Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube ! (cliquez ici)

Justice : Le Conseil constitutionnel délocalisé à Lyon le 4 mars.



Le Conseil constitutionnel siégera, une nouvelle fois, hors de ses murs, dans les locaux de la Cour administrative d’appel de Lyon, le 4 mars. Le président Laurent Fabius organisera une conférence, dans les locaux de la Faculté de droit de l'université Jean Moulin Lyon 3, le 12 mars.

Ce sera la quatrième fois que le Conseil constitutionnel se déplace en région : à Metz en février 2019, à Nantes en mai 2019 et à Pau en novembre 2019
 Il tiendra son audience publique le 4 mars 2020 à Lyon, sur les questions prioritaires de constitutionnalité QPC 2019-830 et QPC 2019-831.
  • La question prioritaire de constitutionnalité -  QPC est le droit reconnu à toute personne, partie à un procès ou une instance, de soutenir qu’une disposition législative porte atteinte aux droits et libertés que la Constitution garantit. Si les conditions de recevabilité de la question sont réunies, il appartient au Conseil constitutionnel, saisi sur renvoi par le Conseil d’État ou la Cour de cassation, de se prononcer et, le cas échéant, d’abroger la disposition législative. Avant la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008, il n’était pas possible de contester la conformité à la Constitution d’une loi déjà entrée en vigueur. Désormais, les justiciables jouissent de ce droit en vertu de l’article 61-1 de la Constitution. Ce contrôle est dit a posteriori, puisque le Conseil constitutionnel examine une loi déjà entrée en vigueur.
  • QPC 2019-830  Saisine du Conseil d'Etat 
    Code de commerce  e) du 1° du 1, du III et du IV de l'article L. 752-6
L’audience est ouverte au public intéressé, qui est invité à se présenter le 4 mars au plus tard à 14 h 30 au Palais des juridictions administratives lyonnaises situé au 184, rue Duguesclin, Lyon 3°. L’accès se fera dans la limite des places disponibles.  Une inscription préalable à l’adresse suivante : greffe@conseil-constitutionnel.fr, est préconisée.
Le 12 mars 2020, le Président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius organise une conférence à la Faculté de droit de l'université Jean Moulin Lyon 3 (site de la manufacture des tabacs). Le président Fabius abordera le rôle de l'institution qu'il préside, avec les enseignants-chercheurs, les étudiants et les autorités locales et expliquera le sens du délibéré sur les deux QPC, audiencées le 4 mars dans les locaux de la Cour administrative d'appel de Lyon. Plus d'infos ICI

Depuis la mise en place de la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) par la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008, les justiciables se sont emparés de cette procédure, conformément au souhait du constituant de leur ouvrir une nouvelle voie juridictionnelle leur permettant d'invoquer les droits et libertés que la Constitution garantit. 

Avec l'ensemble des membres du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius a souhaité que cette place de la QPC puisse être perçue davantage encore par nos concitoyens. Il a ainsi souhaité que certaines des audiences publiques du Conseil constitutionnel puissent se tenir hors du Palais-Royal, de manière à permettre à un public non-parisien d'y assister plus aisément
Actuellement sur LYFtvNews :
Vidéos les plus populaires :
La playlist Music & News :
L'actu. des chaînes francophones 
Lyon :
Paris:
Europe :
Afrique:
Amériques :
Asie :

Abonnez vous gratuitement ! :








Commandez ici dans toutes les catégories de la boutique (livraison par Amazon.fr) :


En ce moment sur LYFtv :

LYFtv ..... Forum..... Photos..... Vidéos..... Lyon..... Paris..... Europe..... Amériques..... Economie..... Education..... Environnement..... Loisirs..... Politique..... Sports..... Tourisme.....

Mentions Légales
Site animé et géré par
Gilles Roman
Lire la suite - Justice : Le Conseil constitutionnel délocalisé à Lyon le 4 mars.

#Municipales2020 : les débats télévisés organisés par France3 Rhône-Alpes


Mercredi 26 février à 21.05
Débats élections MUNICIPALES 2020 - Avant le 1er tour

Sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes

Pour la première fois en prime time, suivez les débats près de chez vous, à 21h05 à l'antenne et sur internet, tous les mercredis du 26 février au 18 mars. Avec un dispositif inédit en prime time, France 3 Auvergne-Rhône-Alpes ouvre 8 grands débats d’avant premier tour.
DANS LES ALPES 
  • Annecy 
    Présentation : Jordan Guéant avec Nicolas Perronet (France Bleu Pays de Savoie)
    Invités :
    - François Astrog
    (Divers gauche)
    - Denis Duperthuy (Divers)
    - Frédérique Lardet (Divers centre)
    - Vincent Lecaillon (RN)
  • - Jean-Luc Rigaut, (UDI et alliés)

     
  • Echirolles
    Présentation : Jordan Guéant avec Nicolas Perronet
    Invités :
    - Alexis Jolly
    (RN)
    - Thierry Monel (Génération.s)
    - Alban Rosa (LFI)
    - Fabienne Sarrat (Divers centre)
    - Renzo Sulli (PCF et alliés)
     
EN AUVERGNE
  • Le Puy-en-Velay
    Présentation : Fabien Gandilhon
    Invités :
    - Catherine Granier-Chevassus  
    (LREM - MODEM)
    - Laurent Johanny (PS, PCF, EELV, LFI)
  • Montluçon
    Présentation : Fabien Gandilhon avec Emmanuel Moreau (France Bleu Pays d'Auvergne)
    Invités :
    - Jean-François Jarrige (LREM - MODEM)
    - Frédéric Kott (PCF, EELV, Génération.s)
    - Frédéric Laporte (LR)
    - Joseph Roudillon
    - Sylvie Sartirano (Sans étiquette)

     
EN RHÔNE-ALPES
A Lyon 
  • Villeurbanne
    Présentation : Paul Satis avec Jérôme Morin (Le Progrès)
    Invités :
    - Clément Charlieu
    (LR)
    - Thibault Garnier (RN)
    - Emmanuelle Haziza (ex-LR)
    - Prosper Kabolo (LREM)
    - Cédric Van Styvendael (PS)
    - Béatrice Vessiller (EELV)
     
  • Montélimar
    Présentation : Olivier Michel
    Invités :
    - Julien Cornillet
    (DVD)
    - Catherine Coutard (Gauche Unie)
    - Franck Reynier (Mouvement Radical)

A Saint-Etienne
  • Firminy
    Présentation : Claire Exbrayat avec Mathilde Montagnon (France Bleu Saint-Etienne-Loire)
    Invités :
    - Christian Bourbon
    (LREM)
    - Julien Luya (LR)
    -  Marc Petit (ex- PCF)
    - Anne-Sophie Putot (PCF)

  • Rive-de-Gier
    Présentation : Claire Exbrayat avec Mathilde Montagnon
    Invités :
    - Vincent Bony
    (PCF)
    - Jean- Claude Charvin (DVD)
    - Jean-Pierre Granata (Sans étiquette)
    - Gérard Octroy (Sans étiquette)

     

NB : La prochaine soirée de débats aura lieu le mercredi 4 mars à 21h05 avec les villes de Chambéry, Annemasse, Aurillac, Moulins, Lyon, Bourg-en-bresse, Saint-Etienne et Roanne 
Reportages, interviews, analyses : toute l'info des élections en continu sur aura.france3.fr et sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram .
Pour tous les détails du dispositif,
cliquer ci-dessous pour
 le dossier de presse
Municipales
Sous réserve de modifications













Actuellement sur LYFtvNews :

Vidéos les plus populaires :

La playlist Music & News :

L'actu. des chaînes francophones :

Lyon :

Paris:

Europe :

Afrique:

Amériques :

Asie :

Abonnez vous ! :








Commandez ici dans toutes les catégories de la boutique (livraison par Amazon.fr) :


En ce moment sur LYFtv :

LYFtv ..... Forum..... Photos..... Vidéos..... Lyon..... Paris..... Europe..... Amériques..... Economie..... Education..... Environnement..... Loisirs..... Politique..... Sports..... Tourisme.....

Mentions Légales
Site animé et géré par
Gilles Roman
Lire la suite - #Municipales2020 : les débats télévisés organisés par France3 Rhône-Alpes

Rhônexpress : les élus du Sytral adoptent l'annulation de la concession Lyon Aéroport St-Exupéry

Le président de la Métropole de lyon, David Kimelfeld, aura finalement eu gain de cause malgré les tensions apparues ces dernières semaines parmi les élus du Syndicat des Transports :  la résiliation du contrat Rhônexpress a été adoptée par les élus du Sytral réunis cet après-midi en Conseil syndical.

La résiliation du contrat liant la collectivité à l’opérateur a été votée par 12 voix pour, 5 abstentions et 6 voix contre.
logo lyon en france
Baisse des tarifs de la liaison centre ville / Aéroport
Cette décision, demandée par le président de la Métropole va permettre à la collectivité de diminuer le prix de la liaison vers l’aéroport et de développer la desserte de l’est lyonnais. David Kimelfeld déclare : « Le Conseil Syndical du SYTRAL a voté aujourd’hui la résiliation de ce contrat avec RHÔNEXPRESS. Ce contrat était particulièrement désavantageux pour la Métropole, le SYTRAL, les usagers, les habitants de l’Est lyonnais et in fine pour les contribuables. J’ai lancé cette négociation en avril dernier avec le SYTRAL pour rééquilibrer le contrat. L’objectif n’était pas de le résilier. Cela ne pouvait être un but en soi. Je rappelle aussi les objectifs de cette renégociation : une meilleure desserte de l’est lyonnais, une baisse significative des tarifs, et la possibilité de dessertes alternatives pour la zone aéroportuaire. La négociation a duré 8 mois. Elle n’a pas pu aboutir parce que les propositions de Rhônexpress sont restées trop éloignées de nos attentes et la résiliation est devenue la seule issue possible. Les conditions de la résiliation avaient été examinées lors de la commission générale du 17 janvier. La résiliation est apparue comme la meilleure solution pour des raisons financières, mois juridiques et opérationnelles. Elle sera effective dans 8 mois et n’entraînera aucune interruption de service. Nous allons très vite travailler sur une baisse des tarifs, supérieure à celle acceptée par Rhônexpress et sur une meilleure offre de service sur l’Est lyonnais. Ce service Rhonexpress restera un service premium, c’est-à-dire que le temps de parcours sera préservé et la fiabilité améliorée. Financièrement, cette résiliation rapportera in fine environ 50 M€ au Sytral à l’horizon 2038.» 
Ce contrat de concession avait été conclu entre le Conseil général du Rhône et Vinci le 1er mars 2007 pour une mise en service effective le 9 août 2010 avec échéance au 31 décembre 2038. Pour rappel, la Métropole de Lyon finance aujourd’hui l’intégralité des coûts supportés par le Sytral en application du contrat de concession. Ce contrat imposait aux collectivités d'accorder à Rhônexpress un monopole de la desserte de l’aéroport Saint Exupéry.
*************
La satisfaction des écologistes
Les écologistes lyonnais ont réagi très rapidement à cette décision du Sytral : dans un communiqué signé par Yann Roustan au nom de l'équipe de campagne de Bruno Bernard (candidat EELV à la présidence de la métropole), ils indiquent que "cette résiliation du contrat est une bonne nouvelle pour l'Est lyonnais" :

Le comité syndical du Sytral a voté aujourd'hui pour la résiliation du contrat entre le Sytral et Rhônexpress.
Dénoncé depuis sa signature en 2007 par les écologistes, la Chambre Régionale de la Cour des Comptes confirmait fin 2019 que le contrat était fortement déséquilibré, favorisant largement le concessionnaire privé au détriment des collectivités, des habitants et des utilisateurs de Rhônexpress, lui assurant une marge anormalement haute, sans prise de risque.
De plus, ce contrat était un frein à l’amélioration de la ligne T3 et pénalisait donc les habitants de Décines et Meyzieu.
Bruno Bernard, candidat des écologistes à la présidence de la Métropole, se réjouit de cette décision : « Enfin les habitants de l'est lyonnais vont pouvoir avoir une meilleur fréquence et un service de meilleur qualité sur le Tramway T3 ».
Nous souhaitons que le SYTRAL négocie au mieux la rupture du contrat, dans l’intérêt des habitants. Nous tiendrons compte prioritairement du besoin d’améliorer la qualité de service du tramway T3  dans la nouvelle organisation de la liaison vers l’aéroport. L’abonnement  pour les salariés travaillant à l’aéroport baissera fortement.
*************
Pour François Noël Buffet (candidat de droite à la présidence de la métropole)  cette décision est une "irresponsabilité électorale"
"Nous l’avons dit et répété, et je l’ai encore dit le 17 février dans une interview à Lyon Capitale : oui, il faut résilier le contrat avec Rhônexpress car la situation n’est pas satisfaisante tant en termes tarifaires que de desserte de l’Est lyonnais.
Nous demandions d’ailleurs depuis 2015 que le Sytral et la Métropole s’emparent de ce sujet.
Si des indications de coût de cette résiliation ont été données, il ne s’agit là que d’estimations qui oscillent entre 32 et 110 M€ sans compter les aléas juridiques.
Il est irresponsable de faire courir un risque à la pérennité financière du Sytral pour une seule ligne de transport en commun qui assure 4 100 voyages par jour en moyenne quand le réseau TCL en fait plus d’1,3 millions.
C’est bien ce souci des centaines de milliers d’utilisateurs quotidien du réseau TCL qui nous a amené à refuser l’amendement inconséquent du Président de la Métropole.
Des interrogations restent en suspens :
  • le Président de la Métropole a dit cet après-midi que ça avait été un dossier prioritaire pour lui : alors qu’il a été élu en juillet 2017, pourquoi est-ce seulement en février 2019 – 17 mois après – que les négociations ont été ouvertes avec Rhônexpress ?
  • pourquoi le Président de la Métropole est aujourd’hui si pressé de dénoncer un contrat sans aucune garantie pour le Sytral d’une prise en charge des conséquences financières par la Métropole ?
Sur ce dernier point il brandit les statuts du Sytral et l’article 9.2, mais ces statuts ne sont déjà pas respectés puisque, pour un point anecdotique comme le règlement intérieur définissant le fonctionnement de cette collectivité, il n’a été jamais adopté alors que c’est pourtant écrit à l’article 11.1 !
Dans la recherche éperdue d’électeurs, le Président de la Métropole est donc prêt à tout.
Le comité syndical du Sytral a vécu aujourd’hui une farce électorale qui n’est pas à la gloire des élus de la majorité métropolitaine."
*************




Actuellement sur LYFtvNews :

Vidéos les plus populaires :

La playlist Music & News :

L'actu. des chaînes francophones :

Lyon :

Paris:

Europe :

Afrique:

Amériques :

Asie :

Abonnez vous ! :








Commandez ici dans toutes les catégories de la boutique (livraison par Amazon.fr) :


En ce moment sur LYFtv :

LYFtv ..... Forum..... Photos..... Vidéos..... Lyon..... Paris..... Europe..... Amériques..... Economie..... Education..... Environnement..... Loisirs..... Politique..... Sports..... Tourisme.....

Mentions Légales
Site animé et géré par
Gilles Roman
Lire la suite - Rhônexpress : les élus du Sytral adoptent l'annulation de la concession Lyon Aéroport St-Exupéry

#Municipales2020 : A Lyon, les écologistes proposent la piétonnisation temporaire ou permanente des abords d'écoles

Ce vendredi 21 février 2020 de 8h à 8h30, les écologistes de la liste MaintenantLyon ont rendu « piétonne » la rue Meynis Lyon 3ème, le temps de l'arrivée en classe des élèves de l'école située dans cette rue et sont allés à la rencontre des parents et des équipes éducatives pour expliciter la démarche et le projet.

Plan de circulation autour de l’école Meynis Lyon 3(Les voitures remontant l’avenue Félix-Faure, au lieu de tourner rue Meynis, peuvent remonter jusque la rue St Eusèbe. Celles qui redescendent peuvent continuer pour tourner rue Baraban).

Objectifs : Plus de sécurité pour nos enfants ! et Moins de pollution pour leurs poumons !
"A travers cette action, nous avons illustré l'un des axes de notre programme : rendre plus sûres et plus agréables les entrées et sorties des écoles, à travers la piétonisation temporaire ou permanente des abords des écoles. Le trafic automobile devant les écoles n'est pas compatible avec le bien-être de nos enfants !"
"Cette mesure simple pour améliorer la santé et la sécurité de nos enfants peut être prise immédiatement dans beaucoup d’écoles. C’est le cas ici. Les voitures qui prenaient cette rue pour rejoindre la rue Paul Bert peuvent le faire facilement en passant un peu plus haut par la rue Saint-Eusèbe ou un peu plus bas par la rue Baraban. La santé, la sécurité et le bien-être de nos enfants méritent bien ce petit détour".
D’autres projets sont présentés sur le site : https://lyonpourtous.fr​



logo lyon en france



Actuellement sur LYFtvNews :

Vidéos les plus populaires :

La playlist Music & News :

L'actu. des chaînes francophones :

Lyon :

Paris:

Europe :

Afrique:

Amériques :

Asie :

Abonnez vous ! :








Commandez ici dans toutes les catégories de la boutique (livraison par Amazon.fr) :


En ce moment sur LYFtv :

LYFtv ..... Forum..... Photos..... Vidéos..... Lyon..... Paris..... Europe..... Amériques..... Economie..... Education..... Environnement..... Loisirs..... Politique..... Sports..... Tourisme.....

Mentions Légales
Site animé et géré par
Gilles Roman
Lire la suite - #Municipales2020 : A Lyon, les écologistes proposent la piétonnisation temporaire ou permanente des abords d'écoles

Banlieues : l'Etat accompagnera les "Cités éducatives" du département du Rhône

Objectif : Faciliter la réussite des enfants et des jeunes dans les quartiers.

L’État accompagnera avec 5,7 millions d’euros les Cités éducatives mises en place dans les quartiers prioritaires du département du Rhône pour la période 2020-2022. 
logo lyon en france

Depuis la rentrée, des projets ont été lancés à Vénissieux/Saint-Fons (quartier MinguettesClochettes), Vaulx-en-Velin (quartier Grande Ile), Lyon 8ème (quartiers Mermoz, Etats-unisLanglet-Santy) et Rillieux-la-Pape (quartier Ville Nouvelle). 

Au niveau national, 100 millions d’euros sont mobilisés pour les Cités éducatives d’ici à 2022, pour la réussite des jeunes de 0 à 25 ans qui grandissent dans ces quartiers. Ce sont les enveloppes budgétaires annoncées par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, et Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement. Ces montants en font le programme le plus ambitieux en matière de politique envers les quartiers prioritaires depuis le lancement des programmes de rénovation urbaine en 2003 et 2014. 

Dans le Rhône, les villes de Vénissieux/Saint-Fons (quartier Minguettes-Clochettes), Vaulx-enVelin (quartier Grande Ile), Lyon 8ème (quartiers Mermoz, Etats-unis-Langlet-Santy) et Rillieux-laPape (quartier Ville Nouvelle) ont depuis la rentrée 2019 déjà mis en place de telles Cités éducatives pour fédérer tous les acteurs actifs dans le temps scolaire, périscolaire et extrascolaire (acteurs éducatifs, associatifs, culturels, sportifs, familles) pour accompagner chaque jeune depuis la petite enfance jusqu’à l’insertion professionnelle. Les moyens financiers supplémentaires annoncés aujourd’hui renforceront la dynamique qui s’observe déjà sur le terrain. 

Au total, les Cités éducatives du département bénéficieront d’un budget de 5,7 millions d’euros sur les7,65 millions d’euros dévolus à la région Auvergne Rhône-Alpes. 

Ces moyens permettront de financer des actions concrètes, pour conforter le rôle de l’école, promouvoir la continuité éducative dans les quartiers, et ouvrir le champ des possibles aux enfants et aux jeunes. Ces plans d’actions seront déployés en partenariat avec les collectivités, l’État et les associations. 

Au niveau national, après un fonds d’amorçage de 8 millions d’euros en 2019, le ministère de la ville déléguera dès 2020 et pendant trois ans aux préfets près de 30 millions d’euros par an pour les 80 Cités éducatives pour alimenter les plans d’actions.

L’ambition des Cités éducatives 

Les quartiers prioritaires de la politique de la ville font face à de forts enjeux économiques et sociaux avec un taux de pauvreté de 40 % en moyenne et un chômage deux fois et demi supérieur au reste du territoire. Pour répondre à ces enjeux, le Gouvernement veut agir à la racine par l’éducation et le soutien à la parentalité. C’est le sens de la politique menée depuis son installation avec le dédoublement des classes de CP et de CE1, les « devoirs faits », le « plan mercredi » ou encore les plus de 30 000 stages pour les élèves de troisième des quartiers proposés dans différentes institutions et entreprises. Cependant, même mobilisé dès le plus jeune âge avec l’obligation de scolarité à 3 ans, le cadre scolaire ne peut à lui seul compenser un environnement familial et social défavorisé. 

Élément central de la mobilisation nationale pour les quartiers prioritaires souhaitée par le Président de la République, le programme des Cités éducatives vise à renforcer des prises en charges éducatives pendant le temps scolaire, périscolaire et extrascolaire, en lien avec les familles. L’objectif : accompagner au mieux chaque parcours éducatif individuel, de 0 à 25 ans, depuis la petite enfance jusqu’à l’insertion professionnelle. 

À travers les Cités éducatives, le Gouvernement veut ainsi fédérer tous les acteurs éducatifs - services de l’État, collectivités mais aussi associations et habitants - dans les territoires qui en ont le plus besoin, tout en leur apportant des financements nouveaux. 




Actuellement sur LYFtvNews :

Vidéos les plus populaires :

La playlist Music & News :

L'actu. des chaînes francophones :

Lyon :

Paris:

Europe :

Afrique:

Amériques :

Asie :

Abonnez vous ! :








Commandez ici dans toutes les catégories de la boutique (livraison par Amazon.fr) :


En ce moment sur LYFtv :

LYFtv ..... Forum..... Photos..... Vidéos..... Lyon..... Paris..... Europe..... Amériques..... Economie..... Education..... Environnement..... Loisirs..... Politique..... Sports..... Tourisme.....

Mentions Légales
Site animé et géré par
Gilles Roman
Lire la suite - Banlieues : l'Etat accompagnera les "Cités éducatives" du département du Rhône

Greenpeace entame le démontage de la centrale nucléaire de Tricastin, "périmée et dangereuse"

Ce matin, à 7h10, plusieurs dizaines de militant-es de Greenpeace France se sont introduits sur le site de Tricastin, dans le département de la Drôme pour alerter sur le vieillissement de la centrale nucléaire et exiger sa fermeture au plus tôt.

Site périmé, travaux en cours ! Aux couleurs de l’entreprise « Tricasto », des activistes non-violents ont balisé les lieux et démarré symboliquement le démantèlement de Tricastin avec deux engins de chantier, des brouettes et des marteaux géants en mousse. 

Les photos et vidéos de l’action sont mises en ligne 
au fur et à mesure de la journée ici : https://media.greenpeace.fr/1331/

A l’intérieur du site, d’autres militants ont déployé des banderoles « Centrale périmée » de 22 mètres de large pointant vers un des réacteurs. Le bâtiment d’une des piscines d’entreposage de combustible usagé a été entouré de rubalise « Démantèlement en cours »

Le premier réacteur de la centrale nucléaire de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, sera arrêté définitivement demain, après 43 ans de fonctionnement. En 2020, Tricastin dépasse aussi les 40 ans d’activité. 
« 40 ans, c’est la durée maximale de fonctionnement pour laquelle les réacteurs français ont été conçus et testés. Au-delà de 40 ans, les conséquences du vieillissement des centrales sont imprévisibles. Cette année, Tricastin dépassera sa date de péremption : pour garantir la sécurité des habitant-es, elle doit fermer au plus tôt », explique Alix Mazounie, chargé de campagne Énergie à Greenpeace France.

La centrale de Tricastin présente, selon Greenpeace, "de nombreuses failles" qui justifient d’autant plus sa mise à l’arrêt et son démantèlement :
  • La cuve de son premier réacteur est la plus fissurée du parc nucléaire français.
  • La centrale a été construite en zone sismique et la digue qui la protège des inondations reste fragile.
  • A plusieurs reprises déjà, des éléments radioactifs ont fuité et contaminé les nappes phréatiques.
De plus, EDF ne prévoit pas d’évaluer l’impact environnemental qu’aurait la centrale si elle continuait à fonctionner après son 40ème anniversaire.
EDF tente d’imposer la prolongation de Tricastin d’au moins dix ans, en y réalisant des travaux coûteux et pourtant insuffisants. « Dans le nucléaire, on ne peut pas faire du neuf avec du vieux. Il est matériellement impossible de remettre une vieille centrale comme Tricastin aux normes de sécurité et de sûreté actuelles. En voulant rallonger à tout prix la quasi-totalité du parc nucléaire français, EDF et le gouvernement font un choix risqué, dangereux et coûteux », s’inquiète Alix Mazounie.
Crédits photo : © Greenpeace

D'ici 2025, près de 2/3 des réacteurs nucléaires français auront atteint 40 ans de fonctionnement. Dans un rapport publié aujourd’hui, Greenpeace expose l’ensemble des risques liés à une prolongation des centrales nucléaires.
Greenpeace demande un calendrier de fermeture précis de tous les réacteurs nucléaires, pour protéger les populations et permettre la reconversion socio-économique des travailleurs et des territoires. En parallèle, il est urgent d’accélérer le développement des énergies renouvelables et des économies d’énergie pour remplacer progressivement les centrales mises à l’arrêt.
Le rapport « 40 ans, ça suffit ! Pourquoi les vieilles centrales nucléaires doivent fermer » de Greenpeace France est disponible ici.
Actuellement sur LYFtvNews :

Vidéos les plus populaires :

La playlist Music & News :

L'actu. des chaînes francophones :

Lyon :

Paris:

Europe :

Afrique:

Amériques :

Asie :

Abonnez vous ! :








Commandez ici dans toutes les catégories de la boutique (livraison par Amazon.fr) :


En ce moment sur LYFtv :

LYFtv ..... Forum..... Photos..... Vidéos..... Lyon..... Paris..... Europe..... Amériques..... Economie..... Education..... Environnement..... Loisirs..... Politique..... Sports..... Tourisme.....

Mentions Légales
Site animé et géré par
Gilles Roman


Lire la suite - Greenpeace entame le démontage de la centrale nucléaire de Tricastin, "périmée et dangereuse"

 

Commandez vos produits culturels dans la librairie LYFtv (livraison par Amazon.fr) :

LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance - 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés . Fourni par Blogger.