Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube !

Inauguration du Matmut Stadium de Lyon Gerland : le LOU rugby entre dans une nouvelle dimension

"Construit entre 1913 et 1926 par l’architecte Tony Garnier, le premier stade de l’agglomération lyonnaise aurait pu accompagner le développement du centre de Congrès, près du Parc de la tête d'Or", rappelle le Maire de Lyon, Georges Képénékian. 
Il n'en fut rien et le charismatique Edouard Herriot, qui a dirigé la ville près de cinquante ans, décida plutôt de l'ériger dans l'extrémité sud de Lyon. Le stade s’inscrit dans la tradition des équipements olympiques de l’antiquité avec une grande galerie circulaire posée sur un tapis végétal. Il est accompagné d'un vélodrome et d'une piscine.

En 1950, Gerland devient le stade attitré de l’Olympique Lyonnais et il s’adapte petit à petit à l’univers du ballon rond. Transformé régulièrement au cours du siècle, le Vélodrome disparaît dans les années 1960. D'autres travaux seront engagés plus tard dans la perspective de l’Euro 84.

Pour le mondial 98, l’architecte Albert Constantin (déjà), t modernise le stade et rapproche les deux virages nord et sud. Les tribunes sont rehaussées d’un étage pour créer 28 loges équipées. Les bancs en bois des tribunes sont remplacés par des sièges individuels. La capacité du stade est alors de 40 494 spectateurs. 

Symbole des sept sacres de l'OL, le stade de Gerland devient mythique mais s'avère trop petit pour une équipe qui grandit. Dans les années 2000, le club de Foot s'émancipe peu à peu mais il faudra attendre 2016 pour voir son installation à Décines.

La Métropole de Lyon émet alors le souhait que Gerland reste un site sportif d’exception. Un nouveau club résident digne du précèdent investit le stade de Gerland : le Club de Rugby Lyon Olympique Universitaire (LOU) qui ne cache pas ses ambitions dans le Top 14 pour les 60 ans à venir (durée du bail de location signé avec la Ville). 
Le projet était ambitieux : adapter le stade de Gerland aux exigences d’une nouvelle discipline, le rugby, tout en préservant les qualités architecturales du bâtiment conçu par Tony Garnier et classé à l’inventaire des Monuments Historiques. A la veille de la découverte par le public lyonnais du « nouveau Gerland », le pari semble réussi : 
Les tribunes Ouest (anciennement Jean Jaurès) et Est/Serfim (anciennement Jean Bouin) sont totalement repensées. 
Les gradins sont rapprochés de la pelouse, la pente de ces gradins redressée pour offrir une parfaite visibilité à tous les spectateurs. 
De grands salons s’ouvrent sur toute l’aire de jeux pour accueillir les lieux de vie, les salonsbar et favoriser l’événementiel. •Les loges sont agrandies et leur confort repensé, la création d’ascenseurs permet l’accessibilité intégrale de tous les publics. 
Toutes ces transformations ont permis de diminuer la capacité d’accueil du stade (nombreuses configurations possibles entre 12 000 et 35 000 places) pour rapprocher le public de l’aire de jeux et créer une exceptionnelle convivialité chère aux amateurs du ballon ovale. 
Cette transformation réalisée par l’entreprise Eiffage sous la direction de l’architecte Albert Constantin et le cabinet AIA, qui a nécessité un investissement de 38 millions, s’est opérée en un temps record : 4 mois pour la reconfiguration du stade et 4 mois pour la construction du village réceptif (5 000 m²) et du centre d’entrainement et de formation (1 500 m²). C’est bien ce nouveau stade qui se loge dans l’enceinte historique conçue il y a plus d’un siècle, tout en permettant une revalorisation du patrimoine architectural, qui va permettre au LOU Rugby d’écrire une nouvelle page de son histoire et de bénéficier au-delà du terrain, d’un véritable « lieu de vie » mêlant sport et événements.

Lire la suite - Inauguration du Matmut Stadium de Lyon Gerland : le LOU rugby entre dans une nouvelle dimension

Demandeurs d'asiles : Lyon Métropole obtient l'évacuation des réfugiés de la place Mandela

Selon le communiqué de la Préfecture,  "en exécution de deux décisions du Tribunal administratif de Lyon du 17 août 2017, le campement illicite situé esplanade Nelson Mandela à Lyon 3ème a été évacué le vendredi 25 août 2017". 

Les décisions de justice avaient été portées à la connaissance des intéressés préalablement à l’évacuation. Cette évacuation est consécutive à une réquisition de la force publique déposée par les propriétaires des terrains, la Métropole de Lyon et la société ELM.

45 personnes vulnérables
Les services sociaux de l’État ainsi que l’office français de l’immigration et de l’intégration étaient sur place. 149 personnes étaient présentes sur les lieux, dont 110 adultes et 39 mineurs (dont 9 enfants de moins de 3 ans).

Parmi elles, 119 personnes de nationalité albanaise ont été recensées, les autres occupants étant originaires des Balkans. La plupart des personnes sont dans une démarche de demande d’asile.

Le diagnostic social qui a été réalisé, a permis d’identifier 45 personnes vulnérables: des familles avec des enfants de moins de 3 ans, une famille avec un enfant handicapé, et une femme seule avec deux enfants. Une solution de mise à l’abri leur a été proposée.
Lire la suite - Demandeurs d'asiles : Lyon Métropole obtient l'évacuation des réfugiés de la place Mandela

Jeux : Les mondiaux de bridge 2017 à la Cité Internationale de Lyon

En attendant la catégorie scolaire, en lice ce week-end, les Juniors (U26), Girls (U26 féminine), Youngsters (U21) et Kids (U16) ont démarré leurs championnats du monde mercredi. Dans la même salle, 400 jeunes aux couleurs de 25 pays concourent ainsi en même temps dans un silence de cathédrale. 
 LA CHINE FORTEMENT REPRÉSENTÉE 

mondiaux bridge
La Chine, où le bridge s'est développé sous l'impulsion du haut dignitaire Deng Xiaoping, qui l'avait découvert lors de ses études en France, a déplacé une délégation d'une cinquantaine de champions. Dans l'Empire du milieu, les écoliers doivent obligatoirement pratiquer un sport de l'esprit. Le bridge est une des disciplines proposées. Loin d'être considéré comme un loisir réservé aux seniors, le bridge y est très populaire. Les meilleurs joueurs chinois se voient même attribuer le statut d'athlète d'état. 

 DE VÉRITABLES CHAMPIONS 
 Les Tricolores auront leur carte à jouer : l'équipe de France Kids est médaillée de bronze des derniers mondiaux et les Juniors vice-champions d'Europe 2016. Ils pourront s'appuyer sur des champions comme Léo Rombaut, le Nordiste en sport étude football, ou encore Sarah et Baptiste Combescure, les jumeaux lyonnais, chacun en équipe de France. Ces 3 cracks du bridge bénéficient du soutien et des conseils de leurs pères, en lice avec l'équipe de France Open, championne d'Europe en titre. Tous ces jeunes champions sont déjà habités d'un fort esprit de compétition et dotés d'un mental d'acier pour affronter les 7 heures de jeu quotidien et la guerre des nerfs qui les accompagne. 

 LES BLEUS EN COURSE POUR LE PODIUM 
La compétition jeunes par paires s'étale sur trois jours et se terminera vendredi. Dans chaque catégorie, des formations françaises sont en course pour le podium. Chez les Juniors, Édouard du Corail et Loïc Neveu sont actuellement 4es tandis que Sarah Combescure et Mathilde Thuilliez sont 2es dans la catégorie Girls. Luc Bellicaud et Raphaël Basler sont 3es chez les Youngsters, tout comme Clément Teil et Léo Rombaut chez les Kids. La compétition par équipes nationales prendra le relai à partir du samedi 19 août et se terminera jeudi 24 août. 

LES COLLÉGIENS EN LICE CE WEEK-END 
En France, 7 000 élèves sont initiés au bridge chaque année au sein de leur établissement scolaire. Un élan encouragé par le ministère de l'Éducation nationale qui a signé une convention avec la Fédération Française de Bridge en 2012 pour favoriser l'usage du bridge pour un apprentissage ludique des mathématiques. Plus de 300 collégiens vont disputer le tout premier championnat du monde scolaire, samedi et dimanche à Lyon.  
Lire la suite - Jeux : Les mondiaux de bridge 2017 à la Cité Internationale de Lyon