Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube ! (cliquez ici)

Affichage des articles dont le libellé est élections. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est élections. Afficher tous les articles

Municipales2020 : Le Haut Conseil à l'Egalité rappelle à la loi...

#Municipales2020

Elections municipales et communautaires de mars 2020 : Les nouveaux et nouvelles élu.e.s devront veiller à la parité dans les exécutifs locaux et l’attribution des délégations. 

Une quinzaine de jours avant la date limite de dépôt des candidatures pour les élections municipales et communautaires de 2020, le Haut Conseil à l’Egalité lance un appel aux futur.e.s élu.e.s. 

Il est temps de passer d’une parité quantitative à un partage effectif du pouvoir et de s’engager résolument en faveur de l’égalité femmes-hommes au sein de la collectivité et en direction des administré.e.s.

Passer d’une parité comptable et incomplète…
Une parité comptable dans les assemblées locales
Là où existent des règles paritaires, les évaluations menées par le HCE, depuis sa création, mettent en évidence leur effectivité. La parité des organes délibérants est une réalité comptable dans les assemblées et les exécutifs communaux, départementaux et régionaux, où s’appliquent des règles strictes. Dans les communes de plus de 1 000 habitant.e.s, les femmes représentent 48,2% des conseiller.e.s. Dans les départements, le scrutin binominal paritaire a permis de multiplier le nombre de conseillères départementales par près de 4, passant de 13,8 % en 2001 à 50,1 % en 2015. S’agissant des élections régionales, les femmes constituent la moitié des assemblées depuis 2004 et la moitié des exécutifs depuis 2010.
Mais les plus hauts postes sont encore accaparés par des hommes
On constate un certain partage du pouvoir dans les exécutifs locaux lorsqu’il y a des règles paritaires : les femmes représentent 47,5% des adjoint.e.s dans les communes et la moitié des exécutifs dans les départements. Pour autant, le partage du pouvoir n’atteint pas le haut de la pyramide. Les places de numéro 1 et de numéro 2 (maire/1e adjoint.e, présidence/première vice-présidence) ne sont pas concernées par des règles paritaires. Ce faisant, les rênes du pouvoir restent aux mains des hommes.
Les hommes représentent 84% des maires (87,1% dans les communes de 1 000 habitant.e.s et plus et 82,3% dans les communes de moins de 1 000 habitant.e.s), 90,1 % des président.e.s des conseils départementaux, 83,3 % des président.e.s des conseils régionaux et 92,3% des président.e.s d’intercommunalités. De même, les hommes représentent 71,5% des premier.e.s adjoint.e.s (toutes communes confondues), 65,3% des premier.e.s vice-président.e.s des départements et 72,2% des premier.e.s vice-président.e.s des régions.
Les intercommunalités, dernières zones blanches de la parité
Les intercommunalités et les communes de moins de 1 000 habitant.e.s échappent pour le moment aux règles paritaires. En conséquence, la parité n’est atteinte ni dans les organes délibérants, ni dans les exécutifs. Les femmes représentent 35% des conseiller.e.s communautaires et 20% des vice-président.e.s.
Une attribution stéréotypée des délégations
Il existe, de plus, une véritable division sexuée du travail politique. La répartition des délégations montre une persistance des bastions masculins dans les délégations bénéficiant des budgets les plus importants (finances, développement économique, aménagement du territoire) quand les femmes occupent le plus souvent les délégations tournées vers le care, essentielles mais moins valorisées (jeunesse, famille).
…à un partage effectif du pouvoir
Trois objectifs peuvent être partagés par les nouveaux et nouvelles élu.e.s, même en l’absence de dispositions légales :
• Rechercher la parité au sein des organes délibérants et des exécutifs dans les communes de moins de 1 000 habitant.e.s, non visées par les règles paritaires
L’augmentation du nombre de femmes dans l’exécutif des communes augmentera mécaniquement la présence des femmes dans les intercommunalités, la composition d’un EPCI ne faisant que refléter la composition des exécutifs pour les communes de moins de 1 000 habitant.e.s qui le constituent et qui n’ont souvent qu’un seul siège réservé à l’intercommunalité, en l’occurrence le ou la maire.
Se donner comme objectif la parité au plus haut niveau des collectivités
Si dans les communes de plus de 1000 habitant.e.s, l’exécutif doit être paritaire et, depuis la loi relative à l’engagement dans la vie locale et à la proximité de l’action publique de 2019, respecter l’alternance entre les hommes et les femmes, rien n’empêche que le ou la maire et son premier adjoint ou sa première adjointe soient de même sexe. Il convient donc, en l’absence de règles paritaires sur ce point, d’instaurer un principe d’alternance de sexe entre le ou la maire et le numéro deux, soit une sorte de ticket paritaire. Si cette autorégulation n’advenait pas lors des prochaines élections, le HCE recommande d’adopter par la loi des modalités paritaires d’élection à la tête de l’exécutif sous forme d’un tandem paritaire à la tête de toutes les collectivités, ainsi que l’élection de l’exécutif de toutes les collectivités et des intercommunalités au scrutin de liste paritaire par alternance. La décision des parlementaires d’étendre l’égal accès des femmes et des hommes aux fonctions électives dans les communes et leurs groupements, via une modification du code électoral avant le 31 décembre 2021, ne peut qu’être ici saluée.
• Veiller à attribuer des délégations sans stéréotypes de sexe
De même, une attention particulière doit être portée à l’attribution des thématiques de délégations pour sortir de la répartition stéréotypée qui existe encore trop souvent aujourd’hui.
… et à la construction d’un cadre favorable à la prise en compte de la parité et de l’égalité entre les femmes et les hommes
Prévoir les conditions d’une politique d’égalité
Pour donner aux politiques d’égalité entre les femmes et les hommes toute légitimité, cette politique doit être portée au plus haut niveau, par la ou le numéro 1 de la collectivité et un.e adjoint.e ou un.e vice-président.e doit y être dédié.e. En lien avec l’exécutif, un service dédié à la thématique de l’égalité entre les femmes et les hommes et des moyens budgétaires spécifiques doivent être prévus. Malgré leur apparente neutralité, les finances publiques n’intègrent encore que rarement l’objectif d’égalité entre les femmes et les hommes. Lorsque des impensés sexistes perdurent dans la dépense publique, elle peut contribuer à renforcer les inégalités femmes-hommes. Le HCE appelle à développer une gestion égalitaire de l’argent public.
Mener des actions ambitieuses en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes
Le HCE appelle les futur.e.s maires et président.e.s d’EPCI ainsi que les futurs conseils municipaux et communautaires à s’engager fermement en faveur de l’égalité femmes-hommes. Les communes et les intercommunalités peuvent s’engager, dans leur champ de compétences, notamment :
  • contre les stéréotypes sexistes, grâce à une communication égalitaire qu’elle soit interne ou destinée aux administré.e.s ;
  • en faveur de l’éducation à l’égalité dès le plus jeune âge, dans les crèches et écoles maternelles ;
  • contre les violences faites aux femmes ;
  • en faveur de l’accès à la santé pour les femmes, en particulier par le soutien aux centres de planification familiale ;
  • en faveur de l’accès aux activités sportives et de loisirs pour les filles et les femmes.
Veiller à la parité dans les services des collectivités et élaborer un rapport sur la situation en matière d’égalité
La parité dans les instances de direction des administrations territoriales est un objectif à poursuivre également. La loi du 4 août 2014 a instauré l’obligation de présenter un rapport sur la situation en matière d’égalité dans toutes les collectivités territoriales et les établissements publics de coopération intercommunale de plus de 20 000 habitant.e.s, préalablement aux délibérations sur le budget. Dans une étude publiée en novembre 2018, le HCE relevait que 12% des EPCI et 10% des communes ayant répondu indiquaient ne pas avoir réalisé de rapport, car elles ignoraient l’existence de cette disposition légale. Ce rapport est à la fois une obligation légale et un outil formidable pour les collectivités. Le HCE appelle à le développer pour évaluer à la fois les mesures prises en interne par la collectivité et les politiques d’égalité menées sur le territoire.
La parité ne doit pas se limiter à une représentation 50/50 dans les instances décisionnelles. Elle doit également permettre de s’interroger sur les conditions de travail, sur le partage des tâches, sur les stéréotypes sexistes et sur l’ensemble des obstacles structurels qui empêchent les femmes de pouvoir pleinement exercer les fonctions à responsabilités.

Le Haut Conseil à l'Egalité (HCE) est l'instance nationale consultative indépendante chargée de la protection des droits des femmes et de la promotion de l'égalité des sexes. Créé en 2013, le HCE est inscrit dans la loi relative à l'égalité et à la citoyenneté du 27 janvier 2017. Ses 54 membres représentent la diversité des acteurs et actrices des politiques d'égalité femmes-hommes. Le HCE apporte son expertise aux pouvoirs publics et mobilise la société à partir de son travail de concertation, d'évaluation des politiques publiques, de formulation de recommandations, et d'animation du débat public.



Actuellement sur LYFtvNews :

Vidéos les plus populaires :

L'actu. des chaînes francophones :

Lyon :

Paris:

Europe :


Abonnez vous ! :






Commandez ici dans toutes les catégories de la boutique (livraison par Amazon.fr) :


En ce moment sur LYFtv :

LYFtv ..... Forum..... Photos..... Vidéos..... Lyon..... Paris..... Europe..... Amériques..... Economie..... Education..... Environnement..... Loisirs..... Politique..... Sports..... Tourisme.....

Mentions Légales
Site animé et géré par
Gilles Roman
Lire la suite - Municipales2020 : Le Haut Conseil à l'Egalité rappelle à la loi...

#Municipales2020 : La nouvelle Place des Terreaux n'est toujours pas du goût des écologistes

A l’image de Lyon, dont seul 10% des espaces de la ville sont réservés à la nature et 1% sont fleuris, la place des Terreaux est le symbole d’un centre-ville minéralisé, uniformisé, qui selon EELV, ne sait pas répondre aux enjeux du bien être social et climatique. 

Les écologistes indiquent dans un communiqué que leur ambition est simple : remettre la nature au cœur de la ville dans un souci d’apaisement mais aussi de dynamisme:  "Nous ferons la transition des “espaces verts” vers la "nature en ville". Rendre possible la réappropriation de l’espace public par les Lyonnais et Lyonnaises est incontestablement un levier pour soutenir les commerces de proximité qui sont au cœur de notre projet économique"
logo lyon en france

"Depuis sa construction en 1995, la place des Terreaux, hautement emblématique à Lyon ne cesse de connaître malfaçons et travaux. Conçue à l’origine avec 69 petites fontaines, celles ci ont rapidement cessé de fonctionner. 
Dénuée d’arbres, sans espace conçu pour s’asseoir, îlot de chaleur en période de canicule, sa conception est celle d’une ville du passé, non adaptée aux personnes fragiles et encore moins au dérèglement climatique.
 Le Premier arrondissement, notre vision du coeur de ville 
Force est de constater que la place des Terreaux n’est pas un lieu de vie pour les habitants du premier, mais un lieu de rassemblement pour de très gros et rares événements : soir de match, manifestation ou fête des lumières. Plusieurs raisons peuvent être évoquées : l’offre de commerces y est peu diversifiée. Ce sont principalement des bars, des restaurants, des buralistes. De plus, un pan entier du linéaire de boutiques est fermé. Une voirie et une circulation des bus C3 qui coupe l’accès à la charmante cour intérieure du musée des Beaux arts et n’est pas adaptée aux vélos. Enfin et surtout il n’existe aucun équipement public sur et autour de la place. Nous voulons des arbres, des bancs, des jeux d’enfants, des toilettes qui permettraient un usage du lieu non marchand et convivial hors terrasses. La rénovation inaugurée ce vendredi ne prend en compte aucun de ces points. Nous engagerons une concertation citoyenne après les élections pour aborder tous ces points et d’autres encore, et traiter ce qui pourra l'être. 
 Hier le maire de Lyon a présenté en conseil municipal le nouveau plan climat de la Ville de Lyon. 
Constatant qu’il est dans la continuité de celui de 2010, qu’il reste flou sur son budget et des axes clés comme la rénovation énergétique du patrimoine bâti de la Ville et des logements, la politique de stationnement, la politique des espaces verts, la place de la participation citoyenne, nous avons jugé qu’il ne répond pas aux attentes exprimées lors des marches climat. 
Les élu.es écologistes se sont abstenu.es pour ne pas bloquer les actions engagées et auront pour priorité de renforcer son ambition dès leur élection. 
La déconnexion entre ce plan climat et le projet d’aménagement de la place des Terreaux est renversante, alors même qu’il devrait être un outil pour repenser tous les grands projets d’aménagement urbain. Nous savons qu’elle est un des îlots de chaleur principaux de la presqu'île, donc un enjeu central de la politique d’adaptation au changement climatique de la Ville. Nous savons que la place devient petit à petit invivable les trois mois d’été. Nous savons que les espaces verts ont travaillé sur le projet et proposé au maire des arbres de pleine terre qui n’ont pas été retenus. C’est pourquoi nous irons offrir 6 arbres à la délégation officielle qui viendra l'inaugurer. Nous espérons qu’ils sauront leur trouver une place, alors qu’on nous en promet des milliers pour le mandat à venir, tout en laissant passer les occasions d’en planter.
Lyon :

 Un·e premier·e adjoint·e dédié·e à la transition écologique 

Emploi, culture, environnement, solidarités, éducation… faire face au changement climatique impose de sortir les politiques de leurs sillons et les envisager dans leur globalité. La réponse à l’urgence climatique doit embrasser l’ensemble des nos politiques publiques. Toutes ont un impact sur notre empreinte climat et c’est pourquoi nous aurons un.e premier.e adjoint.e dédié à la transition écologique. Il/elle aura pour tâche d’accompagner l’ensemble des adjoint.es et directeurs.trices des services. 
Penser l’ensemble de nos politiques publiques à l'aune de la transition écologique c’est acter une nouvelle vision politique : la crise écologique qui menace nos conditions de vie sur terre est primordiale et doit être la première de nos considérations. 
Cette transition porte en son sein un objectif de justice sociale. 
La réduction des inégalités sera le moteur de l’action et non plus un ajustement à la marge concédé aux classes populaires. Nous y ajoutons enfin une notion d’urgence citoyenne et culturelle, de décolonisation de nos imaginaires et de déconcentration du pouvoir de la Ville. Au quotidien, cet adjoint travaillera avec ses homologues de l’économie, du commerce et de l’artisanat à encourager le développement de réseaux de distribution courts et propres, à adapter les bâtiments publics aux canicules, à aider les acteurs culturels et à nous proposer un imaginaire durable... Notre politique améliorera notre cadre de vie, donnera du pouvoir d’agir aux citoyen·ne·s et créera de l’activité à faible impact environnemental et forte utilité sociale. 
 Lyon, une ville verdoyante 
 Avec seulement 13 mètres carrés de canopée par habitant, autrement dit la couverture végétale apportée par les arbres, Lyon est une ville minérale, mal adaptée aux dérèglements climatiques. 
 Nous végétaliserons Lyon massivement. 
La végétalisation sera centrale et systématique dans tous nos projets d’aménagement et de rénovation urbaine. Notre ambition est de redonner ses lettres de verdure à Lyon ! L’objectif d’ici la fin du mandat est de permettre à tous les Lyonnais.es d’avoir accès à un espace nature à 5 minutes à pieds de chez eux. La priorité sera de planter en pleine terre pour assurer la durabilité de notre démarche pour une végétalisation de qualité, durable et pas seulement cosmétique. Les projets de végétalisation seront réalisés en concertation avec les habitant.es qui sont les mieux à même de connaître les besoins de leur quartier. 
 Nous généraliserons le permis de végétaliser pour les Lyonnais·es.
Le principe est simple : ils repèrent des espaces publics à végétaliser, demandent une autorisation à la mairie, et gèrent en lien avec le service espaces verts de la ville ces lieux de nature. Il s’agit donc aussi d’étendre et de promouvoir les micro-implantations florales (MIF) qui existent déjà à Lyon et d’en faire des micro jardins dès que c’est possible. Nous planterons également de larges zones de nature sous la forme de forêts urbaines. De 3 à 5 hectares minimum de nature dense, ces forêts urbaines sont des zones de rafraichissement importantes, des pièges de carbone à moyen terme et des refuges de biodiversité. 
Les sites en friche sont une opportunité de verdir la ville, comme la friche Nexans à Gerland (qui dispose d’un espace de 3 hectares !) ou la halle Sernam Jean Macé par exemple. 
La place Bellecour deviendra un îlot de fraîcheur et sera arborée au maximum. De même, contrairement à ce qui est présenté dans le cadre des opérations de réaménagement de la Part Dieu par la SPL (société publique locale), nous ne prolongerons pas l'actuelle rue Docteur Bouchut. Nous profiterons de cet espace, estimé à 18 900 m², pour faire une forêt urbaine avec un passage pour piétons et modes doux. Les berges du Rhône feront également l’objet d’un plan de végétalisation pour ombrager cet espace prisé des Lyonnais·es toute l’année, il n’y a que 11% de végétal à l'heure actuelle. Nous transformerons le parc Blandan pour le verdir, en faire un îlot de fraîcheur et un refuge pour la biodiversité. Ces 17 hectares deviendront l’un des poumons verts de Lyon. Nous renommerons le parc, afin de ne plus glorifier un sergent de la conquête de l’Algérie par la France au XIXème siècle, nous choisirons une figure féminine marquante du quartier à la place. Il s’agit là d’exemples illustrant notre volonté de végétaliser la ville en fonction des opportunités et des besoins de chaque quartier. 
 La végétalisation de la ville est aussi source de cohésion sociale et de vie de quartier. 
Chaque arrondissement aura un verger municipal. Véritable lieu de rencontre pour toutes les générations, ces espaces pourront ressourcer nos citoyen·ne·s dans l’espace stressant de la ville. Il s’agit donc de planter ou de transformer des parcs existants en verger. Ce dispositif ne se limite pas à une pratique de production, il s’agit de se réapproprier l’espace de la ville. Enfin, nous allons végétaliser les cours d'école et les débitumer. 
Notre plan de rénovation du patrimoine bâti de la Ville aura un axe fort sur les espaces extérieurs. 
Nous rapprocherons les enfants de la nature tout en apportant fraicheur, nature et biodiversité dans la ville. Les cours d’école sont des espaces ludiques les invitant à créer, imaginer, jouer, mais aussi des espaces pédagogiques : on peut faire cours dans la cour ! C’est pourquoi nous débitumerons les cours pour planter des arbres, préserver des espaces de pleine terre et remplacer le goudron par des revêtements clairs, naturels. Nous associerons les élèves, les enseignants et les animateurs du périscolaire au projet pour les aménagements favorisent le jeu libre, l’équilibre entre sport et détente, ainsi que les interactions filles-garçons. 
 Préserver la biodiversité partout en ville 
 Alors que nous sommes confrontés à la sixième extinction de masse, nous protégerons la biodiversité dans la ville, par un plan abeille. Plus de 80% des insectes pollinisateurs ont disparu d’Europe, les populations d’oiseaux se sont effondrées à la suite ! Notre plan en faveur des pollinisateurs transformera les friches urbaines et les espaces verts sur les bords des routes en prairies fleuris, nous planterons les espèces mellifères dans les projets urbains et nous végétaliserons les toitures des immeubles. Les toitures publiques adaptées seront végétalisées et solarisées, et nous inciterons les citoyen·ne·s à faire de même. Cela s’accompagne d’un arrêt anti pesticide à Lyon. 
Nous mènerons des actions de sensibilisation auprès des habitant·e·s afin de créer une dynamique en faveur de la préservation des espèces. Notre grande trame verte et bleue garantira la viabilité de nos écosystèmes sur le long terme. Nous mettrons en réseau tous les espaces végétalisés et fluviaux pour créer des continuités nécessaires au fonctionnement écologique. Nous ferons le lien avec la politique de mobilité et la voirie et nous appuierons notamment sur le développement des axes forts de transports en commun, les circulations piétonnes et le réseau express vélo.

LYFtvNews : l'actu. des chaînes francophones :



Abonnez vous ! :








Commandez ici dans toutes les catégories de la boutique (livraison par Amazon.fr) :


En ce moment sur LYFtv :

  LYFtv ..... Forum..... Photos..... Vidéos..... Lyon..... Paris..... Europe..... Amériques..... Economie..... Education..... Environnement..... Loisirs..... Politique..... Sports..... Tourisme.....

Mentions Légales

Site animé et géré par
Gilles Roman

Lire la suite - #Municipales2020 : La nouvelle Place des Terreaux n'est toujours pas du goût des écologistes

Municipales 2020 Grégory Doucet, candidat EELV à la mairie de lyon dévoile ses propositions sur l' Egalité Hommes Femmes

#Municipales2020

Lutte contre les violences faites aux femmes : aujourd’hui en France une femme meurt encore tous les trois jours sous les coups de son mari ou de son ex mari. 

Les violences faites aux femmes ne relèvent pas du champ privé, il appartient au politique de s’en saisir. 
logo lyon en france
   
Un plan d’éducation et la sensibilisation de la jeunesse   
Les inégalités de genre trouvent racine dès l’enfance, d’où la priorité donnée par Grégory Doucet, candidat écologiste à la ville de Lyon de proposer en maternelle et en primaire un plan d’éducation pour lutter contre les stéréotypes de genre. L’ensemble des agents en lien avec le système scolaire devra être formé annuellement à ces problématiques. Il s’engage à financer des interventions régulières d’associations pour sensibiliser dès le plus jeune âge :  “Que nos petits garçons puissent construire des modèles de virilité qui ne soient pas fondés sur la violence m’apparaît essentiel. C’est une des clefs pour que la future génération d’homme ne puisse plus être violente à l’endroit des femmes”.   

 Une collectivité exemplaire   
Grégory Doucet s’engage à ce que la ville de Lyon, son administration comme ses élu.es soient exemplaires. 
La parité sera respectée tant pour les adjoint.es que pour les directeur.trices généraux.ales adjoint.es (DGA) et les chef.fes de service. 
Sera créée une cellule pour recueillir les témoignages d’agression ou de harcèlement sexuels parallèlement à une action de sensibilisation généralisée pour aider à la libération de la parole des femmes. 
Alors que seules 2% des rues portent des noms de femmes, chaque nouvelle voie lyonnaise sera baptisée du nom d’une femme. 
Enfin, publicité misogyne n’aura plus sa place dans les espaces publics à Lyon.   

Lutter contre les agressions et le harcèlement de rue par l’urbanisme et des dispositifs d’alerte   
 L’urbanisme doit être un outil au service des femmes et non plus un outil de leur exclusion. “ Lyon sera la ville des femmes, son urbanisme participera de leur émancipation. D’autres municipalités ont constaté que certains aménagements urbains étaient particulièrement fréquentés par les femmes. Prenez l’exemple de Bagnolet qui a développé les jardins partagés en s’apercevant qu’ils étaient énormément fréquentés par les femmes. On sait aussi que la pratique du vélo est un rempart au harcèlement de rue. Créer des conditions de circulation favorables aux vélos c’est protéger les femmes du harcèlement de rue”
Par ailleurs, alors que 100% des femmes prenant les transports en commun ont déjà subi un harcèlement, Grégory Doucet demandera au SYTRAL de mettre en place un système d’alerte en cas de harcèlement ou agression qui déclenchera l’intervention d’agents qualifiés.   
Le candidat écologiste sera présent à la marche prévue à 14h place Bellecour pour manifester son engagement en faveur de la lutte contre les violences faites aux femmes et souligner son investissement et son engagement en faveur de l’égalité de genre. 



La playlist Music & News :



L'actualité lyonnaise :

L'actu. des chaînes francophones :

Abonnez vous ! :








Commandez ici dans toutes les catégories de la boutique (livraison par Amazon.fr) :


En ce moment sur LYFtv :

LYFtv ..... Forum..... Photos..... Vidéos..... Lyon..... Paris..... Europe..... Amériques..... Economie..... Education..... Environnement..... Loisirs..... Politique..... Sports..... Tourisme.....

Lire la suite - Municipales 2020 Grégory Doucet, candidat EELV à la mairie de lyon dévoile ses propositions sur l' Egalité Hommes Femmes

Elections Lyon métropole : Le "sondage Collomb" serait il une grossière manipulation ?

Pour les "Communistes, Parti de gauche & républicains Grand Lyon la Métropole" , il n'y a pas de doute : le sondage présenté par la presse (Lyon Mag, BFM Lyon et bien d'autres) le 31 octobre ne serait qu'un "enfumage". 


Le communiqué : 
"Ce sondage "Collomb" est l’occasion d’une véritable manipulation politicienne du débat public sur les élections métropolitaines. Les électeurs vont voter dans 14 circonscriptions, dont 6 lyonnaises, pour élire un Conseil de métropole de 150 membres dont 55 seulement de Lyon. Or, les articles de presse évoquent un "Sondage OpinionWay, mené entre le 15 et le 19 octobre, auprès de 450 personnes inscrites sur les listes électorales à Lyon". 

 Abonnez vous à la chaîne YouTube ! :
L'actu. lyonnaise en vidéos :


Autrement dit, les seuls électeurs lyonnais sont consultés pour annoncer un résultat sur une métropole dont les 2/3 des élus ne sont pas Lyonnais ! 
Même à Lyon, la grande majorité des électeurs ne votera pas pour Gérard Collomb aux élections métropolitaines en mars prochain, parce qu’il ne peut être candidat que dans une seule des 6 circonscriptions lyonnaises de la métropole ! La question posée par le sondeur est donc un mensonge délibéré, une manipulation médiatique que tout journaliste devrait relever et critiquer ! 
Ce sondage sert une campagne qui s’organise depuis plusieurs semaines pour effacer les 59 élections municipales et les 14 élections de circonscriptions métropolitaines au profit d’une présidentialisation du débat électoral. Cela éloigne encore les citoyens de leurs élus municipaux et métropolitains, renforce le risque de négociations post-électorales loin des électeurs. 
En 2014, la Droite était largement majoritaire en dehors de Lyon, Villeurbanne et Portes du sud. 
Il a fallu de bien peu transparentes négociations politiciennes pour que Gérard Collomb élargisse sa majorité à Droite afin d’être réélu. Chacun sait qu’il lui sera plus difficile de reproduire ce coup politique en 2020. Cette présidentialisation cherche à lui donner plus de pouvoir personnel pour s’imposer
(...) En 2020, personne ne peut prédire le comportement des élus des 14 circonscriptions métropolitaines dont beaucoup ne seront même plus élus dans leur commune et, donc, pourront jouer à toutes les recompositions politiciennes. Non, il n’y a pas d’élection du Président de la métropole au suffrage universel, mais 59 élections municipales et 14 listes de circonscriptions métropolitaines. Il est urgent de faire vivre le débat pour une autre métropole, une métropole des communes et des citoyens. "
Communiqué signé : Groupe Communiste, Parti de gauche et républicain – 20, rue du Lac – CS 33569 – 69505 Lyon Cedex


<== Retour à LYFtv.com




Nouveautés : les derniers articles ==>


La playlist Music & News :


Commandez ici dans toutes les catégories de la boutique (livraison par Amazon.fr) :


En ce moment sur LYFtv :

LYFtv ..... Forum..... Photos..... Vidéos..... Lyon..... Paris..... Europe..... Amériques..... Economie..... Education..... Environnement..... Loisirs..... Politique..... Sports..... Tourisme.....

Lire la suite - Elections Lyon métropole : Le "sondage Collomb" serait il une grossière manipulation ?

 

Commandez vos produits culturels dans la librairie LYFtv (livraison par Amazon.fr) :

LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance - 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés . Fourni par Blogger.