Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube ! (cliquez ici)

Affichage des articles dont le libellé est musées. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est musées. Afficher tous les articles

Grand Hôtel Dieu Lyon : la Cité de la Gastronomie attribuée au groupe espagnol Magma cultura

lyon
 La métropole de Lyon vient d’entériner le choix de Magma Cultura France (filiale du groupe espagnol M.C.) comme délégataire de service public pour l’exploitation de la future cité internationale de la gastronomie. Celle-ci  prendra place dans l’écrin du site emblématique du Grand Hôtel Dieu, en plein coeur du centre-ville ouvert depuis fin avril. L’ouverture des 3930 m2 au public étant prévue à l’été 2019.
Le conseil de la Métropole de Lyon a choisi ce jour Magma Cultura France comme délégataire de service public pour l’exploitation de la Cité Internationale de la gastronomie pour 8 ans à compter de la date d’ouverture au public
L'actu. lyonnaise en vidéos :

Le résultat de cet appel public à la concurrence lancé en mai 2017 permettra de créer un équipement phare qui participera au rayonnement de la Métropole de Lyon. Début 2018, la scénographie de l’exposition permanente avait été confiée à l’agence londonienne Casson Man, référence majeure dans les scénographies de Musée à Londres ou en France (Cité du Vin à Bordeaux).
Dans le cahier des charges de la Délégation de Service Public, il est demandé que soit proposé au grand public un parcours innovant et pédagogique autour d’espaces de démonstrations et d’expériences sensorielles et interactives. 
Elle doit être un lieu de découverte, d’apprentissage et de transmission autour de la thématique nutrition/santé. La DSP fixe enfin comme objectif de développer l’innovation en permettant aux professionnels de l’alimentation, français et internationaux, confirmés ou talents de demain, de partager leurs expertises, leur savoir-faire et leurs points de vue pour avancer dans la voie de l’excellence gastronomique, associant plaisir de la table et bien-être pour le corps et l’esprit.
 Abonnez vous ! :
 
E
Le projet Magma Cultura France
La société Magma Cultura France, filiale française du groupe Espagnol, Magma Cultura (que l'on peut traduire par "Bouillon de Culture") est arrivée en tête des trois candidats qui étaient en lice pour l’attribution de cette DSP..
Magma Cultura, c’est 25 ans d’expérience dans les domaines de la culture, l’éducation, le tourisme et les loisirs, 1 000 collaborateurs et plus de 10 millions de visiteurs accueillis. C’est une référence et un savoir-faire avéré en matière d’exploitation d’équipements culturels, de médiation culturelle, de gestion et de développement des publics.
D’ici à l’ouverture, Magma Cultura va donc pouvoir finaliser un projet apparu le plus pertinent eu égard au cahier des charges de la délégation de service public. C’est-à-dire une offre muséale et une programmation riche et variée. Soit 2 expositions permanentes en complément de celle de la Métropole (Atlas de la gastronomie, gastro ludothèque à destination du jeune public) et 2 expositions temporaires par an.
Le programme d'animation s’adapte en effet à la diversité des publics souhaitée pour faire vivre le lieu de manière hybride (programme d’exposition et loisirs éducatifs, programmation culturelle et pédagogique, programmation professionnelle, ateliers cuisine/démonstrations par des chefs en résidence).

Magma Cultura propose une ouverture 7 j/7 et un prix d’entrée individuel modéré aligné sur le tarif moyen des équipements culturels lyonnais. C’est également le plus ambitieux en termes de fréquentation prévisionnelle de 300 000 visiteurs par an.
L'organisation des espaces d’expositions permanentes et temporaires devrait être optimisée, offrant un parcours autour de démonstrations et d’expériences sensorielles et interactives.
Le projet possède clairement une dimension internationale avec des partenariats à l’échelle mondiale (Nations Unies, Unesco, FAO) et la création de chaires sur l’alimentation à l’échelle européenne.
Le dossier présente enfin des conditions juridiques et financières très satisfaisantes. Magma Cultura France envisage un CA de 5.3M€/an, prévoit un investissement de 1.6M€ et propose une garantie inconditionnelle et illimitée.

magma cultura gère par exemple la communication en matière sociale et culturelle du Parc zoologique de Paris, des Sociétés du Grand Paris, de la Nuit de la lecture à Madrid ;
On la retrouve sur le Château de Montjuic à Barcelone, la Maison Vicens à Barcelone le Château de Fontainebleau, Musée de l’Homme, Musée Picasso à Paris, la Ville de Valence en Espagne, Casa Mahou à Madrid, le Musée Picasso à Barcelone, le Musée National Centre d’Art Reine Sophia à Madrid.
Lire la suite - Grand Hôtel Dieu Lyon : la Cité de la Gastronomie attribuée au groupe espagnol Magma cultura

Musée des Tissus : la Région AuRA investira au moins 24 millions d'Euros

lyon
La création de l’association de Préfiguration du Musée des Tissus, constituée de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, de la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne et de l’Union Inter-Entreprises Textiles Auvergne-Rhône-Alpes (UNITEX), a été actée le 1er février 2018. 
Suite à la décision de l’Assemblée générale constitutive, la gouvernance sera assurée par :
Président : Laurent WAUQUIEZ, Président d’Auvergne-Rhône-Alpes
Vice-présidente : Florence VERNEY-CARRON, Vice-présidente déléguée à la culture et au patrimoine
Secrétaire : Emmanuel IMBERTON, Président de la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne Trésorier : Grégoire GIRAUD, Vice-président d’UNITEX
Les membres du Conseil d’administration ont également été désignés.
« Conformément à nos engagements, la Région va accompagner la transformation du Musée des Tissus avec un investissement important, pour un coût total des travaux des bâtiments estimé à 30 M€. Avec l’aide de l’Etat (5M€), d’UNITEX (1M€ apporté au fonds de dotation) et la mobilisation de fonds privés de mécènes prestigieux, Laurent Wauquiez estime que le projet sera "pérenne, moderne et ambitieux".
L'actu. lyonnaise en vidéos :

La Région garantira par ailleurs le plan de financement des travaux, qui est donc assuré afin qu’ils puissent s’engager au plus vite, détaille Laurent WAUQUIEZ. Selon Grégoire GIRAUD, Vice-président d’UNITEX, « la profession textile illustre son engagement et sa détermination dans la renaissance du Musée des Tissus en étant à l’origine de la création du fonds de dotation et du versement par la profession d’un million d’euros. Nous avons l’ambition de créer un lieu d’échanges international emblématique qui fera rayonner les plus riches collections de tissus existant au monde, les savoir-faire créatifs et innovants de l’industrie textile régionale et l’expertise internationalement reconnue des chercheurs ».
2018, une année fondatrice et ambitieuse 
La Région, la CCI et UNITEX souhaitent atteindre plusieurs objectifs durant l’année 2018. A commencer par le recrutement d’une nouvelle équipe dirigeante. Cette dernière comprendra un nouveau directeur général qui aura pour mission de faire du Musée des Tissus une grande institution du XXIème siècle en association avec un directeur scientifique chargé de la conservation et de la définition d’un nouveau projet culturel, muséographique et architectural.
Par ailleurs, un fonds de dotation a été mis en place par UNITEX fin janvier. Il sera le réceptacle des fonds privés recueillis par le mécénat, destinés à assurer la promotion et le rayonnement futur du musée.
Enfin, la plateforme de financement participatif sera choisie dans les prochains jours, de sorte que le lancement de la campagne de levée de fonds ait lieu le lundi 12 mars 2018 sous la conduite de la CCI et avec la participation des 135 000 signataires de la de la pétition pour le sauvetage du Musée des tissus.
Autres ambitions au programme de cette année 2018 : la création d’un Groupement d’intérêt public, nouvelle structure juridique des musées, le transfert des Hôtels de Villeroy et de Lacroix-Laval de la CCI à la Région pour un euro symbolique, avec l’assurance que ces hôtels particuliers resteront bien destinés aux musées, et le projet visant à transférer les collections de la CCI vers la Région.
Par ailleurs, une fois le projet muséographique arrêté, une étude préalable pour un démarrage des travaux sera lancée début 2019. Enfin, le nouveau Musée des Tissus accueillera sa première grande exposition en septembre 2020. « Le projet que nous portons va permettre de redynamiser l’institution et de lui donner les moyens d’une ambition nationale et internationale renouvelée. Le musée deviendra un lieu d’exposition unique, un centre de référence sur les métiers d’arts et de la restauration des textiles précieux et un écrin pour des manifestations culturelles et événementielles au cœur de Lyon. C’est une grande fierté pour nous d’être en passe de réussir notre pari de tracer pour nos musées un avenir digne de l’héritage exceptionnel qu’ils constituent» se félicite Emmanuel Imberton, Président de la CCI Lyon Métropole.

 Abonnez vous ! :

 Un écosystème vertueux 
Le projet de renaissance du musée pourra également s’appuyer sur tout un écosystème de structures conjointes qui permettront de canaliser les énergies autour du nouveau projet. D’abord, le Comité scientifique, dont Sophie MAKARIOU Présidente du Musée Guimet a accepté de prendre la tête, réunira des personnalités, des experts et des universitaires pour contribuer à l’élaboration du projet muséal. Ensuite, le Comité d’honneur et son Président Stéphane BERN fera appel à des personnalités du monde économique des arts et de la culture pour susciter le mécénat d’entreprise.
La société des amis du Musée des Tissus qui réunit les soutiens de l’institution depuis 1926, continuera de jouer son rôle d’appui auprès du grand public. Le collectif Canutopie, qui regroupe une quinzaine d’associations de défense du patrimoine soyeux engagées de longue date dans la défense du Musée, dont nous tenons à saluer le travail d’information et de mobilisation du grand public, et qui aura un rôle important à jouer dans le nouveau projet. Enfin, le CIETA (Centre International d’Etude des Textiles Anciens), dont le siège restera au sein du futur musée, poursuivra, à travers ses activités scientifiques, son rôle de promotion et de rayonnement à l’international .
Lire la suite - Musée des Tissus : la Région AuRA investira au moins 24 millions d'Euros

Reprise du Musée des tissus : la Mairie et le Grand Lyon présentent leur projet

La Ville de Lyon et la Métropole ont (enfin) proposé, le mercredi 4 octobre, leur projet pour sauver le Musée des Tissus, à l’appel de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) propriétaire. Ceci dans un contexte où l’ensemble des collectivités et des institutions concernées subissent des réductions significatives de leurs dotations budgétaires. 

Afin d’aboutir, Gérard Collomb, alors Maire de Lyon et Président de la Métropole, David Kimelfeld et Georges Képénékian devenus aujourd’hui respectivement Président de la Métropole et Maire de Lyon,ont missionné deux femmes, Sylvie Ramond, Directrice du musée des Beaux-Arts et Hélène Lafont-Couturier, Directrice du musée des Confluences pour élaborer qu'ils qualifient d'"ambitieux, pérenne et durable" , permettant la sauvegarde des collections et leur rayonnement au niveau local, national et international.
Vers un partenariat public/privé
Le scénario proposé par la Ville et la Métropole vise à présenter les collections "hors les murs" du Musée actuel, principalement au musée des Confluences (750 000 visiteurs) et au musée des Beaux-Arts (300 000 visiteurs par an) ainsi que dans l’un des hôtels particuliers du site actuel. 
Ce scénario est fondé sur la création de réserves, conservées dans un lieu adapté et dans des conditions aux normes et d’un centre de ressources de haute-qualité, dont une partie importante pourrait être créée au sein du musée des Confluences de façon à mieux  répondre aux demandes des chercheurs, des créateurs et des industriels. Une valorisation des collections par les outils numériques (bases de données, etc.) est également à imaginer.
Ce projet porte sur la vente par la CCI de l’un des deux hôtels particuliers accueillant aujourd’hui les musées afin de garantir économiquement par les recettes dégagées le maintien d’un lieu de conservation et d’assurer une présentation des collections au sein du nouveau pôle muséal.
L’investissement est estimé entre 15 et 18 M€ si un hôtel particulier est conservé, avec un coût de fonctionnement équivalent à la charge nette actuelle.

Un projet pour l'instant en opposition à celui de la Région
Dans leur communiqué, la Ville et la Métropole indiquent qu'actuellement, le projet présenté par la CCI et la Région est basé sur un financement essentiellement public, porté principalement par la Région. Sans l’apport des collectivités publiques, son déficit d’exploitation est désormais estimé à au moins 2,5M€ par an contre 1,7M€ par an actuellement ! Quant au coût d’investissement compris entre 25 et 30 M€, il est lui aussi porté quasi-exclusivement par le public. 
La Ville de Lyon et la Métropole interrogent donc le caractère d’un projet dimensionné autour d’un tel déficit d’exploitation à la charge des seules collectivités publiques.
La question se pose d’autant plus que l’État et la CCI indiquent clairement que leurs participations financières  n’excéderont pas trois ans pour le premier et la fin du mandat de  son actuel Président pour la seconde !
C’est à dire une impasse de plus de 500 K€ par an à compter de 2021 en intégrant des travaux à effectuer dès la deuxième année de fonctionnement de ce nouveau projet.
 
La Ville et la Métropole estiment donc défendre "un projet pragmatique et ambitieux à la hauteur de l’excellence des collections du Musée des Tissus et du rayonnement de la métropole lyonnaise, avec la volonté de mobiliser autour de cette dynamique la CCI, la Région, l’Etat et le milieu économique". 
Lire la suite - Reprise du Musée des tissus : la Mairie et le Grand Lyon présentent leur projet

L'exposition Lumière, le cinéma inventé ouvre au Musée des Confluences

Du 13 juin 2017 au 25 février 2018, l’exposition Lumière ! Le cinéma inventé est consacrée aux pionniers lyonnais du cinéma, Louis et Auguste Lumière, et à leurs inventions phares dans le domaine de l’image, le procédé photo couleur et l'image animée.

"On a voulu que cette exposition soit un bonheur visuel", assure le désormais célèbre "Monsieur cinéma" lyonnais, Thierry Fremaux

Il est vrai que l'Institut Lumière et les nombreux sponsors qui l'ont aidé à réaliser cette exposition n'ont pas lésiné sur les moyens :  de la première salle de projection parisienne reconstituée à la diffusion exhaustive des 1422 films Lumière sous la forme d’un mur magistral d’images (à voir sur notre compte Instagram) , de la maquette du site originel des usines Lumière à des jouets optiques du 19e siècle, entre affiches, Autochromes et vues panoramiques ou en relief, le visiteur est plongé au cœur de la créativité de la famille Lumière. 

Car les frères Lumière étaient de formidables inventeurs, et pas seulement du Cinématographe qui reste leur "brevet" international le plus connu... 

Conscients que cette prouesse technique était à la fois le point d’aboutissement de tentatives antérieures et un acte fondateur d’une pratique artistique qui révolutionne encore aujourd’hui notre vision du monde, ils n'ont pas hésité à envoyer des centaines d'opérateurs dans le monde entier, pour "filmer la planète"... et faire connaître leur invention qui représente aujourd'hui une industrie et touche encore des milliards d'humains. 

"La région Auvergne Rhône-Alpes est gâtée", s'emballe Thierry Frémaux : "elle a à Lyon, la mémoire des frêres Lumière et en Ardèche celle, plus ancienne je vous l'accorde, de la Grotte Chauvet... J'y vois un lien fort : les deux ont en commun  la volonté des hommes de décrire leur monde par l'image..." .
Sans revenir aux techniques préhistoriques, il reste important de garder la mémoire des premiers films... "N'abandonnons jamais la connaissance du  cinéma en 35mm, je suis sûr que certains auteurs des prochaines décennies voudront refaire du cinéma "bio avec des techniques originelles comme des musiciens d'aujourd'hui veulent déjà revenir au vynil...", se rassure Thierry Frémaux, qui consacre une large partie de son temps à l'organisation d'un festival  "Cinéma et patrimoine".

Exposition du 13 juin 2017 au 25 février 2018 – musée des Confluences, Lyon. www.museedesconfluences.fr

* * * * 
Une exposition conçue par l'Institut Lumière et produite par le musée des Confluences. Exposition initialement produite en 2015 avec le soutien du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC), de la Métropole de Lyon, de la Région Auvergne-RhôneAlpes, de la Ville de Lyon, de la Région Ile-de-France.  
Lire la suite - L'exposition Lumière, le cinéma inventé ouvre au Musée des Confluences

 

Commandez vos produits culturels dans la librairie LYFtv (livraison par Amazon.fr) :

LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance - 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés . Fourni par Blogger.