Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube !

Environnement : Réduire la pollution des paquebots marseillais sauverait des vies jusqu'à Lyon !

lyon
Il y a quelques mois, la première condamnation d’un navire pour dépassement des normes de pollution (Azura) mettait en lumière l’un des combats de France Nature Environnement : l’insoutenable pollution de l’air du transport maritime.
Aujourd’hui, les conclusions de l’étude commandée par la France pour faire face à ce fléau sont claires : créer des zones de contrôle des émissions maritimes (ECA) dans lesquelles les navires doivent changer de carburant réduirait drastiquement leur impact sanitaire et environnemental. 
France Nature Environnement espère que cette étude accélérera la création d’une telle zone en Méditerranée. Car la pollution de l’air du transport maritime se fait ressentir partout, des villes côtières aux villes intérieures parfois très éloignées des côtes, comme Lyon.
L'actu. lyonnaise en vidéos :

Changer de carburant près des côtes pour améliorer la qualité de l’air des villes françaises
Forcer les navires à changer de carburant dans des zones spécifiques, appelées Zones de Contrôle d’Emissions (ECA) serait la solution pour réduire drastiquement l’impact sanitaire et environnemental du transport maritime : c’est ce que démontre l’étude réalisée par le Cerema, le CITEPA et l’INERIS après plus d’un an d’analyses sur 17 000 navires. Ces organismes ont étudié l’impact de la mise en place d’une telle zone en mer Méditerranée, sur les émissions de gaz à effet de serre ; de polluants responsables de l’acidification des sols, de l’eutrophisation des points d’eaux ou de la formation d’ozone ; mais également de particules et de polluants organiques persistants.
Si l’on se concentre sur les émissions les plus caractéristiques, discutées et surveillées, la mise en place d’une zone ECA en mer méditerranée permettrait :
  • Une réduction d’environ 95% les émissions doxyde de soufre (SOx, caractéristique du carburant utilisé), et jusqu’à 100% des émissions pour les zones portuaires.
  • Une réduction d'environ 77% des émissions d’oxyde d’azote (NOx, caractéristique de la combustion de carburant), particulièrement au niveau des côtes et à l’est de la méditerranée.
  • Une réduction jusqu’à 80% des émissions de particules de toute taille, surtout en Italie et en Afrique du Nord. Sur la Méditerranée, en moyenne 15 à 20% des particules fines qui disparaîtraient. Rien que cette réduction de particules fines (PM2,5) permettrait d’éviter plus de 6 000 décès prématurés.
Ces données ont ensuite permis aux scientifiques de chiffrer les coûts et bénéfices économiques, sanitaires et environnementaux. Et les résultats sont probants : la mise en place de cette zone dans le bassin méditerranéen coûterait entre 1,37 et 2,66 milliards d’euros par an[1]. En contrepartie l’économie en termes sanitaires s’élèverait entre 8 et 14 milliards d’euros. Les bénéfices pour la santé de la mise en œuvre d'une zone de contrôle des émissions en Méditerranée sont donc au moins trois fois plus élevés que les coûts.


Les navires, responsables jusqu’à 40% de la pollution de l’air des villes côtières[2] en Méditerranée
Menace significative pour la santé, l'environnement et le climat, cette forte pollution de l’air par le transport maritime est due à l'utilisation d’un combustible de mauvaise qualité, très chargé en soufre. Ce carburant émet de grandes quantités de suie, de métaux lourds, de particules fines, de dioxyde de soufre... En ce qui concerne la réduction des émissions, l'industrie maritime est en retard par rapport d'autres secteurs. A l’échelle de l’Union Européenne, les émissions des navires sont responsables de 50 000 morts prématurées et coutent 60 milliards d'euros au système de santé[3]. Et comme les polluants voyagent, les zones côtières ne sont pas les seules touchées : dans les terres, les habitants sont également victimes de problèmes respiratoires, inflammations, et crises cardiaques plus que la moyenne.
Pour Charlotte Lepitre, coordinatrice du réseau Santé-Environnement de France Nature Environnement, « cette étude, attendue par tous les pays méditerranéens, vient appuyer notre constat : la mise en place d’une zone ECA en mer Méditerranée serait bénéfique sur le plan environnemental, sanitaire, et donc économique. Le ministère de la Transition Ecologique et Solidaire doit à tout prix maintenir son rôle de leader international afin de convaincre un maximum de pays méditerranéens à soutenir une telle zone ».
Méthodologie de l’étude : Les organismes se sont divisé le travail de description détaillée du transport maritime, d’évaluation des émissions associées et de simulation des concentrations de polluants associés. L’année de base est 2015 et les émissions ont étés mesurées à trois étapes de fonctionnement des navires : au port, en manœuvre et en vitesse de croisière. Plusieurs indicateurs ont été pris en compte : puissance, charge, type de moteur, longitude, latitude des navires…

[1] Prix dû à l’augmentation du prix du combustible et aux investissements des armateurs
 Abonnez vous ! :

Accueil LYFtv.com /             LYonenFrance /

LYFtvNews (le forum)
( avec Snapwidget )
Lire la suite - Environnement : Réduire la pollution des paquebots marseillais sauverait des vies jusqu'à Lyon !