Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube ! (cliquez ici)

Affichage des articles dont le libellé est présidentielles. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est présidentielles. Afficher tous les articles

Lettre ouverte à Mr Macron : " nous n’avons pas voté pour vous au premier tour"

Monsieur Macron,

Nous sommes des électeurs français de tous bords politiques – de droite comme de gauche – qui avons un point commun : nous n’avons pas voté pour vous au premier tour des élections présidentielles, le 23 avril dernier.

Et nous ne souhaitons pas vous voir devenir président de la République Française.

A l’heure où les ténors des partis politiques traditionnels en appellent à voter pour vous, nous ne sommes, nous, simples citoyens, ni convaincus par votre programme volontairement maintenu dans le flou – ni par votre parcours politique, ni par votre personne.

Votre attitude déplacée au soir du premier tour, où vous avez notamment tenu un discours indigent, n’a fait que renforcer notre rejet de votre candidature.

Pourtant, nous sommes aujourd’hui face à un dilemme.

Car, et c’est notre second point commun, nous ne voulons pas voir Madame Le Pen élue le 7 mai prochain.

Les votes blancs n’étant malheureusement pas comptabilisés en France – nous le déplorons – les circonstances vont obliger nombre d’entre nous à voter pour vous, afin d’éviter que le Front National n’accède au pouvoir.

Ultime ironie du sort, nous considérons que ce sont précisément des hommes tels que vous qui nourrissent la montée du Front National depuis plusieurs décennies.

Nous avons tous à l’esprit les élections présidentielles de 2002 – une fois la menace Jean-Marie Le Pen écartée et Jacques Chirac réélu avec un score historique grâce au front républicain, les hommes politiques se sont aussitôt rendormis, sans chercher à comprendre ni à traiter à la racine les problèmes qui avaient alors déjà poussé plusieurs millions de nos compatriotes dans la voie sans issue du vote FN.
Beaucoup d'éléments nous portent à penser que vous ferez de même. A commencer par le spectacle affligeant que vous nous avez offert le 23 avril au soir, où vous vous êtes comporté comme si vous étiez déjà élu.
Nous aimerions donc profiter de cette pétition pour vous rappeler deux ou trois choses :

- Au premier tour, plus de 75% des votants – sans parler des abstentionnistes – ont refusé de vous accorder leur confiance. 

- Pire : parmi le petit quart des votants qui vous ont choisi le 23 avril, une grande partie l’a fait par défaut : des quatre candidats arrivés en tête, vous êtes sans doute celui qui a la base électorale la moins convaincue et la plus friable.

- Vous n’avez pas encore gagné : l’abstention risque d’être massive. Et cela nous désole de le dire car si vous perdez, cela signifiera que Madame Le Pen sera élue.

Aucun signataire de cette pétition ne votera pour vous par adhésion à votre personne ou à votre projet - nombre d’entre nous envisagent d’ailleurs de s’abstenir ou de voter blanc.Pour ceux qui mettront votre nom dans l’urne le 7 mai, nous irons voter contre Marine Le Pen, pas pour vous.
Vous portez une responsabilité lourde. 

Si vous êtes élu, nous voulons que vous vous rappeliez que nos votes ne seront ni une adhésion, ni un chèque en blanc. Il vous faudra tenir compte du pluralisme des électeurs tels que nous, soucieux de l'environnement, des droits salariaux, du respect de nos institutions sans influence des lobbies. Nous veillerons aussi à ce que vos promesses soient tenues, notamment en termes de renouvellement de la classe politique.

En outre, si vous utilisez notre vote "contre" comme un blanc-seing, nous sommes persuadés que vous ouvrirez définitivement la voie à une victoire du Front National en 2022.
Ceux d’entre nous qui se résoudront à voter pour vous le 7 mai le feront uniquement par sens républicain.
Mais en retour, jusqu'où ira le vôtre ?





Lire la suite - Lettre ouverte à Mr Macron : " nous n’avons pas voté pour vous au premier tour"

Etude IFOP : Pour qui ont voté les enseignants ?


Segment de l'électorat traditionnellement acquis à la gauche, le milieu enseignant (945 000 personnes en 2016) a cette année massivement délaissé le candidat du PS (15%) au profit d'alternatives politiques voisines comme Emmanuel Macron (38%) et Jean-Luc Mélenchon (23%).
Dans le cadre de l’élection présidentielle française, un sondage Ifop pour SOS Education s’est en effet intéressé au positionnement des enseignants vis-à-vis des principales propositions des candidats. L’étude réalisée auprès d’un échantillon de 1 001 enseignants représentatif de la population des enseignants nous livre les enseignements suivants :
L'élection présidentielle de 2017 signe la fin de l'hégémonie du PS sur le vote enseignant
???  Traditionnel bastion socialiste, le milieu enseignant a fait largement défection à l'ancien ministre de l'Education Benoît Hamon : le candidat du PS recueillant à peine 15% des voix des enseignants cette année, soit trois fois moins qu'en 2012 (46%). Le Parti socialiste obtient ainsi son plus mauvais score au sein de la profession en l'espace de 15 ans alors même qu'il ne souffrait pas pour une fois de la concurrence d'un candidat écologiste.
???   Il faut dire que les enseignants s'avèrent opposés aux principales mesures prises par les ministres successifs des gouvernements de François Hollande. Ainsi, 83% des enseignants se déclarent favorables à l'abrogation de la réforme du collège, au rétablissement des filières bilingues et des options de langues anciennes et 77% à la suppression ou à l'assouplissement de la réforme des rythmes scolaires (dont 87% des enseignants en école primaire).
Les enseignants se tournent désormais vers des formations politiques voisines.
???   Avec 38% des suffrages des enseignants, Emmanuel Macron confirme quant à lui sa percée dans le monde éducatif, dépassant largement le score que François Bayrou avait pu y obtenir aux scrutins précédents chez les enseignants du primaire et du secondaire (19% en 2012, 27% en 2007, 7% en 2002).
???   A gauche, la candidature « insoumise » de Jean-Luc Mélenchon a attiré près d'un enseignant sur quatre (24%) contre 19,6% chez l'ensemble des Français. A titre de comparaison, le candidat soutenu par le Parti de Gauche et le Parti communiste n'avait obtenu que 10% des voix des enseignants du primaire et du secondaire en 2012
Tandis qu'une partie de leur vote glisse vers le centre, les enseignants délaisse toujours largement la droite.
???   Le potentiel électoral des candidats de droite reste quant à lui marginal dans le milieu enseignant. A peine 15,5% de l'ensemble des enseignants ont voté pour un candidat de droite dont 11% pour François Fillon, 4% pour Nicolas Dupont-Aignan, 0,5% pour François Asselineau. Au total, leur score chez les enseignants du primaire et du secondaire (16%) est plus faible que celui obtenu par les candidats de la droite libérale ou souverainiste en 2012 (18%,5%), en 2007 (20%)  ou en 2002 (18%).
???   Marine Le Pen ne perce toujours pas chez les enseignants. A peine 5% des professeurs ont voté pour la candidate du FN, soit quatre fois moins que son score chez l'ensemble des électeurs métropolitains (21,5%). Son score reste en effet marginal, sauf dans les rangs des PLP (11%) et des enseignants du supérieur (12%). 
Etude réalisée par l'Ifop pour SOS Education par questionnaire auto-administré en ligne du 16 au 19 avril 2017 auprès d'un échantillon de 1 001 enseignants, représentatif de la population des enseignants. La représentativité de l'échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, niveau de degré d'enseignement, statut, académie) établis sur la base des données RERS 2016.


Lire la suite - Etude IFOP : Pour qui ont voté les enseignants ?

Présidentielles : lettre ouverte de Bernard Devert (Habitat et Humanisme)


             

Mesdames, Messieurs, les candidats à la Présidence de la République, 

Le risque de l’absentéisme ne serait-il pas pour partie imputable au décalage entre vos programmes et l’attente de propositions concrètes répondant aux difficultés des plus fragiles ?


Il ne vous est certes pas demandé un catalogue de mesures, mais une vision de la res publica tissant l’unité et l’indivisibilité de la République dont l’une des déchirures est celle de l’habitat, marqueur des pauvretés et précarités. La part du logement dans le budget familial n’a cessé de croître ; elle représente près de 50% pour ceux disposant de revenus si faibles qu’ils se voient refuser l’attribution d’un logement social. Un comble ! 
La dignité que l’on doit à chacun - et particulièrement aux plus pauvres - oblige à renverser les pratiques. Aussi, conviendrait-il de retenir comme premier critère d’accès au logement social le reste pour vivre en ajustant le montant du loyer au disponible pour habiter. 

La rue a tué plus de 5 000 personnes en dix ans ; elle demeure le lieu d’une assignation pour des milliers d’autres au soir de leur vie ; plus de 600 000 enfants sont par deux fois punis par la misère : un présent si déshumanisé qu’il condamne leur avenir. Que d’iniquités ! 
La république, indivisible, est fracturée par de graves inégalités et discriminations dans les quartiers dits sensibles ou encore de non droit. Bâtir en s’inquiétant de la fragilité, c’est rechercher une urbanité créatrice de liens, ou encore une hospitalité, trace de l’estime de l’autre dans le respect de nos valeurs républicaines. 

Une ouverture se dessine - soyons juste - avec la loi Egalité et Citoyenneté mais, plus qu’un texte, s’impose l’ambition d’une urgente réconciliation de la Nation avec ses cités. Accepter qu’un jeune sur deux, en âge de travailler, soit en chômage, ou maintenir ces machines à loger qui stigmatisent et développent les ruptures sociales jusqu’à faire surgir ce cri : « j’ai la haine », c’est consentir à une indifférence, brûlot de la cohésion sociale. 

La vigilance à la fragilité est un appel à la responsabilité pour faire naître de nouveaux modèles se substituant à ceux qui ne fonctionnent plus, sauf au prix de l’injustice, laissant dans des abimes les accidentés de la vie 

Oui, quelle attention leur porterez-vous ? 

Bernard Devert,
Président de Habitat & Humanisme

Lire la suite - Présidentielles : lettre ouverte de Bernard Devert (Habitat et Humanisme)

Vote par procuration : n’attendez-pas le dernier moment !


             
 L’élection présidentielle aura lieu les dimanches 23 avril et 7 mai 2017. Tout électeur qui souhaite participer au vote mais qui ne pourrait se déplacer ou être présent dans sa commune d'inscription électorale à ces dates pourra voter par procuration en choisissant un autre électeur pour accomplir à sa place les opérations de vote.

Il est possible de voter par procuration
 L’établissement de la procuration est possible si le mandant (l’électeur qui donne procuration) et le mandataire (la personne qui votera) sont inscrits dans la même commune mais pas nécessairement dans le même bureau de vote. 
La procuration doit être parvenue à la commune du mandant avant le jour du scrutin. 
Le mandant doit prendre en compte les délais pour acheminer et traiter la procuration. 
Le mandant remplit le formulaire et l’apporte personnellement au commissariat de police, à la brigade de gendarmerie ou au tribunal d’instance du domicile ou du lieu de travail. Il sera daté et signé sur place devant l’autorité compétente. 
Le formulaire CERFA de demande de vote par procuration peut être téléchargé sur le site internet : www.service-public.fr
Les électeurs qui ne sont pas équipés d’un ordinateur connecté à internet et d’une imprimante pourront toujours obtenir un formulaire de demande de vote par procuration (volet cartonné) auprès du tribunal d’instance ou du commissariat de police ou de la brigade de gendarmerie du domicile ou du lieu de travail et le remplir de façon manuscrite. 
La procuration peut-être demandée le plus tôt possible, et à tout moment de l’année. En tout état de cause, elle doit être parvenue à la commune du mandant avant le jour du scrutin.
 Le mandant doit prendre en compte les délais pour acheminer et traiter la procuration. 

Lire la suite - Vote par procuration : n’attendez-pas le dernier moment !

 

Commandez vos produits culturels dans la librairie LYFtv (livraison par Amazon.fr) :

LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance - 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés . Fourni par Blogger.