Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube !
Affichage des articles dont le libellé est biennales. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est biennales. Afficher tous les articles

Biennale de la danse : la métropole finance le retour du Défilé

lyon
 Une subvention exceptionnelle a été votée par Lyon Métropole pour que le Défilé de la biennale retrouve l’espace public.
Le dimanche 16 septembre à partir de 14h30, pour sa douzième édition, le Défilé revient en centre-ville, rue de la République pour se terminer par un final spectaculaire place Bellecour à Lyon. La Métropole vient de voter  pour cela dans son conseil du vendredi 16 mars une subvention exceptionnelle dédiée à la sécurisation du défilé pour un montant plafond de 100 000 euros. Ceci s’ajoute à la subvention de 2,4 millions d’euros pour La Biennale de la danse 2018.

Les services de sécurité de la Préfecture,  la Ville de Lyon  et la Métropole de Lyon étudient avec l’équipe de Biennale la mise en œuvre de ces nouvelles dispositions, pour que le défilé de la Biennale de la danse retrouve son public et qu’il rencontre en 2018, un nouveau succès populaire. Afin d’assurer le bon déroulement du défilé, un dispositif de sécurité renforcé à l’image de celui mis en place par la Ville de Lyon et ses partenaires pour la Fête des Lumières sera installé.



« Le retour au cœur de la Presqu’île du défilé de la Biennale 2018 c’est une façon de remettre la danse au cœur de la métropole et de redonner tout son éclat à cet événement culturel gratuit et fédérateur auquel participent  de nombreuses communes. Plus que ça, c’est un signe de cohésion, de partage pour notre métropole, premier financeur de la Biennale. Car le défilé permet de briser des barrières invisibles celles qui empêchent encore trop de personnes de pousser les portes d’une salle de spectacle» se félicite le président de la métropole David Kimelfeld.  

L'actu. lyonnaise en vidéos :

12 groupes constitués de plusieurs centaines d’amateurs venus de la région Auvergne Rhône-Alpes, défileront de la place des Terreaux à la place Bellecour sous la direction artistique de 12 chorégraphes.

Librement inspiré à sa création des écoles de samba du Carnaval de Rio, le Défilé est devenu au fil des éditions la plus grande parade chorégraphique d’Europe. Depuis sa première édition en 1996, il reste l’événement « spectacle vivant » le plus populaire et le plus festif de la métropole, réunissant 4 500 participants, 16.000 personnes rassemblées pour le final place Bellecour et jusqu'à 200 000 spectateurs sur le parcours.
 Abonnez vous ! :
 
Les douze groupes et leurs chorégraphes sont au travail, les répétitions de danse et musique, et les ateliers décors et costumes ont commencé, plusieurs centaines d’habitants sont déjà engagés dans cette belle aventure artistique et citoyenne.
Suivez LYFtvPhotos sur Instagram : avec Snapwidget :
Lire la suite - Biennale de la danse : la métropole finance le retour du Défilé

Le Fric des FRAC : Nicole Esterolle publie un "ABC de l'Art dit Contemporain"

Faut il en rire ou en pleurer ? L'art contemporain n'est t'il devenu qu'un système institutionnel, qui ne fonctionne que par les subventions (en particulier du ministère français de la culture) au profit du "système financier international" ? 
Ce nouvel ouvrage de Nicole Esterolle, qui avait déjà publié en 2015 "la bouffonerie de l'art contemporain"  décrit quarante années de déconstruction, de "burénisation" et de persécution de la peinture, "menées par un appareil d'Etat de type totalitaire et d'émanation bureaucratico-financière".
"Les gens qui critiquent l'art dit contemporain se font systématiquement traiter de fachos ou de bouseux", s'amuse Nicole Estérolle dans une interview sur Radio Libertaire (voir ci dessous). Les mots "réactionnaire", "nauséabond" lui sont rapidement opposés, une sorte de point Godwin qui veut que dans une conversation, tout débat initial dérive  rapidement vers les accusations de fascisme ou de nazisme...

Pour contrer cette accusation, le livre offre non seulement un abécédaire des dégoûts et des colères de l'auteur, mais aussi une formidable liste d'artistes qui n'ont pas les honneurs des circuits officiels. 
Adepte des réseaux sociaux, Nicole Estérolle, qui s'appuie entre autres sur le travail d'Aude de Kerros, pense que tout le système d'évaluation des artistes, qui était basé sur un tissu très fin de galeristes indépendants, de collectionneurs et de créateurs "a été détruit et mis à terre depuis quarante ans par les spéculateurs et les fonctionnaires". 
L'auteur veut donc canaliser de manière positive cette colère en mettant en avant sur Facebook une nouvelle génération d'artistes, pas toujours connus du grand public.
Eric Emmanuel Schmidt : 
"le XXème siècle a inventé l'artiste sans art"

Finalement optimiste, Nicole Estérolle pense que le système dévoyé de l'art contemporain  s'écroulera comme le système soviétique ! "Le discours globalement négatif, morbide et terriblement anxiogène de l'art dit contemporain possède la même redoutable efficacité que les substances chimiques nocives utilisées dans l'agriculture... il détruit le contenu sensible et poétique considéré comme superflu et veut empêcher toute floraison en dehors de celles, obscènes et formatées aux normes du contemporain-international hors sol qu'il promeut" .

Un livre roboratif, amusant et provocateur, qui a le mérite de taper dans la fourmilière d'"un tout petit monde" (cf David Lodge)  officiellement "internationalisé" mais qui fonctionne finalement toujours en circuit fermé... 

Qui est Nicole Esterolle ? Artiste, critique d'Art, galeriste ? Personne ne sait vraiment qui se cache derrière le pseudonyme de cet auteur qui diffuse ses chroniques sur un blog très suivi, le "Schtroumpf émergent".  Le personnage dit avoir choisi ce pseudonyme "pour que son éventuelle notoriété ne perturbe pas la qualité des informations et des réflexions fournies dans les irrévérencieuses chroniques qu'elle livre à ses (dizaines de milliers d') abonnés".  On peut tout de même entendre sur Youtube une rare interview de Nicole Esterolle dans une émission de Radio Libertaire . 
____

Commander l'ABC de l'Art contemporain (livraison par Amazon)

L'actu. lyonnaise en vidéos :
Lire la suite - Le Fric des FRAC : Nicole Esterolle publie un "ABC de l'Art dit Contemporain"