Affichage des articles dont le libellé est 2017. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est 2017. Afficher tous les articles

Etude IFOP : Pour qui ont voté les enseignants ?


               

Segment de l'électorat traditionnellement acquis à la gauche, le milieu enseignant (945 000 personnes en 2016) a cette année massivement délaissé le candidat du PS (15%) au profit d'alternatives politiques voisines comme Emmanuel Macron (38%) et Jean-Luc Mélenchon (23%).
Dans le cadre de l’élection présidentielle française, un sondage Ifop pour SOS Education s’est en effet intéressé au positionnement des enseignants vis-à-vis des principales propositions des candidats. L’étude réalisée auprès d’un échantillon de 1 001 enseignants représentatif de la population des enseignants nous livre les enseignements suivants :
L'élection présidentielle de 2017 signe la fin de l'hégémonie du PS sur le vote enseignant
???  Traditionnel bastion socialiste, le milieu enseignant a fait largement défection à l'ancien ministre de l'Education Benoît Hamon : le candidat du PS recueillant à peine 15% des voix des enseignants cette année, soit trois fois moins qu'en 2012 (46%). Le Parti socialiste obtient ainsi son plus mauvais score au sein de la profession en l'espace de 15 ans alors même qu'il ne souffrait pas pour une fois de la concurrence d'un candidat écologiste.
???   Il faut dire que les enseignants s'avèrent opposés aux principales mesures prises par les ministres successifs des gouvernements de François Hollande. Ainsi, 83% des enseignants se déclarent favorables à l'abrogation de la réforme du collège, au rétablissement des filières bilingues et des options de langues anciennes et 77% à la suppression ou à l'assouplissement de la réforme des rythmes scolaires (dont 87% des enseignants en école primaire).
Les enseignants se tournent désormais vers des formations politiques voisines.
???   Avec 38% des suffrages des enseignants, Emmanuel Macron confirme quant à lui sa percée dans le monde éducatif, dépassant largement le score que François Bayrou avait pu y obtenir aux scrutins précédents chez les enseignants du primaire et du secondaire (19% en 2012, 27% en 2007, 7% en 2002).
???   A gauche, la candidature « insoumise » de Jean-Luc Mélenchon a attiré près d'un enseignant sur quatre (24%) contre 19,6% chez l'ensemble des Français. A titre de comparaison, le candidat soutenu par le Parti de Gauche et le Parti communiste n'avait obtenu que 10% des voix des enseignants du primaire et du secondaire en 2012
Tandis qu'une partie de leur vote glisse vers le centre, les enseignants délaisse toujours largement la droite.
???   Le potentiel électoral des candidats de droite reste quant à lui marginal dans le milieu enseignant. A peine 15,5% de l'ensemble des enseignants ont voté pour un candidat de droite dont 11% pour François Fillon, 4% pour Nicolas Dupont-Aignan, 0,5% pour François Asselineau. Au total, leur score chez les enseignants du primaire et du secondaire (16%) est plus faible que celui obtenu par les candidats de la droite libérale ou souverainiste en 2012 (18%,5%), en 2007 (20%)  ou en 2002 (18%).
???   Marine Le Pen ne perce toujours pas chez les enseignants. A peine 5% des professeurs ont voté pour la candidate du FN, soit quatre fois moins que son score chez l'ensemble des électeurs métropolitains (21,5%). Son score reste en effet marginal, sauf dans les rangs des PLP (11%) et des enseignants du supérieur (12%). 
Etude réalisée par l'Ifop pour SOS Education par questionnaire auto-administré en ligne du 16 au 19 avril 2017 auprès d'un échantillon de 1 001 enseignants, représentatif de la population des enseignants. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, niveau de degré d'enseignement, statut, académie) établis sur la base des données RERS 2016.


Lire la suite - Etude IFOP : Pour qui ont voté les enseignants ?

A Lyon, l'échéance du contrat Velov' arrive en plein boum du réseau cyclable


             
+ 26% pour la pratique du vélo en 2016 dans la Métropole de Lyon.

La pratique du vélo continue d’afficher des résultats en forte hausse en 2016 sur le territoire de la Métropole de Lyon. Après des augmentations de 15% en moyenne entre 2010 et 2015, cette hausse de 26% du trafic vélo au cours de l’année 2016 place désormais la métropole lyonnaise sur le podium des villes les plus cyclables de France.
Ces excellents résultats sont dus, selon la Métropole, à plusieurs facteurs :

1) Un réseau cyclable en pleine expansion :

Le réseau cyclable de l'agglomération lyonnaise vient de passer le cap des 750 km, ce qui le place parmi les 3 premiers réseaux cyclables au niveau national.

Par ailleurs, plusieurs projets majeurs pour l'encouragement de la pratique du vélo ont été réalisés en 2016 :

Généralisation du double-sens cyclable dans la zone 30 Presqu'île (Vieux Lyon, Confluence, Presqu'île et Croix-Rousse) et dans les centres-villes de nombreuses communes de la Métropole (Bron, Charly, Givors, Vernaison, Vaulx-en-Velin, Villeurbanne). 30 km de voies à sens unique peuvent désormais être empruntées dans les 2 sens par les cyclistes

Résorption des 2 coupures urbaines majeures pour les cyclistes avec :
  • l'aménagement d'une nouvelle traversée cyclable du boulevard périphérique au niveau de la route de Vienne  entre Lyon 8e, Vénissieux et Saint-Fons,
  • Création d'une piste cyclable sur le boulevard Ambroise Croizat à Vénisieux, afin d'assurer le franchissement de la voie ferrée Lyon-Grenoble face à la gare de Vénissieux (tramway T4)
Livraison de plusieurs nouveaux maillons du réseau cyclable structurant de l'agglomération :
  • quai Gillet et quai de Bondy, le long de la Saône,
  • quai de Serbie, quai Augagneur et quai Lassagne, le long du Rhône.
2) Une pratique du vélo qui s'envole :

Sur certains grands axes du centre-ville, le trafic cycliste se compte en milliers et représente désormais 1/4 à 1/3 du trafic total de véhicules. A titre d'exemple, ont été comptabilisés le jeudi 30 mars 2017 :
  • 8 000 vélos/jour sur les berges du Rhône sur le quai haut et les berges basses, soit 31% du trafic global
  • 5 600 vélos/jour sur le cours Gambetta, soit 32 % du trafic global
  • 5 300 vélos/jour sur le pont Morand, soit 29% du trafic global
  • 5 000 vélos/jour sur le pont Lafayette, soit 25% du trafic global
  • 4 300 vélos/jour sur la rue de la Part-Dieu, soit 72% du trafic global
La Métropole a mis en place en 2016 un site internet présentant le trafic cycliste mesuré sur ces 55 postes de comptages vélo www.eco-public.com/ParcPublic 

Trois  totems vélos, installés au niveau de la sortie Saône du Tube modes doux, du pont Morand et du cours Gambetta, affichent en temps réel le trafic cycliste sur ces 3 axes. Ils sont désormais visibles sur la page publique "monde" du prestataire Eco-compteur qui compile les plus de 150 totems vélos installés dans les grandes villes du monde entier  www.eco-compteur.com/fr

Les compteurs installés sur le cours Gambetta (Lyon 3e) et sur le pont Morand (Lyon 2e) occupent aujourd’hui respectivement les 8e et 9e places du classement mondial et les 2e et 3e place au niveau national.

3) Les évolutions à venir au cours de l’année 2017 :

Le contrat d’exploitation du service de location de vélos en libre-service Vélo’v arrive à échéance en novembre 2017. Un appel d’offres est actuellement en cours au travers d’une procédure de dialogue compétitif. Quel que soit le résultat de la consultation, le parc actuel de 4 000 vélos répartis dans 348 stations sera entièrement renouvelé et une part non négligeable de ce parc seront des vélos à assistance électrique. Vélo’v continue d’enregistrer des niveaux d’utilisation encore jamais atteints. A ce jour, le nombre d’abonnés dépasse le chiffre de 68 000. En moyenne, un Vélo’v est loué 6 fois et demi par jour.

4) Une campagne de communication sur les doubles-sens cyclables :

Jusqu’au 25 avril, la Métropole de Lyon diffuse une campagne de communication dédiée au double-sens cyclable. ​Elle a pour objectif de sensibiliser tous les usagers de la rue avec l’approche : « Ça va mieux quand on se regarde dans les yeux ».
Aujourd’hui, la Métropole compte 150 km de voiries en double sens cyclable. Dans le cadre du Plan d’Actions pour les Mobilités Actives (PAMA), l’objectif est d’atteindre un total de 300 km à l’horizon 2020.

Lire la suite - A Lyon, l'échéance du contrat Velov' arrive en plein boum du réseau cyclable

 
 

Temps libre, tourisme, voyages

 

Commandez vos produits culturels dans la librairie LYFtv (livraison par Amazon.fr) :

Vous êtes le

ème
visiteur

Nous écrire

fleche+haut

fleche+haut