Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube !

Le Haut Conseil à l'Egalité publie le premier état des lieux du sexisme en France

Le Haut Conseil à l’Egalité publie son premier état des lieux du sexisme en France, conformément à la mission confiée par la loi relative à l’égalité et la citoyenneté du 27 janvier 2017. 
 Ce rapport a pu bénéficier des contributions de l’ONDRP, du CREDOC et de la DREES. 

Le sexisme est une idéologie qui repose, d’une part, sur le postulat de l’infériorité des femmes par rapport aux hommes, et d’autre part, c’est un ensemble de manifestations, des plus anodines en apparence aux plus graves (remarques, représentations stéréotypées, sur-occupation de l’espace… jusqu’à entrave à l’avortement, viols, meurtres…).

Le sexisme une idéologie dangereuse, par ses manifestations et ses effets. Il produit de nombreux dégâts, comme par exemple un sentiment de dévalorisation, la modification de leurs comportements avec l’adoption de stratégies d’évitement, une dégradation de leur santé physique (blessures) et psychique. In fine, le sexisme, c’est la source de toutes les inégalités femmes-hommes bien connues aujourd’hui.
Le sexisme est toujours d’actualité, très répandu et pourtant, encore très peu condamné : 4 femmes sur 10 indiquent avoir dernièrement été victimes d’une injustice ou d’une humiliation du fait d’être une femme. A peine 3% des actes sexistes qui tombent sous le coup de la loi font l’objet d’une plainte et seulement 1 plainte sur 5 conduit à une condamnation.
Le sexisme est un ressort fréquent de l’humour. L’analyse réalisée par le HCE sur un échantillon de sketches montre que plus de la moitié d’entre eux mobilise au moins un ressort sexiste : l’on y rit souvent des femmes, mais… sans les femmes. Et l’humour sexiste est fréquent : presque 40% des français.es ont entendu, au cours de l’année 2017, au moins une blague sexiste.
Les injures sexistes sont, elles, une violence du quotidien, que les femmes signalent peu à la police et que la justice condamne très (très) rarement. En 2017, 1,2 millions de femmes ont font l’objet d’une injure sexiste, soit près d’1 femme sur 20. Dans 64% des cas, l’insulte contient les mots « salope » (27%), « pute » (21%) ou « connasse » (16%). Bien que passibles d’1 an d’emprisonnement et 45 000 € d’amende, seules 3% de ces injures font l’objet d’une plainte. En 2017, seulement 4 condamnations pour injures sexistes ont été prononcées.
Le Haut Conseil à l’Egalité appelle au lancement d’un premier Plan national contre le sexisme 2019-2022 qui porte l’exigence d’une culture des droits et de l’égalité femmes-hommes reposant sur 5 axes :
  • Mieux mesurer le sexisme, par le financement d’une enquête d’opinion annuelle, qui interroge notamment chacun.e sur les actes sexistes dont il ou elle est l’auteur ;
  • Faire reculer le sexisme en permettant de mieux le repérer, par des campagnes de sensibilisation, la formation des professionnel.le.s, en particulier des médias, des arts et de la communication et par la reconnaissance d’une journée nationale contre le sexisme ;
  • Faire reculer le sexisme en condamnant davantage les auteurs. Cela implique la formation des professionnel.le.s de la sécurité et de la justice ;
  • Accompagner les victimes de sexisme en renforçant les financements des associations qui les accompagnent ;
  • Garantir une action publique exempte de tout sexisme : allocation des financements publics dans une perspective d’éga-conditionnalité, diplomatie féministe – notamment à court-terme par la promotion des droits sexuels et reproductifs des femmes dans le cadre du G7 - et lutte contre le sexisme dans toutes les politiques sectorielles, y compris contre le  cyberharcèlement et les discours de haine en ligne.
Selon Danielle Bousquet, Présidente du HCE : « Le sexisme, ce n’est pas une fatalité et ça n’a rien de naturel. C’est une idéologie mortifère, qu’il faut combattre avec vigueur ».

Abonnez vous ! :
Accueil LYFtv.com /             LYonenFrance /
LYFtvNews (le forum)
( avec Snapwidget )
Lire la suite - Le Haut Conseil à l'Egalité publie le premier état des lieux du sexisme en France

Une exceptionnelle vente aux enchères Arts déco à Lyon

Art Nouveau - Art Déco, cinq lots-phares
Demeter H. CHIPARUS (1886-1947)
Les amis de toujours dit aussi Friends forever
Sculpture chryséléphantine.
La tête, le buste et les mains en ivoire finement sculpté.
Socle en onyx.
Estimation : 10 000 / 15 000 €

Lot 258
Jean PERZEL (1892-1986)
Circa 1935.
H. 186 cm
Exposition des Arts et Techniques, Paris, 1937 - Un modèle identique
fut présenté lors de cette manifestation.
Estimation : 5 000 / 8 000 €

Lot 28
Vase ovoïde à col légèrement évasé.
bleu violacé et lavande sur fond jaune intense.
H. 27,5 cm
Estimation : 5 000 / 8 000 €

Lot 186
Jean DUNAND (1877-1942)
Vase piriforme au col légèrement évasé.
Signé et daté Jean DUNAND (1)914 sous la base.
H. 21,3 cm
Usures et manques à la patine.
Estimation : 3 000 / 5 000 €
Lot 172
René LALIQUE (1886-1945)
colorée probablement postérieurement par un procédé thermochimique
Bouchon de radiateur.
Signé R. LALIQUE, en relief sur la base.
H. 14 cm - L. 25 cm
Estimation : 5 000 / 8 000 €

Fonds d'atelier Aaron Bilis (1893-1971)
Fonds d'atelier Aaron BILIS (1893-1971), peintre voyageur aux mille vies et aux mille rencontres ! La maison de ventes DE BAECQUE & Associés fait découvrir, à l'occasion de cette vente aux enchères, une collection tout à fait inédite de plusieurs dizaines d'œuvres, tableaux, dessins, miniatures, réalisés par Aaron Bilis.
Né en Russie à Odessa en 1893 (actuelle Ukraine), Aaron Bilis manifeste très vite une appétence pour le dessin : il étudie d'abord à l'Académie Impériale des Beaux-Arts d'Odessa, avant de poursuivre sa formation à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris au sein de l'Atelier Cormon. Inlassable voyageur, il s'installe dès 1915 en Amérique du Sud, parcourant le Brésil et l'Argentine dont il prendra la nationalité. Illustrateur et portraitiste mondain très recherché, il n'hésite pas à mettre son talent au service de la presse et de l'édition, tout en développant la singularité d'une sensibilité personnelle, qui l'amène à rencontrer les indiens Mapuches du Chili dans une approche ethnographique unique, fascinante et bouleversante.
De retour à Paris, dans l'effervescence du Montparnasse des Années folles, il multiplie les rencontres et se lance dans la réalisation d'un projet incroyable en créant un véritable panthéon littéraire, artistique et musical, croquant de son trait de fusain brillant et précis, les plus célèbres de ses contemporains, de Marc Chagall à James Joyce en passant par Paul Valéry. Ensemble dont il offrira à la Bibliothèque nationale de France les reproductions qui intégreront le fameux Cabinet des Estampes. L'Exposition Coloniale de 1931 lui donne une fantastique opportunité de traduire sur le papier à travers un formidable kaléidoscope, hymne à la diversité des peuples, son amour des hommes et sa bienveillante curiosité. Citoyen d'un monde dont il n'avait de cesse de vanter les beautés et l'intelligence, Aaron Bilis s'éteint à Porto en 1971. Précieusement conservées dans la famille de l'artiste, ses œuvres sont pour la première fois proposées aux enchères.

Lot 361
Aaron BILIS (1893-1971)
Rio, 1926
Huile sur toile, signée, datée et située en bas à droite
H. 89 cm - L. 78 cm
Estimation : 600 / 800

55 œuvres de Pierre Combet-Descombes (1885-1966)
« Je suis un romantique impénitent et m'en flatte. Je hais l'anecdote et ne me plais que dans les aventures. N'est-ce pas Fichte qui disait : « Rien n'existe que par l'imagination ». Je suis tout à fait d'accord avec le philosophe allemand sur ce point. Mon imagination m'a permis de voir large et haut, de voir intensément, de voir vivre. Je veux que chaque chose me donne sa puissance, toute son intensité. C'est pourquoi le nu, à cause de la complexité des formes, et les grands horizons des paysages décoratifs m'ont toujours tenté. »*
Combet-Descombes, 19250
*citation reproduite p.27 du catalogue de l'exposition « Pierre Combet-Descombes 1885-1966 » au Musée des Beaux-Arts de Lyon, 1985
(Biographie en p. 70 du catalogue)


Lot 408
Pierre COMBET-DESCOMBES (1885-1966)
Grand nu aux bas verts
Technique mixte sur papier (fusain, gouache, etc.), signée en
haut à gauche
A vue : H. 64 cm - L. 47,3 cm
Estimation : 1 500 / 2 000

Téléchargez ci-après le catalogue : catalogue
Suivez aussi la vente sur Drouot Live

Exposition publique
Mercredi 30 janvier de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h
Jeudi 31 janvier de 9 h à 12 h
Responsable de la vente : Maëlle LOPEZ

Art Nouveau - Art Déco
Expert : Emmanuel EYRAUD (E.E.)
Atelier Aaron Bilis
Expert : Damien VOUTAY (DV)

OEuvres de P. Combet-Descombes
Expert : Alain CANO (AC)




***********
Accueil LYFtv.com /             LYonenFrance /
LYFtvNews (le forum)
Lire la suite - Une exceptionnelle vente aux enchères Arts déco à Lyon

Entreprises : la CPME 69 s'inquiète de la pespective d'un Hard Brexit

lyon
 Le rejet par le Parlement britannique du projet d’accord portant sur les modalités de sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne rend aujourd’hui probable un "hard Brexit", au 30 mars 2019.
La CPME (Confédération des Petites et Moyennes Entreprises) s’inquiète des conséquences pratiques notamment pour les 30 000 PME françaises qui commercent avec le Royaume-Uni. Mais au-delà de ces entreprises, dont un certain nombre a anticipé cette situation, il est à craindre que des secteurs entiers d’activité soient concernés.
L'actu. lyonnaise en vidéos :


C’est pourquoi la Confédération des PME recommande aux entreprises de vérifier le plus rapidement possible l’origine des produits alimentant leur chaine d’approvisionnement, et ce afin de surveiller leur conformité avec les règles en vigueur dans l’Europe des 27.
De même, il leur revient dès à présent, de protéger leurs marques, dessins et modèles auprès de l’IPO (Intellectual Property Office). La seule protection communautaire s’avérera brutalement inefficace au Royaume-Uni.
 Abonnez vous ! :

Par ailleurs, les autorisations ou certificats obtenus au Royaume-Uni devront impérativement être transférés dans l’Union Européenne. Il en ira de même avec les qualifications professionnelles.
Quant aux formalités douanières, auxquelles viendront s’ajouter des contrôles phytosanitaires, elles causeront un préjudice considérable aux entreprises. Le commerce de denrées alimentaires périssables deviendra ainsi pratiquement impossible.
Alors que 500 camions étrangers procèdent aujourd’hui aux formalités douanières à l’entrée du Royaume-Uni, en l’absence d’accord spécifique 8000 camions seront concernés. Plusieurs jours d’attente seront alors nécessaires à la frontière si des files réservées aux véhicules d’entreprises ne sont pas prévues.
Enfin, le Royaume-Uni n’étant plus concerné par la TVA intracommunautaire, la CPME demande au gouvernement français de mettre en place des dispositifs fiscaux pour éviter les mécanismes compensatoires.



LYFtvNews (le forum)
( avec Snapwidget )
Lire la suite - Entreprises : la CPME 69 s'inquiète de la pespective d'un Hard Brexit

Une cartographie sur 2800 kms des réseaux souterrains et aériens du Grand Lyon

lyon
 Pour assurer une sécurité optimale aux agents et aux habitants du territoire, la Métropole de Lyon vient de signer un partenariat avec 6 gestionnaires de réseaux pour produire un Plan de Corps de Rue Simplifié (PCRS) permettant de réduire le risque d’accidents liés aux travaux de voirie. 
« La sécurité des agents sur les chantiers tout comme celle des habitants est une priorité majeure pour notre territoire. Grâce à ce plan de rue commun, les acteurs auront une meilleure connaissance du patrimoine topographique et pourront gérer leurs réseaux en toute fiabilité » explique Pierre Abadie, vice-président à la Métropole de Lyon délégué à la Voirie, hors grands-ouvrages et grandes infrastructures.
L'actu. lyonnaise en vidéos :

L’objectif : partager un plan de référence commun et sécuriser au maximum les interventions en réduisant les risques de rupture de canalisations lors de travaux de voirie. 
Ce partenariat public-privé à l’initiative de la Métropole de Lyon est unique en France de par sa couverture géographique et la pluralité des acteurs engagés. Il permettra, sur la base des données cartographiques et topographiques transmises par les partenaires, de produire un fond de plan commun actualisé au rythme des travaux et aménagements menés sur le territoire. La Métropole de Lyon, pilote de cette démarche centralisera la gestion de ce Plan de Corps de Rue Simplifié. 
Co-signée par Enedis, Grdf, Dalkia, RTE, Sigerly et Eau du Grand Lyon, cette convention d’une durée de 5 ans permettra la production d’un fond de plan normalisé sur lequel l’ensemble des réseaux viendront s’apposer : eau, gaz, électricité, chauffage urbain, fibre optique etc.
Pour aboutir à ce fond de plan unique d’ici 2023, les données vont être collectées auprès des différents partenaires puis traitées par les agents de la métropole. Le budget de cette opération est estimé à 1.5 million d’euros sur 5 ans. 
À ce jour, 40 % du patrimoine topographique du territoire est modélisé soit 2 000 km linéaires. L’objectif est de couvrir sur les cinq ans à venir les 60 % restant soit environ 2 800 km linéaires.
Un budget de 1.5 M€ pour constituer ce référentiel 

Abonnez vous ! :
Accueil LYFtv.com /             LYonenFrance /
LYFtvNews (le forum)
( avec Snapwidget )
Lire la suite - Une cartographie sur 2800 kms des réseaux souterrains et aériens du Grand Lyon

Immobilier : un financement solidaire pour les exclus du système bancaire

lyon
Aujourd'hui, pour diverses raisons (situation professionnelle, retraite, etc.), de nombreux Français qui souhaitent emprunter se heurtent au refus des banques. C'est pourquoi Vousfinancer, 3ème  réseau national de courtage en crédits, a choisi stayhome, 1ère  plateforme nationale de Portage immobilier issue de l'économie sociale et solidaire, pour compléter son offre et accompagner ses clients ne répondant pas aux critères de financement  bancaire.

Stayhome apporte une nouvelle solution de financement grâce au Portage immobilier solidaire

Inventeur du concept de Portage immobilier solidaire, stayhome met en relation des propriétaires en recherche de financement et des particuliers qui participent au financement de l'économie réelle en choisissant d'aider ces propriétaires à financer leurs projets. En achetant leur bien, ils leur permettent de trouver les capitaux recherchés, de conserver à la fois l'occupation de leur habitation en tant que locataire et la faculté de le racheter, ou de le transmettre, dans un délai pouvant aller jusqu'à 10 ans. Ouvert à tous les propriétaires, le Portage stayhome est accessible quel que soit l'âge ou le montant des revenus du propriétaire.

L'actu. lyonnaise en vidéos :

Vousfinancer propose une offre bancaire déjà très large (95 partenaires bancaires, régionaux, nationaux ou en ligne) qui lui permet d'accompagner sa clientèle (particuliers et professionnels) de manière personnalisée et adaptée à chaque besoin. Avec stayhome,  Vousfinancer élargit encore son périmètre d'action en proposant aux propriétaires non éligibles aux critères bancaires, une nouvelle façon d'obtenir des liquidités

«L'annonce de ce partenariat est une nouvelle étape dans le développement de stayhome. Nous sommes fiers d'avoir la confiance d'un acteur national comme Vousfinancer. Il s'agit pour nous d'évoluer vers une démarche de proximité essentielle dans notre secteur d'activité et qui représente un véritable atout pour faire connaitre le Portage immobilier au plus grand nombre.» poursuivent Patrick Drack et Christian Lachaux co-fondateurs de stayhome.

« Pouvoir apporter à nos clients une solution supplémentaire va nous permettre de répondre encore mieux à notre volonté d'accompagner nos clients à chaque étape et durant toute la vie de leur crédit et de leur proposer des solutions sur-mesure afin de faire face notamment à d'éventuelles difficultés en tant que propriétaires... Nous sommes très satisfaits de ce partenariat qui vient élargir notre offre et répondre aux besoin de nos clients de façon solidaire, en conformité avec nos valeurs » déclare Jérome Robin, président de Vousfinancer.



A propos de Stayhome :
Stayhome est une marque exploitée par la SAS Équité finance créée en 2011 et spécialisée dans les opérations immobilières destinées à aider les propriétaires à se désendetter, trouver un financement ou optimiser leur patrimoine en dehors des circuits bancaires. Stayhome est la 1ère plateforme Française et Européenne de Portage immobilier. Issue de l'économie sociale et solidaire, elle met en relation des particuliers, appelés Porteurs, qui souhaitent donner une vraie valeur à leur investissement immobilier, et des propriétaires en recherche de capitaux. Composée de 12 personnes, l'équipe Stayhome prévoit un développement important en France pour répondre aux enjeux majeurs du marché. Pour plus d'information :http://www.stayhome.fr/

A propos de Vousfinancer :
Fondé en 2008 par Jérôme Robin, Vousfinancer, réseau de courtiers en crédits immobiliers, accompagne de façon personnalisée, les particuliers dans la recherche de la meilleure solution de financement pour leur projet immobilier.
La stratégie de Vousfinancer se base sur la rencontre avec un seul et unique interlocuteur expert en financement, la transparence (montage du dossier financier réalisé avec le client), et la garantie de trouver rapidement (moins d'une semaine) la solution globale la plus adéquate (assurance de prêt, taux, garanties, mensualités, durées, coût du crédit, frais de dossiers, partenaires bancaires). Vousfinancer propose également des solutions pour les crédits professionnels et le rachat de crédits.Abonnez vous ! :

Accueil LYFtv.com /             LYonenFrance /


LYFtvNews (le forum)
( avec Snapwidget )
Lire la suite - Immobilier : un financement solidaire pour les exclus du système bancaire

Voeux 2019 : Gérard Collomb fera des propositions mais n'annonce pas sa candidature

lyon
 Sur fond de "crise des gilets jaunes" et seulement deux mois après sa démission surprise du gouvernement, l'ex Ministre de l'intérieur est revenu, lors des voeux à la presse, sur la préparation du grand débat national proposé par le Président de la République Emmanuel Macron...
Un débat qui n'aurait pas lieu d'être dans la ville dont il est  le maire, tant celle-ci est selon lui en avance sur toutes les thématiques proposées : politique fiscale, transition écologique, développement économique... Plus qu'un débat, il se verrait bien proposer "un modèle lyonnais"...

Voici le texte des voeux à la presse de Gérard Collomb :
Mesdames et Messieurs les journalistes, Mesdames et Messieurs les Elus, Mesdames et Messieurs, Soyez toutes et tous les bienvenus. Je suis très heureux de vous retrouver pour cette cérémonie traditionnelle des vœux. A chacune et chacun d’entre vous, je présente mes vœux les plus chaleureux de santé, de joie et d’épanouissement, tant sur le plan professionnel que personnel. Et je forme des vœux de réussite pour notre ville, et pour notre pays. Car nul ne peut se prétendre indifférent à la destinée collective.
Ces vœux interviennent dans un moment important, alors que se poursuit le mouvement des gilets jaunes, alors que va se lancer le grand débat national et que le Président de la République vient d’adresser sa lettre aux Français. Ce mouvement des gilets jaunes a, certes, donné lieu à des actes intolérables, des débordements de violence inédits contre des symboles de la République dans les rues de Paris. Mais bien d’autres grandes villes en ont été victimes. Et maintenant, ce sont les journalistes qui sont pris à partie, comme cela a été le cas de vos collègues de LCI.

Abonnez vous ! :


Les images diffusées étaient particulièrement choquantes. Je veux redire ici qu’on ne saurait s’attaquer à la liberté de la presse, qui est l’une des conditions indispensables de notre vie démocratique. Mais l’indignation face à ces actes impardonnables ne doit pas cependant nous dispenser de les analyser, au contraire.
Nous devons, collectivement, prendre en compte et tenter de décrypter ce mouvement des gilets jaunes et le malaise qu’il exprime.
Il y a bien sûr parmi eux des militants politiques radicaux. Il y a sans doute des éléments qui, chaque fois, viennent dans les manifestations pour casser et piller. Mais ce mouvement n’aurait pas pu prendre une telle ampleur, il n’aurait jamais pu avoir un tel écho s’il ne reflétait pas la frustration d’un certain nombre de Français. Il y a d’abord cette France des territoires ruraux, celle qui doute de son avenir, qui voit fermer ses usines, ses services publics, ses commerces, qui voit partir ses jeunes. Il faut apporter une réponse aux habitants de ces territoires. Faire en sorte de résorber cette fracture qui peut exister entre métropoles et - pour reprendre l’expression de Christophe Guilluy-, « France périphérique ». Les métropoles sont indispensables pour supporter la comparaison avec les grandes villes d’Europe et même, pour un certain nombre d’entre elles, du monde. Mais la contrepartie de leur développement doit être leur implication dans ce que l’on appelle en Allemagne l’Hinterland, le grand territoire qui les environne.
Or on constate - une étude du Commissariat Général à l’Egalité des Territoires le montre - que beaucoup sont repliées sur elles-mêmes, quand quelques-unes seulement irriguent plus largement leur arrière-pays.
La nôtre - j’avais il y a quelques années fait réaliser une étude par l’économiste Laurent Davezies - fait bénéficier de sa dynamique bien des départements : les départements voisins, le Nouveau Rhône, et puis également le Nord Isère, la plaine de l’Ain ; mais aussi, grâce à ce qu’on appelle l’économie résidentielle, des départements plus lointains. La Savoie, la Haute-Savoie, l’Ardèche, la Drôme, par exemple, ne seraient pas ce qu’ils sont sans la force de l’agglomération lyonnaise.

Le deuxième sujet, au cœur de la problématique des gilets jaunes, est la lourdeur de la fiscalité. Il est vrai que celle-ci pèse beaucoup sur les classes moyennes, mais aussi sur nos entreprises, commerçants, PME, ETI, qui payent l’impôt quand les grandes entreprises internationales peuvent, parfois, y échapper. Et l’exemple des GAFA a souvent été cité. Il y a encore ces disparités sociales qui paraissent aujourd’hui disproportionnées à bien de nos concitoyens. Toutes les mesures qui visent à revaloriser les salaires, à encourager le travail, - et le gouvernement en a pris quelques-unes - sont donc les bienvenues. Mais derrière tout cela, il y a les faiblesses de notre économie. Nous avons ces faiblesses parce que les marges de nos entreprises avaient, au cours des dix dernières années, beaucoup baissé. Elles étaient les plus faibles d’Europe, ce qui empêchait l’investissement, la modernisation. On sait le retard qu’ont beaucoup de PME en matière de numérique, de robotique. Dans ce dernier domaine, la différence entre l’Allemagne et la France est considérable et c’est une partie de l’explication du manque de compétitivité de l’économie française. Nous sommes même, pour la robotique, derrière l’Italie. Résultat : en dix ans, nous avons perdu 700 000 emplois industriels et bien souvent, dans ces régions qui se sentent aujourd’hui en marge.
L'actu. lyonnaise en vidéos :

Oui, l’économie doit être la première de nos préoccupations, parce que sans richesse produite, il ne peut pas y avoir de redistribution. Vous savez que cela a été mon leitmotiv depuis que j’ai été élu Maire de Lyon.
Quelquefois, dans mes équipes, on pensait que c’était une obsession. Mais aujourd’hui, si l’agglomération lyonnaise est le deuxième pôle économique après l’Île-de-France, et loin devant les autres capitales régionales, si elle porte l’excellence dans ses filières historiques – sciences du vivant, industrie chimique – mais aussi de nombreux autres domaines - énergie, transport, métallurgie-, si elle est l’une des villes en tête de la FrenchTech, c’est bien parce que nous avons eu cette volonté-là. Nous avons continué à créer beaucoup d’emplois quand d’autres territoires en perdaient.
L’un de nos problèmes est même de manquer de personnes qualifiées dans des métiers pourtant bien rémunérés. Ce qui est vrai à Lyon, dans notre région, l’est à l’échelle nationale. Et c’est tout le sujet de la formation. Car il est paradoxal que nous restions avec un chômage élevé alors même que des emplois ne peuvent être pourvus. J’ai toujours pensé que développement économique et développement urbain devaient être liés. Notre ville rayonne aujourd’hui par son économie, mais aussi par les projets que nous avons lancés. Et je me réjouis que tous aient autant avancé. C’est vrai évidemment des grands projets – la Confluence, dont on voit bien qu’elle va, à terme, constituer un doublement de la Presqu’île – ; Gerland, de l’autre côté du Rhône ; la Part-Dieu, cœur économique de notre métropole où est en train prendre forme une nouvelle vision de la ville.
C’est vrai de nos quartiers en renouvellement urbain - Regardez la Duchère, Mermoz Sud -. C’est vrai de tous nos arrondissements. La dynamique lyonnaise s’étend maintenant à la plupart de nos communes. Et nous sommes en train de redynamiser celles qui présentent encore des fragilités. Les projets qui vont se développer dans le cadre du Nouveau Programme National de Rénovation Urbaine sont ceux que nous avions lancés au début de ce mandat. Il en va de même pour la mobilité. L’on voit aujourd’hui le métro se prolonger jusqu’aux Hôpitaux Sud, peut-être d’ailleurs jusqu’à l’A450, les travaux du tramway presque achevés en direction des Hôpitaux Est, et notre ligne forte bien engagée en direction de Villeurbanne.
La ville que nous voulons construire est une ville qui entend répondre à l’exigence de cette transition énergétique évoquée par le Président. 
Lorsque nous développons à Lyon la Smart City, celle qui s’appuie sur les technologies nouvelles, ce n’est pas par simple esprit de performance, mais parce que ce sont elles qui vont nous permettre de répondre au défi du réchauffement climatique, au défi de la pollution de l’air dont on sait l’impact sur la santé publique. J’ai toujours pensé que c’est par le changement de nos comportements, mais aussi par la créativité de nos chercheurs et de nos entreprises que nous pourrons répondre aux enjeux environnementaux. De plus en plus, économie et écologie vont aller de pair dans cette économie circulaire qui est en train d’émerger. On a pu le voir à Lyon lors du salon Pollutec. On peut le voir chez Solvay, avec ces nouveaux matériaux qui ont permis la belle aventure de Solar Impulse.
C’est parce que notre ville a cette dynamique-là que nous pouvons développer nos équipements scolaires, construire des crèches, nous doter de nouveaux équipements sportifs, faire rayonner nos institutions culturelles, accompagner les acteurs émergents.
Dans le domaine social, si aux côtés de la ville, le tissu associatif est aussi riche, c’est parce que nous l’avons, tout au long de ces années, soutenu. Nous avons passé des contrats pluriannuels avec nos MJC, nos Centres sociaux, avec toutes les structures qui aident, au quotidien, personnes âgées ou isolées, personnes porteuses de handicaps, toutes celles et ceux qui peuvent être en situation de fragilité.
Demain s’ouvre le grand débat national. Le Président de la République vient d’adresser sa lettre aux Français. Les thèmes qu’il met au cœur du débat sont ceux sur lesquels la Ville de Lyon s’est déjà engagée ; Fiscalité locale, - je rappelle que nous sommes l’une des villes où les impôts locaux, fonciers en particulier, sont les plus bas – J’ai eu l’occasion de l’évoquer lors du débat budgétaire. Deuxième thème engagé : l’organisation des collectivités locales. Lorsque nous avons créé la Métropole de Lyon, nous avons avancé dans cette voie. Reste à débattre aujourd’hui, et je sais que c’est un sujet sensible, du rôle de nos communes et de celui de la métropole. Troisième sujet : la transition écologique. Nous pouvons sans doute faire davantage encore, mais nous avons eu la volonté de l’engager. Enfin, donner plus de force au débat public et à la citoyenneté. Nous savons que c’est une exigence. Nous l’avons fait sur les rythmes scolaires, sur le plan Climaténergie.
La ville de Lyon va donc engager dans ce grand débat. Mais ce sont tous les acteurs de la ville qui doivent y participer. Et j’ai la conviction que vous avez, vous journalistes, un rôle majeur à jouer dans cette compréhension des mouvements sociaux en cours. Car au fond c’est bien ce qui fait le sens de vos professions : la recherche de l’intelligibilité. 
On le voit aujourd’hui davantage encore qu’hier dans ce monde de la communication régi par le numérique et les réseaux sociaux, où il faut à la fois faire face à l’abondance des informations et à la rapidité de leur diffusion. Les médias qui se distinguent sont ceux qui offrent aux lecteurs un surcroît d’analyse, ou qui sont en mesure de les aider à décrypter le vrai du faux.
Mesdames et Messieurs, L’année 2019, j’en suis sûr, sera une année passionnante. A chacune et à chacun d’entre vous, je renouvelle tous mes vœux. 
LYFtvNews (le forum)
( avec Snapwidget )
Lire la suite - Voeux 2019 : Gérard Collomb fera des propositions mais n'annonce pas sa candidature

Un impôt qui baisse : David Kimelfeld veut réduire la Taxe sur les Ordures Ménagères

lyon
 David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon, a reçu le rapport de la mission d’information et d’évaluation sur la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) créée lors du Conseil de la Métropole du 17 septembre dernier “pour permettre d’éclairer et, le cas échéant, de formuler des propositions, dont le budget 2019 pourrait tenir compte”. Il indique dans un communiqué qu'il va proposer, lors du Conseil du 28 janvier prochain, de voter une baisse du taux de cette taxe payée par chaque foyer du territoire.



Cette proposition sera examinée par les élus dans le cadre du vote du budget primitif 2019 comme toutes les taxes perçues par la collectivité. Le Président de la Métropole de Lyon, outre cette baisse de la taxe sur le ramassage et le traitement des ordures ménagères, souhaite mettre en oeuvre les propositions de la mission afin d’améliorer la lisibilité et la transparence des modalités de calcul du montant de la TEOM et de lever ainsi l’insécurité juridique structurelle dans laquelle se trouvent les collectivités locales pour fixer leur montant et leurs taux de TEOM.

Pour David Kimelfeld, « grâce au travail de la mission, nous allons désormais disposer d’un cadre juridique beaucoup plus sûr mais aussi et surtout poursuivre et développer un service de collecte et de traitement des déchets ménagers encore plus performant. Nous avons défini des objectifs ambitieux à atteindre d’ici 2025 pour améliorer le tri des déchets et augmenter la valorisation matière. Nous venons d’adopter le programme local de prévention des déchets ménagers et assimilés (PLPDMA) pour la période 2019-2024 avec comme objectif de diminuer, à la source, les quantités de déchets et d’en limiter la nocivité. Ces objectifs seront tenus car la prévention, la réduction, le tri des déchets et plus largement l’économie circulaire constituent un axe fort de notre politique en faveur de la transition environnementale. »
 La mission TEOM était composée de 19 élus représentant l’ensemble des groupes politiques de la collectivité : Elle avait été demandée par le groupe Les Républicains, acceptée par David Kimelfeld et mise en place le 4 octobre dernier pour une durée de 2 mois. Abonnez vous ! :

Accueil LYFtv.com /             LYonenFrance /

LYFtvNews (le forum)


L'actu. lyonnaise en vidéos :

Rejoignez nous sur Instagram : 
( avec Snapwidget )
Lire la suite - Un impôt qui baisse : David Kimelfeld veut réduire la Taxe sur les Ordures Ménagères

Risques dans la vallée de la chimie : le PPRT annulé par le Tribunal Administratif

lyon
 Le Plan de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) de la vallée de la chimie, approuvé le 19 octobre 2016 par le préfet du Rhône, a été annulé par une décision du tribunal administratif de Lyon en date du 10 janvier 2019, avec un effet différé de 2 ans. Le ministre de la Transition Écologique et Solidaire fera appel de ce jugement  en demandant un sursis d’exécution de l’annulation jusqu’au jugement de l’appel.

Un coup dur pour l'Etat
Le PPRT de la vallée de la chimie est porteur d’enjeux considérables. Son périmètre comprend notamment 7000 logements et 2400 activités économiques. Approuvé en 2016 par le préfet du Rhône, ce plan a pour vocation de protéger les populations riveraines des risques technologiques. Au-delà des contraintes réglementaires qui en découlent, il s’accompagne d’un plan d’actions ambitieux, dont bon nombre d’actions sont engagées aujourd’hui, deux ans après son approbation.

L'actu. lyonnaise en vidéos :

Selon le Préfet du Rhône, "une dynamique forte est mise en place, avec des engagements financiers substantiels de l’État et du secteur industriel pour mettre en protection les habitants, salariés et usagers de la vallée de la chimie". 
Mais le PPRT avait été attaqué par une entreprise contestant son classement en zone d’expropriation ainsi que par une commune du territoire. Cette annulation en première instance est fondée sur un unique motif, ayant trait à un vice de procédure au titre du droit européen.
Or, toujours selon le préfet, les services de l’État ont respecté strictement les textes réglementaires et les procédures du droit français qui étaient en vigueur au moment de l’élaboration du PPRT.
Le risque technologique subsiste.
 Il convient donc de continuer à le prendre en compte : dans un premier temps grâce aux dispositifs du PPRT (son annulation étant différée, le PPRT conserve toute sa portée jusqu’en janvier 2021), puis le cas échéant, à travers les outils restant à disposition de l’Etat, en lien avec les partenaires du PPRT. Le préfet se dit résolument engagé à garantir la sécurité du territoire, des entreprises et des habitants de la vallée de la chimie. Aussi, les services de l’État expertisent les conséquences de la décision du tribunal. Des informations complémentaires seront données dès que possible, notamment auprès des riverains ayant engagé des démarches concrètes liées au PPRT,  puisque "l’appréciation des risques et les prescriptions en découlant n’ont nullement été questionnées par le jugement (prescriptions de travaux sur les logements, mesures foncières, règlement pour les nouveaux projets…)".

 Abonnez vous ! :

Accueil LYFtv.com /             LYonenFrance /

LYFtvNews (le forum)
( avec Snapwidget )
Lire la suite - Risques dans la vallée de la chimie : le PPRT annulé par le Tribunal Administratif

Le Président de Lyon-Métropole réserve ses voeux aux habitants des arrondissements et des villages

lyon
David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon, dit vouloir entamer l'année 2019 "sous le signe de la proximité et de l’engagement pour la justice sociale et la transition écologique".
Il se rendra donc, au cours du mois de janvier, dans de nombreuses communes et arrondissements du territoire, pour assister aux cérémonies de vœux organisées par les Maires. Il souhaite en effet privilégier les rencontres directes avec les habitants sur le terrain, en proximité. 
Il n'y aura donc pas, en conséquence, de cérémonie de vœux métropolitaine qui viendrait inutilement s’ajouter à celles des communes.
Les sommes précédemment engagées pour l’organisation de cette célébration seront dédiées, cette année et les suivantes, à des actions concrètes en faveur de la solidarité et du climat. Ainsi, il souhaite profiter de ce début d’année pour lancer un appel à projets auprès des habitants de la Métropole, pour soutenir toutes celles et ceux qui souhaitent passer de l’envie d’agir à l’action concrète, ou développer leur engagement en matière de solidarité et de climat. Deux combats, selon lui, aujourd’hui essentiels et indissociables. 
L'actu. lyonnaise en vidéos :

«En cette année 2019, la Métropole va porter plusieurs actions très concrètes pour répondre aux enjeux forts du changement climatique et de la demande de justice sociale. L’appel à projets que nous lançons  favorisera le développement ou l’émergence  de solutions originales, innovantes et efficaces, dans de nombreux domaines comme l’alimentation, le chauffage, la mobilité, la gestion des déchets… Les projets soutenus combineront transition solidaire et transition environnementale. Ils permettront d’améliorer le quotidien des citoyens et de réduire leur empreinte environnementale.

Ces actions devront s’adresser à tous, afin de ne jamais opposer « fin de mois et fin du monde ». Je porte en effet depuis toujours la conviction qu’il ne peut y avoir de justice sociale sans transition écologique, de même qu’il n’y aura pas de transition écologique sans justice sociale.


La Métropole de Lyon, terre d’innovation sociale, est évidemment un territoire propice au développement conjoint de ces deux causes indissociables. Je crois  beaucoup en la mobilisation de  la société civile,  habitants, associations… pour innover ou faire mieux connaitre des initiatives existantes.

Le développement économique de notre territoire constitue la base de notre modèle, mais ne doit se faire ni au détriment de certains ni au détriment des générations future. A l’heure où beaucoup d’entre nous s’interrogent sur leur avenir ou l’avenir de leurs enfants, je veux les assurer de  ma détermination à tout entreprendre, au poste qui est le mien, pour apporter les réponses qu’ils sont en droit d’attendre tant en matière d’emploi, que de mobilité, de qualité de vie, … » précise David Kimelfeld.

L’appel à projet sera officiellement lancé au premier semestre 2019 avec un budget dédié de 100 000 euros.
Infos à venir sur www.grandlyon.com
Abonnez vous ! :

Accueil LYFtv.com /             LYonenFrance /

LYFtvNews (le forum)
( avec Snapwidget )
Lire la suite - Le Président de Lyon-Métropole réserve ses voeux aux habitants des arrondissements et des villages