Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube ! (cliquez ici)

Affichage des articles dont le libellé est industrie. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est industrie. Afficher tous les articles

Une usine de piles à hydrogène Michelin / Faurecia s'implante à Lyon

Michelin et Faurecia implantent la plus grande usine de production de piles à hydrogène d’Europe dans la métropole de Lyon. 

Détenue à parts égales par les groupes Michelin et Faurecia, la société SYMBIO qui produit des piles à hydrogène pour véhicules électriques va s’implanter sur le territoire de la métropole de Lyon. 
logo lyon en france
Cette arrivée est accompagnée par les services de la métropole de Lyon et par l’Aderly, qui ont aidé l'entreprise dans l’identification du foncier, des besoins d’aménagement ou l’approvisionnement en hydrogène de la future usine. 
David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon se félicite aujourd'hui que «L’implantation de SYMBIO sur le territoire de la métropole confirme notre attractivité. Cette entreprise spécialisée dans la fabrication de piles à hydrogène pour véhicules électriques renforce notre stratégie de développement de l’industrie du futur sur notre territoire, une industrie qui associe haute technologie et réduction de l’empreinte carbone, avec à la clé la création d’emplois et le développement des compétences »
Le développement de la filière hydrogène vert sur le territoire de la métropole s’effectue en partenariat étroit avec la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Cette entreprise vient renforcer l’écosystème métropolitain qui héberge déjà de nombreux projets en lien direct avec l’hydrogène (pôle de compétitivité AXELERA, IFP EN, TOTAL, AIR LIQUIDE, ENGIE/CNR…) et en lien avec le secteur automobile : JTEKT, SOLVAY et ELKEM qui sont parmi les leaders mondiaux de la fabrication des composants pour les batteries. 
La pose de la première pierre aura lieu le 10 mars prochain, au cours d’un événement qui dévoilera le site choisi.
Ancienne filiale de Michelin, aujourd’hui co-entreprise des groupes Michelin et Faurecia, Symbio développe, produit et commercialise des systèmes de piles à hydrogène pour plusieurs types de véhicules électriques (VUL, bus, camions, etc.). Son implantation sur le territoire de la métropole de Lyon doit permettre de développer sa future usine de production, ainsi qu’un campus de pilotes et démonstrateurs à l’hydrogène. L’ambition de l’entreprise est, à terme, de devenir un leader mondial des systèmes hydrogène pour la mobilité.
L'actu. des chaînes francophones :



Lyon :

Paris:

Europe :

Afrique:

Amériques :

Asie :

Abonnez vous ! :








Commandez ici dans toutes les catégories de la boutique (livraison par Amazon.fr) :


En ce moment sur LYFtv :

LYFtv ..... Forum..... Photos..... Vidéos..... Lyon..... Paris..... Europe..... Amériques..... Economie..... Education..... Environnement..... Loisirs..... Politique..... Sports..... Tourisme.....

Lire la suite - Une usine de piles à hydrogène Michelin / Faurecia s'implante à Lyon

Séisme en Drôme / Ardèche : tous les regards se tournent vers les centrales nucléaires

Un fort séisme a eu lieu le 11 novembre 2019 dans la Drôme : Selon l'Eurodéputée Michèle Rivasi, cofondatrice de la CRIIRAD, "EDF ne prend pas au sérieux le risque sismique"



Ce lundi 11 novembre, un séisme a frappé la Drôme, l'une des régions françaises les plus sensibles aux tremblements de terre, mais aussi les plus couvertes par les centrales nucléaires. L'épicentre se trouvait pile entre les deux sites : à 26 kilomètres de la centrale du Tricastin et à 13 kilomètres de la centrale de Cruas. Le séisme était d'une magnitude de 5,4 sur l'échelle de Richter à son épicentre, donc supérieure au « séisme majoré de sécurité » de 5,2 pour lesquelles les centrales de Tricastin et Cruas ont été construites. 

 Abonnez vous à la chaîne YouTube ! :
L'actu. lyonnaise en vidéos :

Selon les exploitants, les premiers contrôles n'ont pas révélé de dégâts.  Cependant, les 3 réacteurs en fonctionnement à Cruas ont été mis à l'arrêt en fin de journée. Étant donné les valeurs enregistrées, des contrôles complémentaires sont nécessaires. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dit qu'elle surveillera les conditions de redémarrage.


Réaction de Michèle Rivasi, députée écologiste du Parlement européen et co-fondatrice de la CRIIRAD :
"C'est le plus important séisme de l'histoire de la Vallée du Rhône Le séisme de ce lundi est supérieur au « séisme majoré de sécurité » et donc le plus important dans l'histoire des séismes enregistrés.  En effet, le « séisme majoré de sécurité » est supérieur au séisme maximal historiquement vraisemblable qui est censé se produire tous les 1000 ans en moyenne. Il se base sur le tremblement de terre le plus intense de mémoire d'homme jamais recensé dans la région. Celui-ci s'est produit le 8 août 1873 avec une magnitude de 4,7 sur l'échelle de Richter. L'épicentre se situait à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme) à 13 kilomètres de la centrale nucléaire du Tricastin.

Cet événement naturel nous rappelle les risques nucléaires

Il a fallu l'accident nucléaire de Fukushima pour que les normes de sûreté soient renforcées. Elles ont notamment conduit l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire) en 2017 a ordonné à EDF d'arrêter la centrale nucléaire du Tricastin en raison d'un risque de rupture d'une portion de la digue du canal du Rhône en cas de séisme et car EDF trainait à faire les travaux. EDF a réalisé en trois mois des renforcements de la portion de la digue concernée pour assurer la résistance au séisme majoré de sécurité. Mais le 25 juin 2018, l'ASN a de nouveau demandé un renforcement complémentaire de la digue du canal de Donzère-Mondragon et une surveillance accrue. EDF doit effectuer des travaux au plus tard fin 2022. Le rapport de 2018 de l'ASN montre que l'analyse des conséquences potentielles d'une rupture de la digue a été menée de manière tardive et sommaire. La négligence d'EDF a ainsi duré 10 ans alors que la principale fragilité de Tricastin est le risque d'inondation

EDF est hostile aux exigences de sûreté nucléaire

Cet événement vient nous rappeler que la sismicité doit être prise au sérieux et ce particulièrement dans la vallée du Rhône. EDF essaye de rassurer, mais il faut rappeler son attitude hostile vis-à-vis du risque sismique. Depuis quelques temps, les anomalies génériques découvertes sur les installations françaises ne font que se multiplier, révélant la fragilité des constructions face à ce risque naturel. On observe de nombreux exemples d'anomalies de « non-tenue au séisme », liées à des problèmes de conception et/ou un mauvais entretien : perte d'alimentation électrique, perte de refroidissement, de ventilation, surchauffes, effondrements, câbles trop fragiles, tuyauteries des stations de pompage trop rouillées, diesels de secours vulnérables… Et il n'y a pas que les plus vieux réacteurs qui sont concernés.


Il est urgent d'arrêter ces centrales avant qu'un accident grave ne survienne. L'industrie nucléaire fait peser un risque inacceptable sur la population en minimisant les risques et poussant à la prolongation du fonctionnement de ses centrales atomiques. La centrale de Tricastin, qui a largement atteint l'âge de la retraite, doit être arrêtée dès maintenant."


Instagram @LYFtvphotos


La playlist Music & News :


L'actu. des chaînes francophones :

Abonnez vous ! :








Commandez ici dans toutes les catégories de la boutique (livraison par Amazon.fr) :


En ce moment sur LYFtv :

LYFtv ..... Forum..... Photos..... Vidéos..... Lyon..... Paris..... Europe..... Amériques..... Economie..... Education..... Environnement..... Loisirs..... Politique..... Sports..... Tourisme.....

Lire la suite - Séisme en Drôme / Ardèche : tous les regards se tournent vers les centrales nucléaires

Le candidat EELV à la Mairie de Lyon Gregory Doucet demande la transparence des installations SEVESO

#Municipales2020
 Suite à l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen, le candidat écologiste (EELV) à la Mairie de Lyon Grégory Doucet demande aujourd'hui "une transparence totale sur les 16 installations classées SEVESO - seuil haut - autour et à Lyon"
Dans un rayon de 10 km autour de Lyon on compte 16 installations classées SEVESO en seuil haut, dont 3 dans le septième arrondissement de Lyon. « Je m’inquiète de l’accès à l’information de tous et toutes si une catastrophe devait se produire à Lyon. Nous sommes en droit de demander à la préfecture des informations plus régulières et notamment les procédures à suivre en cas d’incident sur l’un des sites » indique Grégory Doucet
Abonnez vous ! :


Qualifiée de simple incendie au départ, force est de constater que l’affaire Lubrizol est bien une catastrophe industrielle majeure, une catastrophe environnementale et une catastrophe sanitaire. 
Grégory Doucet "s’inquiète des zones d’ombre laissées par le Premier ministre et les services préfectoraux". 

Selon lui, la gestion de cette catastrophe par l’État n’est pas sans rappeler celle très approximative du plomb libéré dans les airs par l’incendie de la cathédrale Notre Dame.  La loi Essoc d’août 2018 simplifie les demandes d’autorisation de modification des industries Seveso. Cette simplification a permis au site Lubrizol d’augmenter considérablement ses stocks d’hydrocarbures et autres. « Notre santé ne supporte aucune simplification administrative » déplore Grégory Doucet.
Lire la suite - Le candidat EELV à la Mairie de Lyon Gregory Doucet demande la transparence des installations SEVESO

Appel à projets : Lyon St-Etienne territoire d'innovations

 Les Métropoles de Lyon et Saint-Etienne lauréates avec un projet misant sur l’industrie du futur au cœur du territoire. Après avoir été sélectionnée début janvier 2018 par l’État comme lauréate de l’Appel à Manifestation d’Intérêts «Territoires d’innovation», la Métropole de Lyon, en partenariat avec Saint-Etienne Métropole vient d’être sélectionnée parmi les lauréats de l’Appel à Projets lancé par le Gouvernement. 
L'actu. lyonnaise en vidéos :

Aux côtés de 30 partenaires publics et privés, les deux métropoles ont su se démarquer en présentant un projet novateur qui mise sur l’industrie intégrée et (re)connectée à son territoire et à ses habitants.
Le projet d’envergure en faveur de l’industrie du futur va permettre la réalisation d’un portefeuille de 17 actions représentant un budget d’un peu plus de 200 millions d’euros. 
Abonnez vous ! :

« Avec le projet TIGA, les métropoles de Lyon et Saint-Etienne créent une alliance unique qui illustre notre capacité à fédérer des territoires industriels complémentaires », se félicite David Kimelfeld, Président de la Métropole de Lyon. « L’industrie est source de développement économique et d’attractivité pour nos territoires. En tant que 1ère métropole industrielle, je souhaite que notre industrie soit un formidable moteur de création d’emplois, de mixité des métiers, de reconversion et de développement des compétences, pour nos deux territoires. Remporter cet Appel à projets va nous permettre de lancer plus rapidement des expérimentations inédites, d’accélérer la mutation industrielle, de réussir sa transition numérique et énergétique et de permettre sa réappropriation par le citoyen et les jeunes en particulier ». 
"Saint-Etienne Métropole, 3ème métropole de France en matière de dépôt de brevets, est aussi le 2ème bassin de PME-PMI après l’Ile de France. Elle est un territoire de créativité, d’innovation et de design, complémentaire de celui de nos voisins lyonnais", indique Gaël Perdriau, Président de Saint-Etienne Métropole. 

Un plan d’actions ambitieux de 17 projets pour répondre aux enjeux de l’industrie de demain.
Bénéficiant d’une dynamique de reconquête industrielle sans précédent, le territoire attire les grands noms de l’industrie avec l’implantation de centres de R&D mondiaux ou d’usines de production (Solvay, Safran, Renault Trucks, Boehringer Ingelheim, Elkem Silicones….) et connaît une forte croissance en matière de créations d’emplois (+1400 en 2018) avec un rayonnement en faveur du développement économique local et national. Pour répondre aux enjeux de transformation de l’industrie (plus propre, plus productive, plus sûre, plus inclusive) mais aussi du territoire, le projet présenté par les métropoles de Lyon et de SaintEtienne et leurs partenaires économiques et académiques a pour objectif d’accélérer les conditions du développement de l’industrie du futur, celle qui concilie haute technologie et réduction de l’empreinte carbone. 
Ainsi, 4 grands territoires de projets industriels ont été identifiés pour leur fort potentiel de transformation et la diversité des secteurs industriels qu’ils accueillent : Lyon Parilly Factories (Vénissieux) et Lyon Vallée de la Chimie, Saint-Etienne Vallée du Giers, et Saint-Etienne Manufacture. 
Lire la suite - Appel à projets : Lyon St-Etienne territoire d'innovations

 

Commandez vos produits culturels dans la librairie LYFtv (livraison par Amazon.fr) :

LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance - 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés . Fourni par Blogger.