Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube ! (cliquez ici)

Affichage des articles dont le libellé est emploi. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est emploi. Afficher tous les articles

Emploi : le village des recruteurs de la métropole de Lyon

 Plus de 100 acteurs de l’emploi pour 5 000 offres à pourvoir ! Depuis 2015, le Village des Recruteurs est devenu un rendez-vous incontournable pour les entreprises qui recrutent sur une dizaine de villes en France. Sous la forme d’un job dating, cette opération de communication RH permet de dynamiser la marque employeur et de détecter des futurs talents. 

Co-organisée par l’agence Aglaé Events et la Métropole de Lyon, en soutien d’ACASS et BFM Lyon et en partenariat avec les principaux acteurs de l’emploi, cette opération de recrutement multi sectorielle favorise la rencontre directe entre candidats et employeurs. 
L'actu. lyonnaise en vidéos :

Après une troisième édition réalisée avec succès : plus de 8 000 candidats venus à la rencontre de 100 entreprises et plus de 450 recrutements concrétisés suite à l’événement. Le Village des Recruteurs revient place Bellecour pour une 4 ème édition, mercredi 23 et jeudi 24 octobre de 9h à 17h.

Les chiffres clés du Village des Recruteurs: 
57 000 candidats accueillis 25 Villages 660 entreprises participantes 4 578 recrutements finalisés Agroalimentaire : NEWREST RESTAURATION 

Recruteurs institutionnels : 
LADAPT, ARMEE DE L AIR, ARMEE DE TERRE, ARMER POUR L EMPLOI, GENDARMERIE & MARINE NATIONALE. 

Banque et Assurance :
 COVEA, GROUPAMA, MACIF, CIC LYONNAISE DE BANQUE & SOCIETE GENERALE. 

BTP et construction : 
CHANEL, APC ETANCH GRAND LYON, COIRO, ENGIE HOME SERVICES & KILOUTOU Commerce et négoce : BERNER, HAPPYTAL, INTENSE MARKETING, LAPEYRE, LIDL, METRO, MONOPRIX, STAFFMATCH, VICTORIA FRANCE & CHAUSSON MATERIAUX. Industrie : POLE UIMM, ACAF, AMONITE SUD EST, ARKEMA, DOORTAL, EGIDE, KEM ONE & SEI 

Environnement et énergie : 
VEOLIA CAMPUS VEOLIA Immobilier : EFFICITY & KEYMEX 

Informatique et télécommunications : MODIS, PARITEL & PRAMANA 

Transport et logistique : 
2LS, AFTRAL, BBL TRANSPORT, KEOLIS & RHONATRANS 

Multisectoriel : 
AFIPH & APSAL Sécurité : BYBLOS & SECURITAS 

Services à la personne : 
LA COMPAGNIE DE LOUIS, LES PETITS CHAPERONS ROUGES & PETITS FILS Service public : CAF DU RHONE, CPAM, ESPACE EMPLOI AGIR ARRCO & URSSAF 

Tourisme: 
ARTELOGE, CLUB MED & LAVOREL HOTEL 

Organismes de formation : 
AFPA, GRETA, IDRAC, IFPA, INSTIC CTI FORMATION, IUT LYON 1, LES CLES DE L ATELIER 

Agences d’emploi et d’intérim : 
ACASS, ADEQUAT, ADSEARCH, ATOLL, DLSI, DOMINO, GROUPE LIP, GROUPE MARE NOSTRUM, LTC ETUDES, MANPOWER, PROMAN, RANDSTAD INHOUSE SERVICES, RAS INTERIM, SOVITRAT, SUPPLAY & TERCIO
Lire la suite - Emploi : le village des recruteurs de la métropole de Lyon

St-Priest : les employés des trottinettes CIRC sont furieux

CIRC, loueur de trottinettes a arrêté par surprise son activité et vidé ses entrepôts de St-priest près de lyon. Les salariés sont laissés à l'abandon et sans aucune nouvelle ! 

 Communiqué du syndicat Sud Commerce : 
"Cette guerre commerciale entre opérateur de trottinette ne doit pas se faire sur le dos des salariés considérés comme des pions.

La société LMTS Germany qui gère ces salariés s’assoient sur le code du travail.

Depuis le 28 aout 2019, ces salariés ont eu la mauvaise surprise de découvrir les locaux de St Priest complètement vide, les trottinettes disparues.

Ces salariés qui se sont investis depuis des mois dans des conditions de travail difficiles (45 degré dans l’atelier cet été sans même un ventilateur, …., heures de nuit pas payé intégralement, absence de visite médicale d’embauche, …) sont laissé sans travail, sans consigne et sans nouvelles !!!

SUD COMMERCE ET SERVICES exige de cette société d’arrêter son mépris des salariés et demande l’ouverture de négociations immédiatement.

SUD COMMERCE ET SERVICES demande aux pouvoirs publics (inspection du travail et préfecture) de les recevoir avec une délégation de ces 44 salariés laissées seuls dans l’entrepôt désert de St Priest."
Lire la suite - St-Priest : les employés des trottinettes CIRC sont furieux

Formations au campus du numérique : un Appel à Manifestation d'Intérêt de la Région AURA

  La Région AUvergne Rhône-Alpes lance un Appel à Manifestation d’Intérêt pour les formations du Campus Région du Numérique, installé temporairement à Lyon Confluence, qui rejoindra Charbonnières-les-Bains en 2020. Ce nouvel Appel à Manifestation d’Intérêt concerne la 3ème vague de labellisation des formations du Campus. 
Abonnez vous ! :



Quel est l’objectif de l’AMI ? 
Il a pour objectif d’installer de nouvelles formations numériques, technologiques et industrielles sur le site de Charbonnières, d’étendre la carte des formations labellisées hors-les-murs, d’augmenter le périmètre aux formations relatives à l’industrie du futur, et de favoriser l’innovation pédagogique et la mixité. 

Qui peut candidater ? 
o des établissements d’enseignement supérieur et de recherche 
o des organismes de formation continue 
o des centres de formation des apprentis 
o des RTO o des espaces de fabrication numérique de type FabLab, s’ils ont une activité de formation o et toute structure ayant une activité de formation ou d’enseignement autorisée, reconnue ou en cours de reconnaissance par l’Etat. 
L'actu. lyonnaise en vidéos :

Le Label n’est pas octroyé à une structure mais à un dispositif. 
Ainsi, un même porteur peut candidater pour la labellisation de plusieurs dispositifs mais devra dans ce cas démontrer leur articulation, leur cohérence et leur pertinence. 

Quels sont les critères et conditions d’obtention du label ?
L’obtention du label dépend de l’engagement du candidat dans la durée et du respect des critères suivants : 
o Une réponse aux besoins en compétences de la filière numérique et aux besoins en compétences numériques des filières traditionnelles, notamment industrielles, en particulier dans les métiers en tension fortement impactés par le numérique, qu’il s’agisse de compétences techniques, de savoir-faire ou de savoir-être. Il s’agit de répondre à des enjeux de formation au numérique ou d’accompagnement à la transformation des organisations induite par le numérique. 

o Une réponse territoriale, en connexion avec les besoins des entreprises du bassin d’emploi, contribuant de fait au dynamisme du territoire de référence. 

o Une réponse innovante ou disruptive sur deux au moins des points suivants : 

- Méthodologie : ouverture sur les partenaires socio-économiques, utilisation de supports et de pratiques alternatifs, perspectives d’évolution à court et moyen terme, agilité et capacité à anticiper et se renouveler, diligence à rafraîchir les syllabus et plaquettes pédagogiques, etc. 
- Pédagogique : en lien avec les EdTechs et/ou les innovations en cours dans les modes de dispense, d’évaluation ou de contenu des formations 
- Thématique ou axe de formation ou d’action : émergente, peu développée ou différenciante en région et/ou en France - « Largeur » des publics cible, tant en termes sociologiques qu’au regard de la mixité et l’insertion des femmes dans ces métiers et compétences. 

o Une employabilité avérée et vérifiable (i.e. supérieure à 80 % à 6 mois pour les formations ou en poursuite d’études qualifiées et de niveau supérieur) ou, pour les dispositifs, des actions clairement orientées vers l’emploi ou la croissance. 
o Une méthodologie d’évaluation périodique et des critères d’évaluation qualitative et quantitative sur des indicateurs clés : les actions doivent être mesurables et analysées en retour sur investissement, avec proposition d’indicateurs de référence. 
o Un modèle économique viable sur toute la durée du projet proposé, sachant que l’AMI n’est pas doté en propre ni de fonds en amorçage ni de fonds de soutien au fonctionnement ou à l’investissement. Le labellisé s’engage à maintenir dans la durée les caractéristiques ayant conduit à l’octroi du Label, en faisant notamment état, annuellement, des actions entreprises et des résultats obtenus et en participant à la dynamique générale du Campus. 

Les candidatures seront formalisées dans un mémoire technique précis, clair, documenté de maximum 20 pages, annexes comprises et déposées en format dématérialisé, jusqu’au 17 septembre 2019 à 12h00, sur la plateforme de la Région : depot.auvergnerhonealpes.fr/AMIFORMACAMPUS. 

« Plusieurs milliers de postes non pourvus dans le secteur numérique, des métiers d’avenir, passionnants mais méconnus, d’autres plus « traditionnels » qui se transforment ... Tels sont les enjeux auxquels nous souhaitons répondre avec le Campus Région du numérique et le lancement de ce nouvel Appel à Manifestation d’Intérêt. Vous êtes une formation innovante ? Vous voulez contribuer à faire de notre région une référence en Europe ? Rejoignez les labellisés Campus à Charbonnières ou hors-les-murs ! » explique Juliette JARRY, Vice-présidente déléguée aux Infrastructures, à l’économie et aux usages numériques.
Lire la suite - Formations au campus du numérique : un Appel à Manifestation d'Intérêt de la Région AURA

Le Conseil d’État rejette le pourvoi des verriers de Givors exposés à l’amiante.

Communiqué de Verriers-Givors, association des anciens verriers victimes de l'amiante : "Au printemps 2009, les verriers de Givors ont réalisé dans leurs rangs une enquête de santé. Ils ont constaté, sur 208 questionnaires rendus, 20 cancers des poumons et 14 insuffisances respiratoires. Depuis, la situation ne s’est pas améliorée. A tel point que la Sécurité sociale a dû reconnaître huit maladies professionnelles aux tableaux 30 et 30 bis, liées à des plaques pleurales et des cancers broncho-pulmonaires. 
En outre deux cancers des voies aérodigestives supérieures ont été reconnues devant les tribunaux, consécutives à l’exposition à l’amiante, aux hydrocarbures et solvants. O.I.-Manufacturing l’employeur qui se refusait à l’admettre a été débouté en Cour de Cassation. En outre, l’employeur qui a repris la verrerie de Givors a déjà été condamné trois fois pour faute inexcusable pour ces cancers reconnus.
L'actu. lyonnaise en vidéos :
L’arrêt de la Cour administrative d’appel de Lyon du 8 octobre 2018, porté par l’association des anciens verriers devant le Conseil d’Etat appuyait sa décision de rejet de la demande d’inscription du site de la verrerie de Givors sur la liste des sites amiantés du ministère du travail, sur les seuls documents de la direction. En omettant de rappeler les conditions dans lesquelles avaient été réalisées ces fiches en janvier-mars 2003, alors que le personnel était licencié en janvier. Documents minimisant le risque et minorant le nombre de salariés exposés. 
Ignorant les appréciations de l’inspecteur du travail dans un rapport à la direction générale du travail : « cette verrerie a effectivement recours à l’amiante (Asbestex, Isolex, carton d’amiante, gants, laine de verre amiantée, calorifugeage, toiture, faux-plafonds…). Des déclaration de maladies ont été faites ». L’inspectrice concluait son courrier : « Il n’y a aucun doute quant à l’exposition des salariés au risque amiante ».
La cour administrative d’appel avait rejeté l’argumentation des verriers, pour la raison qu’ils n’étaient pas en mesure d’établir la proportion de salariés affectés aux opérations de calorifugeage à l’amiante au sein de l’établissement en cause. Evidemment, quand on ne prend pas en compte l’ensemble des éléments fournis par les victimes, c’est la parole de l’entreprise qui a gain de cause. C’est pourquoi les verriers s’étaient portés devant le Conseil d’État, en tenant compte que quatre verreries semblables à celle de Givors, ont été inscrites sur la liste des sites amiantés, sur la base – à chaque fois – de décisions de justice. Car le ministère n’inscrit jamais d’entreprise sur cette liste spontanément.
Le Conseil d’État rejette le recours des verriers de Givors. 
Ceux qui travaillent encore, ne pourront pas bénéficier de la législation Acaata qui permet aux salariés exposés à l’amiante de partir en préretraite. Mais le combat continue pour voir reconnaître les droits aux suivis médicaux post-professionnels, malgré les obstructions de la Sécurité sociale. L’action se poursuit pour l’aboutissement des dossiers de reconnaissance en maladie professionnelle. Une procédure est en cours devant la Cour d’appel de Lyon pour l’obtention des attestations d’exposition à l’amiante et aux produits toxiques, selon les obligations du code du travail, et l’indemnisation du préjudice d’anxiété. Comme la Cour de Cassation vient d’en reconnaître le droit aux ouvriers exposés à l’amiante."
Association des anciens verriers, Givors le 6 juin 2019, www.verriers-givors.com.
Rejoignez @LYFtvphotos sur Instagram  
Lire la suite - Le Conseil d’État rejette le pourvoi des verriers de Givors exposés à l’amiante.

 

Commandez vos produits culturels dans la librairie LYFtv (livraison par Amazon.fr) :

LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance - 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés . Fourni par Blogger.