Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube ! (cliquez ici)

Affichage des articles dont le libellé est 2014. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est 2014. Afficher tous les articles

Rénovation Urbaine : la liste des quartiers de Lyon métropole labellisés pour 2014/2024

lyon+rénovation+urbaine
 Le conseil d’administration de l’Agence nationale pour la Rénovation urbaine (ANRU) s’est réuni le lundi 15 décembre. À cette occasion, la liste des 200 quartiers d’intérêt national, qui bénéficieront du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU) 2014-2024, a été adoptée à l’unanimité. Ces 200 quartiers concentreront 83 % des 5 milliards d’euros de l’ANRU (agence nationale pour la rénovation urbaine) dédiés à ce nouveau programme, soit environ 4 milliards d’euros. 
Dans le département du Rhône, 8 sites d’intérêt national ont été retenus : 
• Le quartier de Belleroche, commune de Villefranche-sur-Saône, communauté d’agglomération Villefranche Beaujolais Saône, 
• Le quartier de Parilly, commune de Bron, communauté urbaine de Lyon (future Métropole à partir du 1er janvier 2015), 
• Le quartier de Terraillon, commune de Bron, communauté urbaine de Lyon (future Métropole à partir du 1er janvier 2015), 
• Le quartier des Minguettes/Clochettes, communes de Vénissieux et de Saint-Fons, communauté urbaine de Lyon (future Métropole à partir du 1er janvier 2015) 
• Le quartier du Mas du Taureau, commune de Vaulx-en-Velin, communauté urbaine de Lyon (future Métropole à partir du 1er janvier 2015), • Le quartier de St Jean/ les Buers, commune de Villeurbanne, communauté urbaine de Lyon (future Métropole à partir du 1er janvier 2015) 
• Le quartier de la Ville Nouvelle de Rillieux-la-Pape, communauté urbaine de Lyon (future Métropole à partir du 1er janvier 2015) 
• Le quartier Sauvegarde – Chateau, 9ème arrondissement de la commune de Lyon, communauté urbaine de Lyon (future Métropole à partir du 1er janvier 2015) 

850 millions d’euros seront dédiés en complément à 200 sites d’intérêt régional, parmi lesquels une enveloppe de 67 millions d’euros, d’ores et déjà réservée pour la région Rhône-Alpes. Parmi ces 200 sites, 55 sites les plus signalés ont été identifiés par les partenaires de l’ANRU dont 4 dans le département du Rhône : 
• Le quartier des Vernes, commune de Givors, communauté urbaine de Lyon (future Métropole à partir du 1er janvier 2015), 
• Le quartier de l’Arsenal et de Carnot Parmentier, commune de Saint-Fons, communauté urbaine de Lyon (future Métropole à partir du 1er janvier 2015), 
• Le quartier Langlet/Santy, 8ème arrondissement de la commune de Lyon, communauté urbaine de Lyon (future Métropole à partir du 1er janvier 2015), 
• Le quartier de Mermoz, 8ème arrondissement de la commune de Lyon, communauté urbaine de Lyon (future Métropole à partir du 1er janvier 2015), 
Les 145 autres sites d’intérêt régional seront arrêtés ultérieurement. 

Une enveloppe de 150 millions d’Euros sera enfin affectée aux études nécessaires préalables à l’engagement de ces projets de renouvellement urbain. 
Dans le cadre des contrats de ville, dont la signature interviendra au plus tard en juin 2015, ce nouveau programme de renouvellement urbain s’articulera avec les deux autres dimensions de la politique de la ville que sont la cohésion sociale et le développement économique. Sur le premier volet, les projets renforcent la cohésion sociale dans la mesure où ils participent à la résolution des problèmes d’enclavement des quartiers par l’amélioration des transports. Ceci contribue à faciliter l’accès à l’emploi, à l’enseignement et à la culture. Les projets de renouvellement urbain permettent aussi de proposer une offre plus diversifiée de logements dans les quartiers et d’attirer des populations extérieures. Sur le second volet, celui du développement économique, retenons que ce programme aura un impact considérable sur l’emploi. Sur la base d’un montant global d’investissement de près de 20 milliards d’Euros, le PNRU devrait générer près de 240 000 emplois dans la filière du bâtiment et des travaux publics et 300 000 emplois au total dans l’économie.
(Communiqué Préfecture)


Lire la suite - Rénovation Urbaine : la liste des quartiers de Lyon métropole labellisés pour 2014/2024

Idée cadeau : "Lyon et le lyonnais", un guide insolite des éditions Bonneton

Julie Olagnol est journaliste à Lyon et travaille au quotidien régional Le Progrès.  Curieuse de tout, elle rédige aussi des guides de voyage sur les pays étrangers qu'elle a visités. Elle a par exemple auto-édité "La route du bout du monde" sur l'Amérique du Sud, disponible sur internet et dans des librairies spécialisées.
 Ce second livre sur Lyon, (après le petit "guide capitales" que nous avions présenté ici) est publié par les éditions Christine Bonneton. Il a été réalisé en collaboration avec le photographe Johann Trompat.
 La ville de Lyon et sa région (communauté urbaine, monts du Lyonnais, beaujolais, département du Rhône...) recèle de curiosités à découvrir, pour les touristes ou les résidents eux-mêmes, qui ne sont pas forcément au fait de tous les sites inattendus, insolites, voire spectaculaires ouverts au public.
Ce livre, agrémenté de belles photos, vous invitera par exemple à arpenter les caves de l'épicerie orientale Bahadourian dans le quartier Guillotière, à visiter la pagode vietnamienne de Sainte-Foy-lès-Lyon ou, côté nature, à observer les castors de l'île du Beurre sur le Rhône.
Le guide comprend un index alphabétique des lieux à découvrir, et aussi une entrée thématique : vous apprendrez par exemple qu'il existe à Lyon une association des humoristes et un Atelier des Talons hauts, que le Grand Lyon possède sa cité des étoiles, qu'on peut suivre, si on a un peu de temps, des cours de "parler lyonnais" ou encore visiter un surprenant musée de l'Anatomie avant de participer au "Salon du Vampire"...
Johann Trompat, photographe depuis 2007. évolue dans le monde de la presse. Il réalise aussi des missions en communication corporate, événementielle et culturelle. Il a réalisé pour ce guide quelques clichés originaux proposés ici en couleur.
- Commander Lyon et le lyonnais 100 lieux pour les curieux (livraison par Amazon.fr) 
- Voir d'autres idées cadeaux dans la boutique LYFtv -

Lire la suite - Idée cadeau : "Lyon et le lyonnais", un guide insolite des éditions Bonneton

Une nouvelle (et superbe) résidence universitaire à Lyon


château la buire
La résidence A. Lirondelle – Château de la Buire a été inaugurée, après réhabilitation complète, mercredi 10 décembre 2014 par la rectrice de l’académie de Lyon
Idéalement située, la résidence universitaire et hôtelière A. Lirondelle – Château de la Buire se trouve à proximité du campus de la Manufacture des Tabacs de l’Université Lyon 3. Dans un quartier très commerçant, cette résidence est très bien desservie par les transports en commun et à proximité de la gare SNCF de Lyon Part-Dieu et du centre-ville. 

77 chambres d'étudiants, des studios pour les enseignants-chercheurs...
 La résidence, propriété de la Ville de Lyon a été entièrement réaménagée en conservant son parc arboré et son patrimoine architectural du XVIème siècle. Une partie des locaux accueille des étudiants dans 77 chambres réhabilitées aux normes internationales. Dans la partie du XVIème siècle, le Château de la Buire propose aux enseignants-chercheurs internationaux 22 studios fonctionnels entièrement meublés et équipés pour favoriser leurs conditions d’accueil et de travail tout au long de leur séjour à Lyon. 

Plus de 42000 demandes de logement social étudiant... pour 8100 places attribuées...
 La visite a permis aux financeurs et partenaires de l’enseignement supérieur de constater la qualité de la réhabilitation dans un cadre patrimonial exceptionnel. Chacun des représentants a souligné dans son discours l’importance de l’investissement de tous, Etat et collectivités territoriales, dans ces chantiers de réhabilitation et constructions de logement social étudiant, dans l’agglomération lyonnaise notamment, où le Crous de Lyon – Saint-Etienne a reçu en cette rentrée 2014 plus de 42 000 demandes de logements pour 8 100 places d’hébergement en résidences universitaires, l’effort est permanent pour augmenter le nombre de logements étudiants, conformément à l’engagement du Président de la République de réaliser 40 000 nouveaux logements étudiants d’ici 2017, dont 4 000 sur l’agglomération lyonnaise. 
Ainsi cette rentrée 2014 a vu l’ouverture de 3 nouvelles résidences en plus de la réhabilitation de Lirondelle – Château de la Buire, pour un total de 512 places supplémentaires. 
La rentrée 2015 sera marquée par l’ouverture de 3 nouvelles résidences proposant 420 nouvelles places en résidence universitaire. De plus, 1 251 places d’hébergement social étudiant sont programmées et 1 888 autres places à l’étude pour le Crous au cœur même de la Ville de Lyon. L’ensemble de ce programme de construction est soutenu par La Région Rhône-Alpes, le Grand Lyon, la Ville de Lyon, l’Etat et le Cnous (Centre National des Œuvres Universitaires et Scolaires), et chaque collectivité locale concernée. Françoise MOULIN CIVIL, qui est aussi présidente du conseil d’administration du Crous de Lyon – Saint-Etienne, était accompagnée lors de cette inauguration par Gérard COLLOMB, sénateur-maire de Lyon et président du Grand Lyon, Jean-Jack QUEYRANNE, président du Conseil régional Rhône-Alpes et Vincent LABOURET, directeur du Crous de Lyon – Saint-Etienne. 


Lire la suite - Une nouvelle (et superbe) résidence universitaire à Lyon

Center Park de Roybon : une tribune d'Alain Chabrolle (*)


             
"Je me souviens très bien de la toute première réunion avec Pierre et Vacances à Grenoble. A cette occasion, les participants, d’horizons différents, n’ont eu de cesse de dire au promoteur immobilier : « vous avez choisi le plus mauvais site de Rhône-Alpes ». 
center+parc+pierre+et+vacances Peine perdue. Pierre et Vacances nous a répondu que le plus important pour eux était que ce site constituait le centre de leur future zone de chalandise. On connaît la suite. 

  «La destruction des zones humides, ce n’est pas problème.» 
Le bienfait des zones humides n’est plus à démontrer. Ce sont les milieux les plus menacés de France, de Rhône-Alpes, au cœur de l’attention des politiques de l’Agence de l’Eau par exemple. Imperméabiliser 30ha, détruire directement 90 ha supplémentaires de zones humides dont la fonctionnalité est très bien préservée, ce n’est pas un problème, même si cela impactera directement l’alimentation en eau de l’Herbasse et de la Galaure déjà en déficit hydrique.

Center Parcs : est-il raisonnable de bâtir une usine sur un château d’eau ?

 Il s’agit de la plus grande opération de destruction de zone humide menée depuis des décennies en Rhône-Alpes. La destruction de nombreuses espèces protégées (47 espèces différentes sont concernées) et le déboisement de 91 ha de forêts classées en zone nodale forestière et aquatique – ce n’est pas de taillis dont on parle, mais de futaies anciennes – ce n’est pas un problème même si elles sont inscrites au réseau écologique départemental et régional. «A cet égard, voici un extrait du dossier «développement durable» du projet, page 26 : L’aménagement du site tient compte en priorité des zones d’intérêt écologique répertoriés sur ce site. Pour cela, des nichoirs seront installés dans les arbres.» 
«Ne pas compenser les destructions massives, ce n’est pas un problème.» 
Pour compenser les zones humides détruites, Pierre et Vacances n’a rien trouvé de mieux que de proposer des surfaces équivalentes mais réparties sur plusieurs départements. C’est comme si on comblait le Lac de Miribel Jonage et si on le compensait par un lac dans la Loire, 1 ou 2 dans la Drôme ou l’Ardèche. Quel gag ! C’est sûr, à la fin, cela ressemblera au Lac de Miribel ! Les Chambarans – un château d’eau – ce n’est pas un problème. Oui le futur SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux) de l’Agence de l’Eau a classé le massif des Chambarans comme zone prioritaire de ressources en eau. Denis Cheissoux sur France Inter a repris mon image : « est-il raisonnable de bâtir une usine sur un château d’eau ? » Ce massif, jusqu’ici à l’abri de toute contamination, alimente tout le bassin de Valence, et les prélèvements pour le Center Parcs, de l’ordre de 1000m3/jour vont assécher les ressources de surface. Où est le problème.
 «Le tourisme local fragilisé – Pas de problème»
Le principe des Center Parcs est de garder captif sur le site les locataires des cottages. Tout est fait pour : activités sportives, bars, restaurants commerces, … Les gens arrivent et se posent un week-end, une semaine. C’est ce qui se passe sur les autres sites. Et vous imaginez que les commerces de Roybon ou de Saint-Marcellin vont directement en profiter. Pierre et Vacances mise sur une clientèle d’abord rhônalpine et vous imaginez que le budget familial tourisme est extensible, que le Center Parcs ne vas pas rentrer en concurrence avec tous les équipements d’éco-tourisme ou autres déjà financés par les diverses collectivités. Et en plus, on financerait, via « Rhône-Alpes Tourisme », la publicité d’un projet immobilier privé. Où est le problème ?
 «Vous avez dit emplois de qualité» : C’est facile de se renseigner. 
 Les syndicats dénoncent des CDD partiels, sur le principe de la grande distribution, pour des emplois de personnels de ménage, d’accueil, de restauration, de petits entretiens. Et surtout ne pas travailler pour compléter votre salaire : c’est le plus souvent interdit dans le contrat de travail, car il faut rester disponible, selon l’affluence. 
Où est le problème ? 
 Un projet qui n’a rien de performant énergétiquement : Pas de chaufferie bois. Une bulle tropicale dont je vous laisse imaginer le coût énergétique. Des cottages qui s’approcheraient du BBC mais rien dans le dossier nous le prouve, et pas de bois locaux comme promis initialement mais du bois importé d’Europe de l’Est à notre connaissance. En fait, des panneaux de bois que des entreprises visseront les uns aux autres. Quelle plus-value ! 
 Où est le problème ? 
Un projet immobilier sous perfusion publique : Le modèle économique de Pierre et Vacances repose uniquement sur une niche fiscale qui porte précisément le nom du patron de Pierre et Vacances. Les cottages qui seraient construits avec l’aide publique, seront vendus comme sur tous les autres sites, pour le profit des actionnaires de Pierre et vacances. 
 Où est le problème ? 
 Si on cumule toutes les aides publiques – le coût des kilomètres de réseaux d’eau potable ou d’assainissement par exemple – cela ferait 240 000 € par ETP. Non, je ne me suis pas trompé de 0. Où est le problème ? La France accueillera tous les pays du monde lors de la COP21 sur le climat. Le climat, grande cause nationale 2015 ! La France des bulles tropicales ! Les humoristes vont s’en donner à cœur joie. Et bien l’action publique peut porter des projets différents, pour un territoire qui en a besoin. Ainsi, le Conseil Régional Rhône-Alpes s’impliquera dans les déserts médicaux avec d’ores et déjà une future Maison de Santé Pluridisciplinaire à Saint-Marcellin, dans le plan d’actions d’un Territoire à Energie Positive, l’association de l’Albenc qui travaille sur la maîtrise des déchets, et l’EEDD. 
 Oui, on peut faire autrement avec l’argent public. Et puis soyons sérieux : cette bulle tropicale est tout à fait inutile ; d’ici peu, avec le changement climatique, sans coup férir, sans finances publiques, le climat tropical arrivera à Roybon."
(*) Alain Chabrolle est vice président (EE-LV) chargé du dossier "Santé Environnement" à la Région Rhône-Alpes.
Tribune parue initialement dans la lettre des élus Europe Ecologie - Les Verts de la Région Rhône-Alpes -


Lire la suite - Center Park de Roybon : une tribune d'Alain Chabrolle (*)

 

Commandez vos produits culturels dans la librairie LYFtv (livraison par Amazon.fr) :

LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance - 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés . Fourni par Blogger.