Grand Lyon : les écologistes doublent le budget du plan nature

Pour répondre aux défis du réchauffement climatique, de l'effondrement de la biodiversité  et de l'inégalité de l'accès aux espaces naturels des citoyens de la métropole, la nouvelle majorité a voté en janvier 2021 un budget de 44 M€ en faveur des actions du plan nature. Le budget a été doublé par rapport au précédent mandat.

Six axes pour changer d'échelle :  préserver la nature à travers les outils de planification, restaurer activement les corridors écologiques, développer les espaces de nature dans les espaces publics, les collèges et les parcelles métropolitaines, accompagner la végétalisation des copropriétés, promouvoir et mettre en valeur le patrimoine arboré et naturel et enfin observer et expérimenter par la recherche et les pratiques innovantes...

Axe n°1 Préserver la nature à travers les outils de planification 
Préserver la biodiversité passe, en premier lieu, par le maintien d’espaces suffisants pour lui permettre de s’exprimer sans dysfonctionnement. Ceci passe par une stratégie foncière ainsi que par une gestion exemplaire du foncier métropolitain. Connaître la sensibilité écologique, notamment des espaces en transition, est le second pilier pour éviter des impacts irréversibles sur notre environnement et garantir un aménagement urbain de qualité. Pour cela, la Métropole mettra en place des diagnostics écologiques et agronomiques lors des études en amont de tous ses projets d’aménagement. Concernant les études partenariales d’aménagement, non portées par la Métropole, elle sensibilisera les porteurs de projets privés à la prise en compte des enjeux écologiques.

 Axe n°2 Restaurer activement les corridors écologiques 
La trame verte et bleue de la Métropole a tout d’abord été identifiée lors de l’élaboration du PLU-H (Plan local d’urbanisme et de l’habitat), puis elle a été complétée par un travail d’expert écologue afin de hiérarchiser les corridors écologiques les plus sensibles. Ce travail a permis d’identifier 12 corridors dont la restauration est jugée prioritaire. 
Plusieurs actions seront conduites pour rétablir durablement le bon état de ces continuités écologiques : suppression d’obstacles au déplacement, renaturation de sites artificialisés, création de passages à faune, maîtrise foncière… 
Par ailleurs, la Métropole portera des actions ambitieuses en matière de lutte contre la pollution lumineuse. 30 % des vertébrés et 65 % des invertébrés sont tout ou partie nocturnes. La lumière artificielle produit d’importantes perturbations sur leur déplacement et provoque l’attraction, jusqu’à épuisement, de certaines espèces telles que les papillons nocturnes. La mise en œuvre d’une trame noire contribuera à rétablir la bonne santé de la faune nocturne.

Axe n°3 Développer les espaces de nature dans les espaces publics, les collèges et le patrimoine métropolitain 
Selon les experts de Météo France et du groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution climatique (GIEC), le climat de Lyon, en moyenne annuelle des températures, se rapprochera de celui de Madrid en 2020-2050 et de celui d’Alger en 2070-2100. Pour atténuer les effets du changement climatique, la Métropole aménage les espaces publics de son territoire en introduisant davantage de plantations dans ses projets, en végétalisant des espaces artificialisés et en infiltrant, dès que possible, les eaux de pluie dans les sols. Toutes ces actions constituent des leviers pour rafraîchir la ville et reconquérir des espaces de pleine terre
Une attention particulière sera portée à la réduction des disparités en matière de végétalisation entre les territoires, notamment entre l’est et l’ouest de l’agglomération. Les plantations d’arbres d’alignement seront systématiquement envisagées partout où le sous-sol le permet et des parcelles de différentes tailles seront boisées. Les parcs métropolitains, les sentiers de randonnée, et tous les espaces publics du territoire pouvant accueillir des forêts urbaines seront mobilisés par la Métropole pour développer son couvert végétal avec des plantations d’arbres, mais aussi d’arbustes, de haies et de parterres fleuris. Parallèlement, dans un souci d’exemplarité, la Métropole s’engage à améliorer la prise en compte de la nature dans son patrimoine que ce soit par la végétalisation/ désimperméabilisation d’espaces (par exemple, les cours des collèges) ou l’évolution des pratiques de gestion.

Axe n°4 Accompagner la végétalisation de l’habitat et des emprises privées 
70% de la végétation de la Métropole, hors champs cultivés et forêts, relève du domaine privé. Le parc résidentiel collectif constitue donc un potentiel majeur de soutien au végétal et plus largement, à un milieu accueillant pour la biodiversité. À la différence des espaces résidentiels individuels, les espaces collectifs offrent un potentiel inédit de renaturation sur de grands secteurs urbains, et donc du retour de la biodiversité en ville. Aussi, il s’agit de favoriser des plantations et une gestion alternative respectueuse du vivant dans ces espaces résidentiels collectifs. 
La Métropole s’engage, au travers de ce plan, dans une politique volontariste de reconquête écologique des milieux résidentiels collectifs urbains et périurbains. Que ces terrains soient initialement constitués de sols naturels, de remblais, voire de surfaces totalement imperméables, l’objectif est de les renaturer tant par des plantations que par une gestion alternative des eaux pluviales et de la végétation, permettant ainsi le rétablissement de dynamiques naturelles. Pour cela, à compter de l’automne 2021, la Métropole déploiera un dispositif d’accompagnement clé en main (de la connaissance du milieu aux conseils de plantations ou de gestion alternative) et de soutien financier (pour la plantation de végétaux et la reconstitution de milieux diversifiés et complexes).

Axe n°5 Promouvoir et mettre en valeur le patrimoine arboré et naturel 
La Métropole gère son patrimoine arboré et naturel, que ce soit en bordure de voiries, dans ses parcs et ses espaces naturels, ou sur les parcelles privées dont elle assure la gestion. Elle assure aussi l’entretien et le suivi des mesures compensatoires liées à ses projets urbains passés et à venir. En lien avec les acteurs associatifs du territoire, elle sensibilise les habitants pour permettre à tous de mieux comprendre la nature et ses bienfaits.

Axe n°6 Observer et expérimenter par la recherche et les pratiques innovantes 
Dans un contexte de changement climatique rapide, notamment en milieu urbain dense, il est fondamental pour la Métropole de développer la connaissance de son patrimoine naturel et d’adapter ses pratiques de végétalisation. Cela passe par la redéfinition et la diversification de la palette végétale plantée afin que cette dernière soit plus robuste face aux épisodes de canicule, de sécheresse et qu’elle apporte abri et nourriture à la faune locale, tout en limitant le risque allergique. 
Pour végétaliser toujours plus de surface à moindre coût, il convient également de développer la gestion différenciée des espaces et d’expérimenter de nouvelles techniques de végétalisation en supprimant l’usage de pesticides, en réduisant l’arrosage et en diminuant les coûts d’entretien. 
La libre évolution d’espaces végétalisés, déjà mise en place sur les sites du Grand Parc de Miribel Jonage (760 ha en libre évolution), les îles et lônes du Rhône aval (321 ha sur le territoire du syndicat mixte du Rhône des Iles et Lônes) et le parc de Curis (26 ha), sera amplifiée, sans négliger bien sûr la sécurité des usagers. 
La Métropole souhaite accueillir sur son territoire des expérimentations innovantes portées par des (chercheurs, des entreprises ou des associations. À titre d’exemple, la Métropole de Lyon soutient les projets «paysages en transition», «LIFE Artisan», l’étude du site «Garibaldi» et Terres fertiles dans la vallée de la chimie. Elle poursuit également son travail d’observation de la biodiversité, afin de consolider la connaissance des habitats et des espèces.

Bruno Bernard Président de la Métropole de Lyon 
« Le plan nature est un des axes majeurs de notre politique. Il permettra d’améliorer le quotidien des habitants tout en préservant la faune et la flore de notre territoire. Les îlots de chaleur urbains se multiplient, rendant la vie insupportable en période de forte chaleur. C’est pourquoi nous avons décidé de nous engager dans une politique volontariste et ambitieuse de végétalisation et de protection des espaces naturels de notre territoire. » 

Pierre Athanaze vice-président délégué à l’environnement 
« Selon les scientifiques, les insectes pourraient totalement disparaître d’ici la fin du siècle. Si nous voulons échapper à ce qui serait une catastrophe, nous devons agir vite. C’est ce que nous faisons en lançant le plan nature de la Métropole : végétaliser le territoire, récréer des corridors écologiques, planter plus et mieux des arbres qui résisteront à la hausse des températures… l’ensemble des actions que nous proposons est de nature à atténuer les effets du réchauffement climatique.»




Radio Garden #Lyon #Actualités 
Ecoutez tous les matins le "1/4 d'heure lyonnais"
 par Gérald Bouchon sur Lyon Demain





Abonnez vous ! :






Vous êtes le

ème
visiteur
Site animé et géré par
Gilles Roman - LYFtvNews
Rcs Lyon

Livres, cadeaux ... loisirs, découvrez :
la boutique LYFtv

0 comments :

Enregistrer un commentaire

Vous devez être connecté pour commenter - Inscrivez vous...

 
 

LYFtv-LYon - Le Guide : Sortir

Temps libre, tourisme, voyages

Sports, Communiqués de presse

 
LYFtv.com / LYFtvNews / LYonenFrance - 10, rue de la Barre 69002 Lyon - Tous droits réservés . Fourni par Blogger.