Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube !

Alerte neige sur la métropole de Lyon

Le point de la situation à la mi-journée ce lundi 18 décembre 2017.
En raison des chutes de neige annoncées, la Métropole de Lyon a déclenché son dispositif de veille hivernale la nuit dernière, d’abord sur les voies situées à 400 m d’altitude. Ce sont ensuite les lignes fortes de transport en commun qui ont été traitées dans la nuit ainsi que les principaux axes routiers du territoire.

 La neige tombée en continu a conduit les équipes de la viabilité hivernale à repasser régulièrement sur les voies traitées pendant la nuit. En début de matinée, un phénomène de regel a ralenti la reprise du trafic et impose aux conducteurs la plus extrême prudence. Par ailleurs, les interventions des équipes de déneigement ont été pénalisées par les conditions de circulation toujours difficiles en début de matinée et par des véhicules bloquants. 
 A la mi-journée, la circulation est encore difficile dans le 5e arrondissement de Lyon en raison de véhicules qui ont bloqué la circulation et l’accès aux véhicules d’intervention. Quelques points sont encore en cours de traitement sur les points hauts des Monts d’Or. 

L'actualité lyonnaise en vidéos :
Quelques difficultés sont encore constatées sur quelques lignes fortes du réseau de transports en commun du plateau nord sur les communes de Caluire et de Rillieux-la-Pape. 
Un retour à la normale est prévu dans le courant de l’après-midi sur l’ensemble des axes métropolitains. 
 Pour suivre l’avancement des travaux de déneigement, le site www.onlymoov.com propose une information actualisée en temps réel. Un standard téléphonique est également à la disposition des habitants de la Métropole de 5h à 22h au 04 78 95 88 44. La situation météorologique devrait s’améliorer à partir de la mi-journée avec des températures de 2°. 
La circulation reste difficile à cause de la présence de la neige fondue sur la chaussée. 
Pour faciliter le travail des équipes de déneigement, les usagers sont invités à privilégier les transports en commun dont le réseau est pour partie rétabli plutôt que la voiture individuelle. 
Pour ceux qui n’ont d’autre choix, il est conseillé de se pourvoir d’équipements adaptés (chaînes, pneus neige…). 
 Plus d’informations sur : www.onlymoov.com – 0800 153 050 (appel gratuit) 


www.tcl.fr – 04 26 10 12 12 (coût d’un appel local)
Lire la suite - Alerte neige sur la métropole de Lyon

Saint-Exupéry : révélations sur sa disparition

Antoine de Saint Exupery
Saint-Exupéry
- Révélations
-
Le 31 juillet 1944, lors d'une mission de reconnaissance aérienne, le commandant Antoine de Saint-Exupéry disparaît à bord du Lightning N223. Ce beau livre, édité par Vtopo et préfacé par Patrick Poivre d'Arvor résume les longues années de recherche qui ont permis aux auteurs, des passionnés ou des membres de la famille éloignée du célèbre aviateur lyonnais auteur du Petit Prince,  de lever le voile sur le mystère de sa disparition.
Après quelques rappels sur la vie d'Antoine, les circonstances et les connaissances à propos de cette funeste mission sont étudiées. François d'Agay évoque l'état d'esprit des proches face à la disparition de son oncle, jusqu'à l'incroyable découverte en mer d'une gourmette en argent.
Ce bijou sera le déclencheur d'une longue enquête qui conduira les auteurs jusqu'à Horst Rippert, un aviateur allemand qui avouera avoir abattu un Lightning là-même où repose celui d'Antoine.

L'actualité lyonnaise en vidéos :

Une rencontre historique entre François, le plus proche parent d'Antoine, et Horst, le vétéran de la Luftwaffe responsable de sa mort, aura lieu en secret en février 2010. Elle est intégralement narrée ici.
Ce livre apporte donc enfin la preuve que Saint-Ex a été abattu par la chasse allemande. Mais la piste de ces recherches va en croiser d'autres. Ainsi, on découvre comment un jeune prince allemand, disparu au combat à Marseille, a pu être retrouvé et rendu à sa famille en Allemagne alors que sa dépouille reposait aux USA !
Le destin d'Henri Ray, jeune frère d'armes d'Antoine, disparu en mars 1944, est également élucidé, Henri repose auprès de lui.
Et finalement, une question reste posée : les secours en mer de la Luftwaffe ont-ils recueilli Saint-Ex vivant ?

Commander le livre Saint-Exupéry : révélations sur sa disparition (livraison par Amazon) -
Lire aussi sur LYFtv : Guynemer, la légende et le mystère !
Lire la suite - Saint-Exupéry : révélations sur sa disparition

AirBnB : à Lyon, la location de meublés de tourisme est aussi soumise à réglementation

La Métropole de Lyon – élue meilleure destination européenne de tourisme urbain en fin d’année dernière aux World Travel Awards - s’est affirmée comme une destination touristique majeure en France et en Europe.avec une augmentation deplus de 30 % au cours de ces dix dernières années, forte de ses 4.7 millions de nuitées en hôtels en 2016 (Source : MKG - CCI 2016), tandis que l’aéroport de Saint Exupéry devrait franchir le cap des 10 millions de passagers d’ici la fin de l’année, cela grâce à la création de nombreuses nouvelles lignes aériennes.
Le phénomène « Airbnb », englobant l’ensemble des plateformes de location, est un phénomène global qui concerne sans exception toutes les grandes destinations touristiques. Il répond à de nouveaux modes de voyages et représente une offre complémentaire à l’hôtellerie traditionnelle.


L'actualité lyonnaise en vidéo :


De nouvelles réglementations "pour un développement maitrisé" viennent d'être présentés à la presse régionale par les élus lyonnais.  
Le nouveau dispositif régulant le marché des meublés de tourisme à Lyon repose sur la définition d’un cadre renforçant les modalités de «changement d’usage» d’un logement et la mise en place d’un système de télé déclaration et de numéro d’enregistrement permettant une meilleure transparence de l’offre.
AirBNB la réglementation des meublés de tourisme à Lyon

Le contrôle du respect des obligations des loueurs. 
Pour David Kimelfeld, président de la Métropole, « ce dispositif répond à trois objectifs, protéger l’habitat résidentiel, garantir l’équilibre du développement touristique et limiter la professionnalisation de cette activité, c'est-à-dire laisser à l’économie collaborative son esprit d’origine. L’enjeu est donc de réguler le développement des meublés mais sans aller jusqu’à une interdiction totale de cette activité. Il s’agit, au travers de cette réglementation, de favoriser les conditions d’une concurrence équitable entre les hôteliers et les loueurs de meublés ». 
Pour sa part le maire de Lyon Georges Képénékian observe que « La transformation de logements « traditionnels » en meublés de tourisme a pour conséquence de soustraire des logements du marché de l’habitat, ce qui contribue à accentuer la tension que connait le secteur centre de Lyon sur le marché du logement, que ce soit sur le segment du marché locatif ou de l’accession à la propriété. 
La réduction du parc d’habitation entre en contradiction avec l’ambition portée par la Métropole de Lyon et la Ville de Lyon de créer les conditions d’un marché immobilier équilibré »

Lyon ne connait pas aujourd’hui la situation que rencontrent des villes comme Barcelone, Paris, ou Venise mais souhaite anticiper pour veiller à conserver un tourisme équilibré, raisonné et apaisé. 
La nouvelle réglementation modifie les conditions de changement d’usage à partir du 1er février 2018. Le service de l’urbanisme de la Ville de Lyon prendra en charge l’instruction des demandes et le contrôle de celles-ci. Ne seront pas concernés les lyonnais qui louent leur résidence principale (dans la limite de 120 jour par an, limite fixée par la loi Alur). De même, tout meublé créé avant ce nouveau règlement et ayant respecté l’ensemble des obligations imposées jusqu’alors ne sera pas non plus impacté.
Un règlement existe déjà, pour la Ville de Lyon, sur les changements d’usages de logements en commerces, activités, services… Il sera complété en intégrant, comme la Loi Alur le permet, des dispositions spécifiques aux meublés de tourisme. Ces nouvelles mesures, qui ne concerneront que l’hyper-centre de Lyon, se fondent sur deux règles d’urbanisme :
- l’obligation de compenser tout logement transformé en meublé : c’est le principe du 1 pour 1,
- et la limitation dans le temps de l’autorisation d’utilisation en meublé de tourisme. Chacune de ces règles s’appliquera selon la situation du demandeur et la taille du logement.
Télé déclaration et numéro d’enregistrement
 La loi Numérique impose désormais pour tous les loueurs de meublés touristiques de se déclarer dès la première nuitée, déclaration assortie d’un numéro d’enregistrement qui devra figurer sur toutes les annonces de location en ligne. Cette mesure doit permettre davantage de transparence sur l’offre et permettre plus de contrôle du respect des obligations des loueurs. Par ailleurs, pour faciliter la déclaration des loueurs et s’adapter aux nouveaux usages, la Ville de Lyon, à l’instar d’autres grandes villes de France, comme Paris, Nice ou Bordeaux, a souhaité dès à présent mettre en œuvre la disposition de télé déclaration prévue par la loi Numérique pour les communes de + de 200 000 habitants. Pour la mettre en œuvre au plus vite, les collectivités ont engagé un travail sur une plateforme d’enregistrement qui sera effective au printemps 2018.
Lire la suite - AirBnB : à Lyon, la location de meublés de tourisme est aussi soumise à réglementation

Pesticides dans les cours d'eau : la situation s'aggrave

Le président Macron confirmait la semaine dernière sa volonté de faire sortir la France du glyphosate en 3 ans. Mais, selon l'organisation France Nature Environnement, qui tire la sonnette d'alarme, "les débats sur le célèbre herbicide ne doivent pas nous faire oublier la question plus globale de la pollution aux pesticides". Car le constat est sans appel : 92% des cours d’eau surveillés sont pollués. Et la récente modification de l’arrêté ministériel censé assurer leur protection ne fait qu’empirer la situation.
Face à l’urgence environnementale et sanitaire, France Nature Environnement lance l’alerte : une quarantaine de recours gracieux ont été déposés par les associations du mouvement, et une pétition circule afin de mobiliser les citoyens sur l’enjeu crucial de la pollution de l’eau.
Protection des points d’eau : l’enjeu des cartes :
 Pour faire face à la contamination généralisée de nos cours d’eau, un arrêté ministériel  imposait depuis 2006 des zones de non traitement (ZNT) : des aires en bordure des points d’eau, sur lesquelles il est interdit d’épandre des pesticides. Cette mesure a fait ses preuves pour limiter la pollution, à condition que la largeur de cette bande soit suffisante, mais aussi que cette mesure concerne l’ensemble de nos points d’eau, même les plus petits. 
Jusqu’ici, cet arrêté concernait l’ensemble des éléments du réseau hydrographique de la carte de l’IGN, une carte incomplète mais qui permettait une protection minimale des points d’eau.  

L'actualité lyonnaise en vidéos :


Seulement, voilà : depuis la modification de cet arrêté, le 4 mai 2017, certaines préfectures ont exclu la carte de l’IGN pour se référer à une carte réduite, établie par les services de l’Etat, en étroite collaboration avec – voire sous la forte pression de – la profession agricole. 
La méthodologie retenue pour établir cette carte, censée reprendre les critères de la définition légale des cours d’eau, est parfois très critiquable. Le choix de la carte de référence est un enjeu de taille, impactant directement la santé des cours d’eau, car tout écoulement d’eau, aussi petit soit-il, aboutit en définitive dans le réseau hydrographique général. En laissant le choix de la carte de référence entre les mains des préfets, l’Etat prend donc le risque d’aggraver la pollution des milieux aquatiques. 
Des cours d'eau sous pression 
Sur le terrain, on constate aujourd’hui une très grande hétérogénéité des définitions des points d’eau retenus par les préfets, amoindrissant l’efficacité de la lutte contre la pollution liée aux pesticides. Un écoulement peut ainsi être protégé dans un département et pas dans le département limitrophe ! Il est impératif que l’arrêté ministériel cadre la définition des écoulements protégés de façon beaucoup plus rigoureuse. 
L’état des lieux laisse peu de place au doute : des résidus de pesticides sont retrouvés dans la quasi-totalité des cours d’eau français, avec des pics relevés localement, qui nécessitent justement une plus grande rigueur. 

Forte mobilisation des associations environnementales. 
En première ligne de la lutte contre la pollution des cours d’eau et face à la pression des syndicats agricoles, les associations de France Nature Environnement ont donc déposé des recours gracieux à l’encontre d’une quarantaine d’arrêtés préfectoraux pour demander une meilleure réglementation. Nombre de ces recours seront ensuite portés devant la justice si les préfets refusent de faire droit aux demandes. 
Pour Benjamin Hogommat, de France Nature Environnement : « Il est temps de faire de ces combats locaux une mobilisation nationale, car la question de la qualité de l’eau est un enjeu environnemental et de santé publique majeur. Nous appelons le Gouvernement à prendre ses responsabilités et modifier l’arrêté du 4 mai 2017 pour garantir une protection des milieux aquatiques digne de ce nom». 
France Nature Environnement a également lancé une pétition, afin d’obtenir une modification de cet arrêté au plus vite.
Lire la suite - Pesticides dans les cours d'eau : la situation s'aggrave