quand la demande d’électricité est faible et la restituent au cours des pics de consommation.   
Pour atteindre les objectifs fixés par la loi de transition énergétique, la programmation pluriannuelle de l’énergie définit un objectif ambitieux de développement de la filière hydroélectrique : +500 MW de capacités de production et + 2 TWh de production annuelle moyenne d’ici le 31 décembre 2023.  

Lire la suite - Concessions hydroélectriques sur le Rhône : Ségolène Royal transmet à l'Europe

Sortir de l'isolement ? En route vers l'isoloir !


             


Apef Services lance un service spécial pour permettre à tous d'aller voter à l'élection présidentielle et aux législatives

A réserver dans les agences participantes d'Ile-de-France :
Paris (75), Seine-et-Marne (77), Yvelines (78), Essonne (91), Hauts-de-Seine (92), Seine-Saint-Denis (93) et Val-de-Marne (94), Val d'Oise (95)



A l'occasion de l'élection présidentielle et des législatives, Apef Services, réseau national de services à la personne, lance un service spécial d'accompagnement à destination de tous ceux qui ne peuvent pas se rendre au bureau de vote par leurs propres moyens.
L'objectif ? Permettre aux personnes qui ont des difficultés à se déplacer seules d'accomplir leur devoir de citoyen et de faire entendre leur voix, en les accompagnant jusqu'aux urnes. Proposé à tous, ce service est disponible dans les agences participantes du réseau Apef Services de sa région, moyennant un forfait unique de 20 euros T.T.C. (50% est déductible des impôts).


Plus d'informations sur Apef Services et le service spécial « accompagnement bureau de vote » sur www.apef-services.fr
   

Lire la suite - Sortir de l'isolement ? En route vers l'isoloir !

Attention : les victimes de Dentexia doivent envoyer leur dossier !


             
De nombreuses plaintes au pénal ont été portées contre les centres dentaires low-cost Dentexia qui, à l’issue d’une liquidation judiciaire, ont concerné des centaines de patients à Paris, Marseille et dans la région lyonnaise. En attendant que la justice suive son cours, certaines des victimes ont la possibilité de réclamer une prise en charge de leurs soins. 

 Attention attirée : 
le dossier doit impérativement être envoyé avant le 30 juin prochain et adressé, 
quel que soit le régime de rattachement, à l’assurance maladie, 
où une cellule spéciale Dentexia a été mise en place (1). 

L’aide est accordée sous conditions de ressources. Les personnes concernées sont celles qui sont passées par un cabinet Dentexia en 2015 (2014 pour le centre de Marseille) et dont la situation après la liquidation occasionne un surcoût : à savoir celles qui ont subi des mutilations, et dont les soins doivent être repris, ainsi que celles qui ont engagé des frais pour des soins qui n’ont pas été réalisés.

 Les suites de soins « classiques », auprès d’un dentiste en cabinet, n’entraînent pas d’aide spécifique. 

Le dossier doit obligatoirement comporter une radiographie panoramique de moins de 6 mois, prise en charge à 100 %, sorte d’état des lieux des dégâts à réparer. Elle est complétée par une analyse d’un dentiste et par deux plans de traitement. Des éléments relatifs à la situation financière sont également requis : avis d’imposition, fiches de salaire, indemnisations reçues au titre du chômage, etc. Les pièces demandées sont listées sur le site de l’assurance maladie (2). 

 Notes 
 (1) Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS), à l’attention du médecin de la cellule nationale Dentexia, cabinet du directeur général, 26-50 avenue du Pr André Lemierre, 75986 Paris cedex 20. 
(2) http://www.ameli.fr/assures/droits-et-demarches/par-situation-medicale/vous-avez-ete-victime-des-centres-dentexia.php _______________________________________________________________________________ 
Cabinet du préfet – Service de la communication interministérielle

Lire la suite - Attention : les victimes de Dentexia doivent envoyer leur dossier !

Vote par correspondance des français de l"étranger


             
Suite à la décision du Gouvernement de ne pas recourir au vote par Internet pour les prochaines élections législatives, le groupe Français du monde, Écologie et Solidarité de l’Assemblée des Français de l’Etranger a cosigné la lettre de Gabrielle Siry, candidate PS aux législatives sur la 5e circonscription des Français de l’étranger, demandant à proroger la période d’inscription pour le vote par correspondance. Objectif atteint : 

l’arrêté, qui reporte officiellement la date limite d’inscription au 14 avril au lieu du 31 mars, vient d’être publié.    «  L’obtention de ce délai est une victoire pour les Français de l’étranger car il laisse à chacun, et en particulier aux personnes les plus éloignées des centres de vote, la possibilité de se retourner et d’entreprendre les démarches nécessaires pour s’assurer de pouvoir voter aux élections législatives », s’est félicitée Gabrielle Siry
Dans une lettre du 9 mars 2017 adressée à Matthias Fekl, alors Secrétaire d’État au commerce extérieur, au tourisme, et aux Français de l’Étranger, Gabrielle Siry est d’abord revenue sur la décision du Gouvernement de ne pas recourir au vote par Internet pour les prochaines élections législatives motivé par l’avis défavorable de l’ANSSI (Agence nationale pour la sécurité des systèmes d’information) qui intervient dans un contexte de cyberattaques. « La possibilité de recourir au vote électronique constitue un progrès démocratique indéniable pour les Français établis à l’étranger, dont les conditions de vote ne peuvent pas être comparées à celles de nos concitoyens résidant en France », ont regretté les signataires de la lettre qui, face aux menaces, « [se sont rangés] à cette analyse d’experts ».
Cependant, les signataires ont fait valoir le caractère tardif de cette décision et le manque de temps et de moyens mis en œuvre pour lancer des campagnes d’information sur le vote par correspondance. 
Selon eux, la date limite fixée au 31 mars pour l’inscription pour le vote par correspondance apparaissait beaucoup trop proche pour que l’information puisse être transmise à tous et que les démarches nécessaires soient entreprises. « Nous demandons par conséquent que la période d’inscription puisse être prorogée (…) à défaut, le gouvernement prendrait le risque politique et contentieux de laisser de côté un certain nombre de nos concitoyens » pouvait-on lire sur la lettre.

Matthias Fekl, qui n'était pas encore Ministre de l'Intérieur, a pris en compte cette demande.

L'arrêté publié aujourd’hui repousse au 14 avril 2017 la date limite de l’inscription au vote par correspondance au lieu du 31 mars initialement prévu. 

  Les électeurs inscrits sur la liste électorale consulaire doivent demander à leur consulat, par courrier ou par courriel, l’activation de l’option de vote par correspondance sous pli fermé. Le fait d’avoir activé cette option n’oblige pas l’électeur à utiliser par la suite cette modalité de vote mais le matériel de vote sera envoyé à son domicile. 

Lire la suite - Vote par correspondance des français de l"étranger

Collèges : Lyon métropole signe des contrats de parcours spécifiques


             
La Métropole et l’Académie de Lyon concluront prochainement avec plusieurs établissements de l’agglomération des contrats d’objectifs tripartites. Aujourd’hui, une convention préalable à ces contrats a été signée.

 La loi d’orientation et de programmation "pour la refondation de l’école de la République", signée en 2013, visait à renforcer la formation des élèves et ainsi favoriser leur réussite éducative. Dans le Rhône, depuis le 1er janvier 2015, la Métropole de Lyon a acquis de nouvelles compétences en matière d’éducation. Parmi elles, la gestion des collèges auparavant confiée au Département.

Aujourd’hui, 42 000 collégiens répartis dans 77 collèges publics sont scolarisés sur le territoire de la Métropole.

Préciser les orientations par établissement.
Les contrats en cours d'élaboration doivent donc, selon la Métropole, permettre une meilleure concertation et l’élaboration d’une orientation commune pour les prochaines années. Leur objectif principal sera de déterminer le champ des politiques éducatives partagées.

Afin de promouvoir la réussite de tous les élèves, l’égalité d’accès aux formations et de favoriser leur insertion sociale et professionnelle, des parcours éducatifs spécifiques seront mis en place :
- Le parcours individuel d’information, d’orientation et de découverte du monde économique, ou « parcours avenir » ;
- Le parcours d’éducation artistique et culturelle ;
- Le parcours éducatif de santé ;
- Le parcours citoyen
La Métropole et l’Académie soutiendront également l’éducation au développement durable ainsi que le développement du numérique pédagogique dans les établissements.
« L’usage du numérique constitue aujourd’hui un enjeu éducatif essentiel. Dans le cadre de contrats tripartites, la Métropole de Lyon s’engage à aider les collèges signataires à développer leurs ressources numériques et à moderniser leurs infrastructures » a souligné Damien Berthilier, Conseiller délégué de la Métropole de Lyon en charge des collèges – coordination/ éducation numérique.


Lire la suite - Collèges : Lyon métropole signe des contrats de parcours spécifiques

Carte d'identité : la simplification administrative fait son chemin


             
De nouvelles modalités de délivrance des Cartes Nationales d'Identité sont mise en place à partir du 21 mars 2017. Pour plus d’efficacité, de simplicité et d’accessibilité dans les démarches administratives, la demande de carte nationale d’identité évolue et se simplifie dans le Rhône. Les demandes de CNI sont désormais effectuées selon les mêmes modalités que les demandes de passeports biométriques, pour une instruction totalement sécurisée, dématérialisée et avec des délais réduits.
Ces nouvelles modalités permettent de sécuriser la carte nationale d’identité, un titre valable 15 ans et qui reste gratuit, sauf en cas de perte ou de vol. 
La procédure d’authentification par les empreintes permet de lutter contre la fraude documentaire et à l’identité, de garantir l’authenticité des titres ainsi qu’un renouvellement rapide et simplifié (par la réutilisation des informations contenues dans le titre à renouveler).

 Une démarche possible dans toutes les communes dotées d’un dispositif.
 A partir du 21 mars 2017, vous pouvez donc effectuer vos démarches pour la carte nationale d’identité (CNI) dans n’importe quelle commune équipée d’un dispositif de recueil (DR) d’empreintes digitales (36 communes dans le Rhône)  et non plus obligatoirement dans votre seule commune de résidence. Dans quatre communes (Messimy, Monsols, St Symphorien d’Ozon, St Cyr au Mont d’Or), les dispositifs de recueil de demandes seront progressivement opérationnels du 24 au 27 mars. Pour éviter tout déplacement inutile, pensez à vérifier que la mairie auprès de laquelle vous envisagez de réaliser votre démarche est bien équipée d’un dispositif de recueil. 

 Un nouveau service : la pré-demande en ligne.
A partir du 21 mars 2017, vous pouvez également effectuer une pré-demande de carte nationale d’identité en ligne sur le site de l’agence nationale des titres sécurisés (ANTS) www.ants.gouv.fr .
Dans ce cas, vous n’aurez pas à renseigner de formulaire papier au guichet de votre mairie. Ce dispositif concerne aussi bien les premières demandes de cartes d’identité que les renouvellements, même dans les cas de perte ou de vol du titre. Cette pré-demande en ligne est facultative : il vous est possible de réaliser l’intégralité de votre demande de carte d’identité en vous rendant dans une mairie équipée de dispositif de recueil qui vous accompagnera dans votre démarche. Vous devrez alors compléter le formulaire papier. 

 Attention : la pré-demande de carte d’identité ne vous dispense pas de vous rendre en personne au guichet de la mairie pour la prise d’empreintes et le dépôt de votre dossier. 


Lire la suite - Carte d'identité : la simplification administrative fait son chemin

Vote par procuration : n’attendez-pas le dernier moment !


             
 L’élection présidentielle aura lieu les dimanches 23 avril et 7 mai 2017. Tout électeur qui souhaite participer au vote mais qui ne pourrait se déplacer ou être présent dans sa commune d'inscription électorale à ces dates pourra voter par procuration en choisissant un autre électeur pour accomplir à sa place les opérations de vote.

Il est possible de voter par procuration
 L’établissement de la procuration est possible si le mandant (l’électeur qui donne procuration) et le mandataire (la personne qui votera) sont inscrits dans la même commune mais pas nécessairement dans le même bureau de vote. 
La procuration doit être parvenue à la commune du mandant avant le jour du scrutin. 
Le mandant doit prendre en compte les délais pour acheminer et traiter la procuration. 
Le mandant remplit le formulaire et l’apporte personnellement au commissariat de police, à la brigade de gendarmerie ou au tribunal d’instance du domicile ou du lieu de travail. Il sera daté et signé sur place devant l’autorité compétente. 
Le formulaire CERFA de demande de vote par procuration peut être téléchargé sur le site internet : www.service-public.fr
Les électeurs qui ne sont pas équipés d’un ordinateur connecté à internet et d’une imprimante pourront toujours obtenir un formulaire de demande de vote par procuration (volet cartonné) auprès du tribunal d’instance ou du commissariat de police ou de la brigade de gendarmerie du domicile ou du lieu de travail et le remplir de façon manuscrite. 
La procuration peut-être demandée le plus tôt possible, et à tout moment de l’année. En tout état de cause, elle doit être parvenue à la commune du mandant avant le jour du scrutin.
 Le mandant doit prendre en compte les délais pour acheminer et traiter la procuration. 

Lire la suite - Vote par procuration : n’attendez-pas le dernier moment !

Formation continue : Volvo renforce ses liens avec Emlyon


             
Emlyon business school devient un partenaire privilégié du groupe Volvo pour l’élaboration de formations et de méthodes d'apprentissage innovantes. Dans le cadre de son programme mondial de partenariat avec l'enseignement supérieur -Academic Partner Program- portant sur le recrutement de talents, la recherche et la formation, le groupe Volvo vient de conclure un nouvel accord de coopération de 2 ans avec emlyon business school. 

EMLyon, est une des plus grandes écoles supérieures de commerce et de gestion. Déjà sélectionnée par Volvo pour le recrutement de talents (Preferred Talent Partner), elle devient partenaire dans le domaine de la formation continue. 

Animée par la Volvo Group University, le pôle de formation interne du groupe Volvo, la coopération portera sur le développement des compétences des salariés du groupe, la conception commune de programmes ou d'outils de formation, le développement de nouvelles méthodes d'apprentissage et le partage d’expérience. 

L'Academic Partner Program est réservé à des établissements d’enseignement supérieur sélectionnés pour leur excellence dans des domaines correspondants à la stratégie et aux besoins du groupe Volvo. Grâce à ses partenaires en Suède, en France, aux États-Unis, en Chine et au Japon, le groupe Volvo Il peut mener efficacement des travaux de recherche et d'innovation sur le long terme avec onze établissements dans le monde. 

Le groupe Volvo est présent en France dans tous ses domaines d’activités : camions, cars et bus, engins de chantier, moteurs industriels et marins. Il y emploie environ 11 000 personnes dont près de 8 000 chez Renault Trucks SAS, installé à Lyon, Blainville-sur-Orne, Bourg-en-Bresse et Limoges. 
Pour de plus amples informations sur le groupe Volvo : 

Lire la suite - Formation continue : Volvo renforce ses liens avec Emlyon

Venenum, un monde empoisonné au Musée des Confluences


             
Moyens de défense ou de pouvoir, armes ciblées ou diffuses, menaces environnementales ou espoirs pour la médecine, les poisons suscitent crainte et fascination. Venenum, un monde empoisonné explore le thème des poisons dans la nature et dans les sociétés humaines et décrit les rôles joués par le poison dans l'histoire et la culture, la science et les croyances, la médecine et la criminalité. En Amazonie, des rites d'initiation exposent les adolescents aux piqûres de fourmis venimeuses. L'épreuve doit favoriser la constitution d'adultes braves et solides mais aussi le mariage et la procréation.   

 Une exposition à la confluence des disciplines   
Située à la confluence des disciplines, elle croise des collections issues des sciences de la Vie et de la Terre et des sciences humaines : peintures et sculptures beaux-arts, collections ethnographiques côtoient et dialoguent avec les collections de sciences naturelles et quelques animaux vivants.     
Ce qui peut vous tuer, peut vous sauver   Poison ou remède ? La réponse réside dans le dosage du principe actif. Des plantes et bactéries dont l'ingestion est potentiellement mortelle possèdent des vertus thérapeutiques avérées, découvertes il y a plusieurs siècles ou porteuses d'espoirs pour les traitements du futur. 
                                                
Découvert par Pierre et Marie Curie en 1898, le radium a connu son heure de gloire au début du 20e siècle. Source inépuisable d'énergie, ses rayonnements deviennent un argument publicitaire pour les industriels : la marque de cosmétiques Tho-Radia lance une crème « à base de thorium et de radium », présentée comme brevetée par un médecin homonyme des Curie afin d'en favoriser la vente.

Exposition à partir du 15.04.2017     
                

Lire la suite - Venenum, un monde empoisonné au Musée des Confluences

Trains Léman express : une direction franco-suisse pour Lémanis S.A, filiale de la SNCF et de CFF


             
 Lors de sa séance constitutive à Genève de la société Lemanis S.A., le Conseil d’administration a choisi de confier la direction de la nouvelle filiale des CFF et de SNCF à Mario Werren. Ce dernier a une longue expérience dans la gestion du trafic ferroviaire des CFF. Il prendra les commandes de Lémanis, en charge de la planification et de la promotion du Léman Express, à 100% dès juin 2017. Il sera soutenu dans sa tâche par Armelle Laugier, directrice suppléante, également responsable pour SNCF de la mise en service du futur réseau transfrontalier.

La nouvelle filiale des CFF et de SNCF fera le lien avec les Autorités Organisatrices, commanditaires du trafic régional, sur l’ensemble du périmètre du Léman Express (230 km de lignes, plus de 40 gares). Le lancement du réseau transfrontalier est prévu pour décembre 2019, à l’achèvement des travaux de construction du nouveau tracé CEVA (Cornavin-Eaux- Vives-Annemasse). 

Société anonyme de droit suisse, Lémanis a son siège à Genève. Son capital-actions est de 60% pour les CFF et de 40% pour SNCF. Son conseil d’administration est composé de 5 membres franco-suisses, dont le président est Jean-Charles Ogé, directeur Stratégie & Finances TER Auvergne Rhône-Alpes de SNCF.

 Mario Werren est actuellement à la tête du personnel des trains de la Région Ouest des CFF. Depuis 33 ans dans l’entreprise, ce Bernois d’origine et Genevois d’adoption a assumé de nombreuses fonctions dans la production ferroviaire. Armelle Laugier, travaille depuis 21 ans chez SNCF. Ces dernières années, la directrice suppléante a participé activement à la conception de l’offre du futur Léman Express que la société Lémanis sera chargée de planifier et de promouvoir auprès de la clientèle. 

Lire la suite - Trains Léman express : une direction franco-suisse pour Lémanis S.A, filiale de la SNCF et de CFF

Palmarès des Villes vertes de France : lyon à la 4éme place


             
Palmarès 2017 de l’Observatoire des Villes Vertes
Quelles sont les villes les plus vertes de France ?

L’Unep – Les Entreprises du Paysage, en partenariat avec Hortis, publie les résultats de l’édition 2017 du Palmarès des Villes Vertes. Une enquête menée auprès des 50 plus grandes villes de France sur leur politique de végétalisation urbaine. Résultats : Lyon se place en 4e position du palmarès. La deuxième ville de France se distingue grâce à son patrimoine vert : chaque Lyonnais dispose de 32 m² d’espaces verts, privés et publics, à moins de 300 mètres de son lieu d’habitation ! La ville mène ainsi une politique dynamique de préservation et de promotion des espaces verts pour améliorer le quotidien de ses habitants.

DÉCOUVREZ L’INTÉGRALITÉ DU PALMARÈS 2017 EN CLIQUANT ICI.

LYON ENGAGÉE POUR LA PRÉSERVATION ET LA VALORISATION DE LA BIODIVERSITÉ

Le capital vert de la ville de Lyon est important et protégé : plus de 300 hectares d’espaces végétalisés sont classés. La ville a mis en place des démarches pour préserver la biodiversité. Elle planifie à court, moyen et long termes des projets porteurs du développement des espaces naturels dans le paysage urbain. Mise à disposition de bacs, jardinières, pieds d’arbres mais aussi la création du projet de Micro Implantations Florales… Tout est fait pour que les Lyonnais prennent en main la végétalisation de leur cadre de vie. Cette valorisation de la nature urbaine et de ce patrimoine vert a permis à Lyon de se faire reconnaître en recevant de nombreux prix au fil des années, dont notamment le Label EcoJardin depuis 2006.

« Le Palmarès des Villes Vertes permet de mettre en avant les meilleures initiatives des collectivités. Nous espérons que celles-ci puissent servir d’inspirations à l’ensemble du territoire et souhaiterions que ce volontarisme local puisse être soutenu par des mesures nationales comme la pratique de la compensation écologique qui pourrait être rendue obligatoire pour les communes. Une mesure simple, qui encouragerait les villes à penser la création d’espaces de nature dès la genèse de leurs projets d’urbanisme » conclut Catherine Muller, Présidente de l’Unep – Les Entreprises du Paysage.
Lire la suite - Palmarès des Villes vertes de France : lyon à la 4éme place

Déraillement d'un train près de Lyon : le point sur le plan ORSEC déclenché par la Préfecture


             
Mise à Jour le 14/03/2017 : L’opération de secours autour d’un déraillement de 4 wagons contenant du Bio-Ethanol à la gare de triage de Sibelin s’est terminée à 5h ce mardi 14 mars. Le dépotage du dernier wagon s’est achevé à 3h40. Le plan ORSEC TMD (transport matières dangereuses) a été levé à 3h50 par la préfecture du Rhône. Le trafic des trains TER Lyon-Saint-Etienne et Lyon-Valence reprend progressivement ce matin...

*******************

Ce sont des wagons de transport de matières dangereuses qui ont déraillé dans la matinée du 13 mars au sud de Lyon, dans la gare de Sibelin à Solaize.  La SNCF a annoncé en début de soirée le début de "l’opération de dépotage". Cette phase très technique mobilise les moyens (citernes et pompes) mis a disposition par les industriels de la pétrochimie dans le cadre d’un protocole d’entraide. Sur place, 45 sapeurs pompiers participent à cette opération de secours.

Une fois tous les wagons accidentés vidés, une grue ferroviaire mise à disposition par la SNCF procédera au relevage et à la remise sur rails des 4 wagons. Cette opération devrait durer toute la nuit ;

 Pour l’heure, les lignes TER Lyon Saint-Etienne et Lyon-Valence sont toujours impactées : la SNCF conseille aux usagers de différer leur voyage ou de prendre un autre moyen de transport.

 Pour rappel, ce lundi 13 mars 2017, à 4h30 du matin, 4 wagons transportant des matières dangereuses à la gare de Sibelin à Solaize ont déraillé. 3 wagons se sont couchés, et une fuite a été constatée sur l’un d’entre eux qui contenait 60 tonnes de Bio-Ethanol. Les secours rapidement sur place ont colmaté la fuite après 2h d’intervention. Aucune victime n’est à déplorer. 

Le plan ORSEC TMD (transport de matières dangereuses) a été déclenché par la préfecture du Rhône pour coordonner la mise en oeuvre des moyens des secours (65 pompiers sur place avec 22 engins) et accélérer le retour à la normale. 20 tonnes de Bio-Ethanol se sont déversées sur les voies, sans que les nappes phréatiques soient menacées.

Lire la suite - Déraillement d'un train près de Lyon : le point sur le plan ORSEC déclenché par la Préfecture

Transition numérique dans le bâtiment: Saint-Etienne à l’honneur !


 Le Pôle Métropolitain, crée en 2012, est une structure de coopération regroupant six agglomérations : la Métropole de Lyon, Saint-Etienne Métropole, la Communauté d’Agglomération Porte de l’Isère, ViennAgglo, la Communauté d’Agglomération Villefranche Beaujolais Saône et la Communauté de communes de l’Est Lyonnais. 
Le Pôle compte aujourd’hui 181 communes regroupant 2 millions d’habitants, 1 million d’emplois, 176 000 étudiants, 13 500 chercheurs et 115 000 entreprises.   Avec l’Espace Numérique Entreprise et le cluster robotique Coboteam, le Pôle a également mis en place un programme d’accompagnement à destination des lycéens et étudiants souhaitant participer à des concours robotiques nationaux ou internationaux.
  
Pour favoriser l’émergence de nouveaux projets, le Pôle Métropolitain soutient l’organisation de concours étudiants dans les domaines de l’innovation constructive, du numérique et du design. 
La remise des prix du concours BIM Décathlon s’est tenue le 10 mars à Eurexpo. C’est l’équipe Green Team 2.0 qui réunissait l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne (ENSASE), l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Saint-Etienne (ENISE) et l’Ecole des Mines de Saint-Etienne (EMSE) qui a obtenu le premier prix pour son projet innovant de réhabilitation de la résidence étudiante « Barcelone » de Villeurbanne.   
À l’issue des trois jours du concours (8, 9 et 10 mars), le projet retenu par le jury animé par Bertrand DELCAMBRE, président du Plan de Transition Numérique dans le Bâtiment devrait permettre la réhabilitation d'une résidence étudiante par Est Métropole Habitat.

Le BIM, ou Building Information Modeling 
Organisé par Astus Construction, avec l’appui des Grands Ateliers, ce concours vise à faire connaître et valoriser l’usage du BIM (Building Information Modeling) dans la conception de bâtiments durables. 
Les 6 équipes étudiantes retenues pour cette deuxième phase du concours avaient cent heures pour imaginer et concevoir, sous la forme d’une maquette 3D BIM, un projet de rénovation. 


Lire la suite - Transition numérique dans le bâtiment: Saint-Etienne à l’honneur !

Vacances d'hiver : les professionnels du tourisme retrouvent le sourire


             
60% des professionnels du tourisme satisfaits des vacances d’hiver 2017 en Auvergne-Rhône-Alpes.    Le nouveau CRT Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme présente les premiers chiffres, assez satisfaisants de fréquentation des vacances d’hiver sur l’ensemble du territoire. Après un début de saison plutôt poussif, 60% d’entre eux sont satisfaits du déroulement de ces vacances d’hiver.
La satisfaction est globalement plus marquée sur les zones de montagne : 74 % sur tout le territoire et 82% dans les stations de montagne auvergnates, fréquentation des domaines skiables oblige. Les résultats présentés sont issus d’une enquête réalisée par téléphone du 1er au 6 mars 2017 selon la méthode des quotas. 
 Cette satisfaction est beaucoup plus marquée parmi les professionnels de la montagne (74%) qu’en milieu urbain (50%) ou rural (45%). La fidélité de la clientèle est le principal facteur de satisfaction des professionnels (38%), ainsi que la météo pour 24% d’entre eux, tandis que la crise et le manque de pouvoir d’achat sont les points d’insatisfaction le plus souvent évoqués.  

Une clientèle internationale peu présente pendant cette période 
 La satisfaction des professionnels porte surtout sur la fréquentation des clientèles françaises pour 68% d’entre eux sur l’ensemble de la région : 78% dans l’espace montagne et 67% en ville. La clientèle Auvergne-Rhône-Alpes est largement présente durant ces vacances d’hiver (37% des professionnels l’évoquent) suivie par celle d’Ile de France (citée par 29% des professionnels). En revanche 66% expriment leur insatisfaction vis-à-vis de la fréquentation des clientèles étrangères (56% en montagne, 64% en ville et 88% à la campagne). 
Vacances scolaires françaises obligent, la clientèle étrangère représente seulement 13% de l’ensemble de la clientèle (12% en 2016), avec en tête de classement des clientèles citées par les professionnels, le Royaume-Uni (47%), suivi de la Belgique (40%) et des Pays-Bas (28%). 

Les étrangers représentent jusqu’à 17% de la fréquentation en montagne. 
 Le taux d’occupation moyen des hébergements marchands se situe aux alentours de 56% soit 4 points de plus que pendant les vacances d’hiver 2016 : 68% en zone montagne, 51% en ville et 35% à la campagne. La fréquentation et la durée moyenne de séjour restent stables par rapport à l’année dernière. 53% des professionnels estiment que leur fréquentation est stable par rapport aux vacances d’hiver 2016 (21% en hausse, 26% en baisse).Ce constat est partagé sur chaque espace de la région.

La durée moyenne de séjour s’établit à 4 jours comme l’année dernière (5 jours à la montagne contre 3 jours à la ville).   

 Un optimisme de rigueur pour le printemps 
 Les professionnels du tourisme sont optimistes quant aux prochains mois, ils sont 59% à annoncer de bonnes réservations pour les mois de mars et avril 2017. Ces réservations s’annoncent meilleures en zone urbaine (60%) et en montagne (61%) qu’à la campagne (53%) Les professionnels anticipent sur la fin de saison et se déclarent majoritairement confiants quant à la conclusion de cette saison d’hiver 2016-2017.   ZOOM AUVERGNE Le taux de satisfaction des vacances d’hiver en Auvergne (52%) est en deçà de la moyenne régionale. Par contre, il passe à 82% dans les stations de montagne auvergnates. Les conditions météo ont particulièrement bien servi les professionnels de moyenne montagne ainsi que les gestionnaires de sites de visites qui sont les plus satisfaits de la période (90%). Côté hébergements auvergnats, le taux d’occupation moyen s’établit à 46%, soit 4 points de plus qu’à la même période en 2016. Les meilleures performances sont enregistrées en stations (77%). 
Comme pour les vacances d’hiver 2016, les villages de vacances enregistrent le meilleur taux d’occupation (63%), soit 9 points de plus que l’année dernière. La clientèle a séjourné 4 nuits en moyenne  en Auvergne (contre 3,4 l’année dernière) et jusqu’à 5,2 nuits en stations (comme en 2016). Pour la suite de la saison, le niveau des réservations est particulièrement bon dans les stations (58%). 

Les locations de meublés, villages vacances et sites de visite sont les plus enthousiastes pour les mois de mars et avril. 
A ce jour, 62% des professionnels auvergnats estiment que la saison hivernale 2016-2017 est réussie. L’optimisme est plus marqué pour les professionnels des stations de montagne (68%).   

Lire la suite - Vacances d'hiver : les professionnels du tourisme retrouvent le sourire

Christiane Taubira réagit à la polémique suscitée par le Maire de Lyon Gérard Collomb


             
Dans un communiqué signé en commun avec son éditeur Philippe Rey, Christiane Taubira réagit à la polémique suscitée par sa venue à Lyon :
"Dans le cadre de la promotion de Nous habitons la Terre , une rencontre devait être organisée à la Maison pour tous des Rancy, à Lyon. À la demande de la mairie de Lyon, elle a été annulée au motif qu'il s'agissait d'une réunion à caractère politique.

Nous regrettons vivement cette décision prise d'autorité, puisque cette rencontre n'est ni un meeting politique ni une conférence partisane. Il s'agit d'une manifestation littéraire, organisée par la Librairie du Tramway, comprenant une séance de dédicaces du dernier ouvrage de Christiane Taubira,  Nous habitons la Terre , qui participe au débat d'idées et qui se tient en dehors de toute campagne.

Christiane Taubira rappelle d'ailleurs que, si ses engagements sont connus et assumés, elle n'occupe aucun rôle officiel. La publicité a été assurée par les seuls organisateurs. Toute référence aux comptes de campagne relève précisément d'excès habituels de campagne électorale.

Un simple contact avec les éditions Philippe Rey ou avec Christiane Taubira aurait permis à la mairie de Lyon de s'assurer de la nature de l'événement. Cet échange n'a manifestement pas été jugé utile.

La rencontre aura finalement lieu au grand amphithéâtre de l'Université Lyon 2. Tout cela n'est donc que péripétie mais démontre combien le pluralisme d'idées n'est pas pleinement accepté par tous."

Lire la suite - Christiane Taubira réagit à la polémique suscitée par le Maire de Lyon Gérard Collomb